Orianor 1 : La Cité aux sept murailles, de Jean Avril

orianor-1.jpg

Quatrième de couverture

Rihel, la Cité aux sept murailles, agonise dans les flammes : quarante années de siège, pour une poignée de cendre…

Depuis des millénaires, les humains sont en guerre contre les forces de So’Ghol, la Montagne Noire. Après la chute de Rihel, un seul Trône reste encore aux mains des humains : celui de la Citadelle de Céless, coeur du royaume de l’Endriel. Beaucoup disent que la situation est sans espoir, et pourtant plusieurs se tiennent encore debout, déterminés à poursuivre l’oeuvre de résistance. Ensemble, ils continuent d’écrire une épopée traversant les âges.

Les voici qui s’avancent : Kahel, chevalier de l’ordre des ivataris, mages ayant pour arme la lumière. Blanc, un enfant qui a désormais un empire contre lui. Jad, Iridia et Raygone, jeunes héros répondant à l’appel de l’Endriel, l’ultime rempart du monde libre, sur le point de tomber entre les griffes de l’envahisseur. Et Uriss, ancien roi amené en esclavage au coeur de la Montagne Noire pour y rencontrer un sort tragique : être enchaîné à son pire ennemi, par une chaîne lui faisant subir les souffrances qu’il inflige à l’autre…

Chronique de Garlon

Je vais cette fois vous parler du premier tome d’une nouvelle série de fantasy : Orianor.

Des êtres maléfiques attaquent le monde d’Orianor depuis maintenant 4 millénaires, conquérant les trônes les uns après les autres.
C’est cette fois au tour de la cité Rihel de tomber entre leurs mains.
S’enfuiant avec l’héritier du trône, Kahel, un chevalier, tente de rejoindre les terres du dernier trôe libre afin de continuer la lutte.
Uriss, quant à lui, l’ancien roi, est emmené en esclavage, où l’attend un sort vraiment horrible.

Voici une série de fantasy qui commence vraiment très bien, et qui promet beaucoup.

Avant toute chose, je vais citer un point qui m’a un peu dérangé, même si c’est surtout au niveau de l’aspect pratique qu’il se pose.
En effet, ce premier tome est vraiment très court (à peine plus d’une centaine de pages), et, pour le lancement d’une série fantasy, je trouve que ce n’est pas fort adapté. La raison en est simple : j’ai vraiment eu l’impression de ne lire ici que l’introduction de l’histoire.
Cet aspect est assez dommage, et je pense que ça aurait été beaucoup mieux d’avoir directement un livre plus long, qui va déjà plus loin dans l’histoire.
Mais, à part cet aspect, qui relève surtout du pratique, j’avoue avoir vraiment fort aimé l’histoire.
Elle est à la fois banale et originale, si je puis dire. En effet, nous retrouvons ici plusieurs aspect assez “classiques” des histoires fantasy du genre : une sombre armée souhaitant conquérir le monde, des élémentaux, de la magie, des combats, de preux chevaliers, des âmes nobles, etc., mais nous avons également un certain nombre d’aspects plus originaux : cette montagne noire, dans laquelle sont gravés tous les évènements de la guerre, qui, je pense, aura une grande importance dans la suite de l’histoire, et surtout le sort d’Uriss, qui est assez fascinant, car le lecteur ne peut que ce demander les conséquences que ça va avoir.
Cela permet de créer une histoire dans laquelle le lecteur aura pas mal de repères, tout en créant de nouveaux aspects qui pourront le surprendre et le fasciner.
Avec cela, nous avons donc une histoire qui prend un tour captivant dès le début.

Concernant le style de l’auteur, je l’ai également fort apprécié. Il est fort fluide et agréable, et l’auteur arrive à faire des descriptions permettant au lecteur d’avoir vraiment l’impression de se retrouver dans le paysage décrit (comme près de la Montagne Noire), tout en gardant un aspect passionnant, qui évite les longueurs et permet de bien faire avancer l’histoire en même temps.
Quelques tournures de phrases m’ont parues un peu bizarres, mais dans l’ensemble la langue française est bien utilisée et très peu de fautes sont présentes.

Au niveau des personnages, bien que le récit soit fort court et soit vraiment l’introduction de l’histoire, on voit déjà qu’ils sont très bien travaillés, on en apprend beaucoup sur eux et on se rend compte que nombre d’autres éléments sont encore à apprendre.
Cela les rend bien sûr attachants, surtout certains, tels Uriss, Kahel et Blanc, et le lecteur se sentira très proche d’eux, partageant leurs sentiments et souhaitant à tout prix suivre leurs aventures.

En bref, nous avons ici un très bon livre, avec une histoire à la fois classique et originale, qui apportera certainement beaucoup à la fantasy, un style d’écriture très bien fait et des personnages fort travaillés et attachants. On regrettera néanmois que ce premier tome soit si court et ne fasse donc qu’introduire l’histoire, car on veut vraiment en savoir plus.

J’attend donc pour ma part le second tome avec une grande impatience !


La Cité aux sept murailles

Orianor, tome 1

Jean Avril

Cima Editions

116 pages

5,25 €


Garlon

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau