Le dit de Cythèle tome 2: Les larmes du démon, de Nicolas Cluzeau

 

Quatrième de couverture

Cythèle, la prêtresse du dieu des morts, revient à Corollis où l’histoire de son cruel destin a eu des conséquences inattendues. Guidée par la prophétie sibylline de son dieu. Elle se donne pour quête de retrouver les âmes de ceux qui lui ont été si injustement arrachés. Celle de son bien-aimé aurait atterri dans un terrible monde démoniaque au- delà du sien : avec l’aide d’une créature féerique, elle décide prendre une apparence diabolique et de partir à sa recherche. Dans cette société décadente, atypique et mortellement dangereuse, Cythèle s’infiltre et risque plus que sa vie. Elle y rencontre néanmoins des alliés surprenants, et ne se doute pas qu’elle se retrouvera au cœur d’intrigues politiques machiavéliques et d’une enquête criminelle dans le dédale de l’incroyable cité démoniaque.

Chronique de Vanfanel

Dans ce second opus, nous retrouvons Cythèle Everoni, qui après avoir sauvé Corrolis du joug de Décyrion a décidé de se mettre en quête des âmes de sa famille bien aimée. La première étape la mènera dans un monde diabolique dans lequel se trouve l’âme de Thadélis, son mari.

Pas de surprise, j’ai autant apprécié la lecture de ce second tome que celle du premier. On retrouve Cythèle ainsi que d’autres personnages que l’on avait déjà rencontré précédemment. Le Multivers y est décrit d’une manière encore plus complète et je dois avouer que je me perd un peu entre les notions de strates, de basses dimensions et autres.

Les personnages sont encore une fois très biens décrits. En ce qui concerne les personnages principaux comme Cythèle, il est facile de deviner ses émotions lorsqu’un phénomène se produit. Qu’elles soient positives ou négatives. On peut remarquer l’apparition de quelques personnalités intéressantes, comme celle de Triliock ou encore Merraz Tekkaro. Le premier est un archimage qui à pour objectif d’unifier le monde, malheureusement ses projets ont été bouleversés. Le second est capitaine dans l’armée de Kzen, un peuple d’hommes tigres.

Il est intéressant de revoir Corrolis cent ans après les évènements survenus dans « le dit de Cythèle ». On peut observer que la vie a repris son cour et qu’à l’exception de quelques talent en horticulture, rien ne distingue a présent ce bourg d’un autre à l’expression de la présence d’une sidhe peut être.

Dans le volume précédent, je n’avais pas toujours apprécié les longues descriptions que faisait l’auteur à la moindre occasion. Je suis donc agréablement surpris en me rendant compte que je n’ai pas a faire cette remarque en ce qui concerne « les larmes du démon ».

Je n’ai pas de réelle remarque négative à formuler, la seule chose qui perturbe ici la lecture est le volume d’informations qu’il faut emmagasiner pour pouvoir réellement comprendre toutes les subtilités de l’histoire. La lecture de certains passages peut se révéler difficile si l’on est pas certain d’en comprendre le fond.

En résumé, si la fantasy vous fait frémir d’excitation je vous propose de vous procurer le plus rapidement possible cette perle du genre.

 

Découvrez également la chronique de Melisande

 

Le dit de Cythèle

Tome 2 : Les larmes du démon

Nicolas Cluzeau

Blackbook éditions

724 pages

9,90€

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 02/04/2012