Les Sept Royaumes 3 : Bitterblue, de Kristin Cashore

Quatrième de Couverture :

Bitterblue avait dix ans quand son père, le roi Leek, a été assassiné et qu'elle est devenue reine de Monsea. Huit ans plus tard, elle tente toujours de diriger le royaume. Mais le passé et l'influence de leek, un tyran pervers qui possédait le pouvoir de contrôler les esprits, empoissonne les rues de la cité. Jusqu'au jour où Bitterblue rencontre deux voleurs : l'un détient la clé sur la vérité du règne de Leek ; l'autre, doté d'un pouvoir exceptionnel, détient celle de son cœur.

Chronique de Ceinwèn

Bitterblue est le troisième et dernier titre de la trilogie de Kristin Cashore. Si vous vous souvenez, dans le premier tome, Graceling, nous faisions connaissance avec ce monde et ses moeurs, ainsi qu'avec Katsa et le prince Po. A la fin de ce tome, nous rencontrions la petite Bitterblue pour la première fois. Dans le second tome, nous revenions quelques années en arrière et faisions connaissance avec le royaume voisin. 

Si ce choix d'organisation peut surprendre, il se comprend tout à fait lorsqu'on lit le troisième tome. Les trois histoires vont se rejoindre et tout s'explique. Leek est dans Rouge et Katsa et Po viennent soutenir Bitterblue.

Bitterblue est devenue la reine de Monsea, mais elle se noie dans la paperasse et n'avance pas. Elle ne connaît pas son royaume et à le sentiment que quelque chose ne tourne pas rond. Elle décidera alors de visiter sa ville incognito, de nuit, et croisera la route de deux garçons haut en couleurs et très attachants. Mais Bitterblue a des responsabilité, et le devoir d'une reine passe toujours avant ses désirs. Elle fera son possible pour découvrir ce qu'il se trame dans son palais et dans le royaume, mais n'y arrivera pas seule. Elle devra compter sur l'aide d'un voleur a qui elle a donné son cœur avant de le trahir, mais également Katsa et Po, ses héros personnels.

C'est une belle histoire, dans laquelle passe beaucoup de sentiments. On a un respect mâtiné d'un peu de pitié pour cette pauvre Reine qui n'arrive pas à se sortir de la toile dans laquelle elle est engluée. J'ai trouvé qu'il y avait également beaucoup d'audace de la part de l'auteur dans ses choix scénaristiques, surtout pour la fin. C'est surprenant, mais finalement très bien. Un peu triste, ça je l'avoue, mais cela reste une belle fin.

Côté déception, on commence à s'habituer au style de l'auteur : c'est toujours très long à démarrer. Mais là je l'ai particulièrement ressenti et le début m'a paru un peu poussif. De plus, la confusion qui règne dans les esprits de l'entourage de Bitterblue n'aide pas du tout le lecteur à se raccrocher à ce qu'il se passe. Il y avait vraiment une bonne idée, mais je regrette que sa mise en place ait été si délicate.

Ce n'est pas le meilleur tome des 3, mais il est très bien construit et les personnages sont tous attachants. Kristin Cashore sait conter les histoires, il n'y a pas de doute !

 

Bitterblue

Les Sept Royaumes 3

Kristin Cashore

Orbit

512 pages

20.50€

 

Ceinwèn

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau