A comme Association 6 : Ce qui dort la nuit, d'Erik L'Homme

ce-qui-dort-dans-la-nuit.jpg

Quatrième de couverture

Lorsque Jasper se décide enfin à revenir à l'Association, il trouve porte close. Entre de faux Agents qui traquent un sorcier joueur de tambour dans le métro et de vrais vampires qui organisent une fête sanglante dans un manoir de banlieue, il n'a pas le temps de s'étonner. Accompagné de son fidèle sortilège Fafnir et d'Ombe qui lui prodigue toutes sortes de conseils bizarres, Jasper mène l'enquête...

 

Chronique de Melisande

Ah la la, j’attendais avec impatience ce tome 6 et j’ai enfin pu l’avoir hier ! Et évidemment, il n’a pas arrêté de m’appeler hier soir, de me supplier de le lire. Ça a été un long débat et longue dispute avec lui et… comme vous pouvez le constater, s’il y a une critique c’est que j’ai perdu la bataille ! (Hum… on dirait que je suis un peu schizo à dire des trucs pareil non ?). Mais sérieusement, suis-je vraiment la seule à me faire appeler par mes livres, pour que je les lise ? Je ne crois pas non… Bref.

Pour ce qui est de l’histoire, la quatrième de couverture en dit suffisamment long. Suite à sa fuite et toute son aventure dans le tome précédent, Jasper décide de retourner à l’Association en s’attendant à être sévèrement réprimander… Sauf qu’il trouve porte close, personne ne lui répond, pas même Mademoiselle Rose ! Alors il décide de partir et de veiller si jamais quelqu’un retourne à l’Association mais au lieu de trouver Walter ou Mademoiselle Rose, ou même encore des Agents Stagiaires, ce sont de drôles de personnes, alors il va les suivre et essayer de trouver le fin mot de cette affaire étrange .sauf qu’il est loin de se douter dans quelle situation il s’est mis, dans quel guêpier, il est encore allé se fourrer. Il devra user de tous ces talents et de tout son courage pour comprendre ce qui se passe, mais heureusement, Jasper n’est jamais bien seul très longtemps, car Ombe veille…

Ça a été un vrai plaisir de retourner dans cet univers créer par Erik L’Homme et feu Pierre Bottero. Au vu du tome 5, je me demandais bien ce qu’on allait avoir ici, parce qu’il faut bien avouer que ça commençait à sentir le roussi (le soufre ?) sérieusement là, non ? Donc j’ai commencé ma lecture et là… Le grand amour est de retour. L’histoire est tout simplement géniale, le suspense est à son comble et on lit avidement toutes ces pages pour essayer de comprendre comme Jasper ce qui se passe. Sauf, qu’Erik L’Homme fait trainer, et durer le plaisir (sadisme habituel envers les lecteurs, pour les frustrer ?) et nous tenir en haleine. La moindre des choses c’est qu’on peut dire que c’est réussi et même à la fin… ça nous donne des envies de meurtre et d’hurler parce que la suite est dans 4 mois et avec un dénouement pareil c’est de la torture psychologique, simple et pure ! Nan, il n’avait pas le droit de nous faire ça, comment on peut survivre en attendant avec une fin pareille ? Bref, ce tome est une vraie réussite à la hauteur des autres, voire meilleure car plus ça va, plus l’intrigue devient complexe et on se demande où l’auteur veut en venir et nous amener à comprendre. Là, je dois avouer que c’est encore obscur sur certains points car il nous manque trop de données !

Même si on a le point de vue de Mademoiselle Rose alors qu’elle est au 13 rue du Horla, je dois avouer qu’on nous cache tellement de choses que l’on ne peut pas tout comprendre. En savoir plus que Jasper, oui, mais pas énormément plus car on ne sait pas toute la situation car Mademoiselle Rose elle-même ignore ce qui se passe vraiment, des personnes ne lui répondant plus au téléphone. Donc c’est assez frustrant de savoir, de voir tout ça, tout en restant aussi ignorant. Mais c’est ce qui fait tout l’intérêt de ce livre, ça nous donne envie de savoir, de continuer et d’adorer encore et toujours cet univers. Ce livre est assez inquiétant dans le sens où la situation devient vraiment critique, que le monde des Anormaux est chaotique avec tous ces vampires, ce sorcier qui sème le trouble dans la ville de Paris.

J’adore toujours Jasper et ses blagues « moisies » pour le citer, on s’attache énormément à cet adolescent, sorcier. Ça me fait toujours rire ses réflexions (lorsqu’il nous interpelle ou nous rappelle des choses), son comportement tout comme ses formules écrites en quenyans, runes, etc. avant d’en avoir la traduction, ça donne un plus à cette série. Ombe, bien que décédée, elle est toujours présente d’une certaine manière et je trouve ça bien fait et crédible. La solution trouvée par Erik L’Homme était la bonne pour ne plus avoir à s’occuper d’Ombe en tant que narratrice sans toutefois l’effacer totalement (j’aimais beaucoup le personnage en plus). Dans ce tome on voit d’autres personnages, alors que certains s’effacent un peu plus (en raison de la situation et de l’intrigue) mais ça fait un renouveau, un changement et ce n’est pas désagréable. J’ai bien hâte de voir le prochain (et là, on sent que la fin approche).

En bref, ce tome est tout aussi bon que les précédents, si vous avez aimé les autres, je ne vois pas pourquoi celui là ne vous conquerras pas. Il est vraiment excellent, plein de mystères, d’embuches, d’action et on voit davantage de choses dans ce livre pour notre plus grand plaisir. Un livre à lire d’urgence, si ce n’est une série si vous ne l’avez pas encore commencé !

 

Ce qui dort la nuit

A comme Association 6

Erik L'Homme

Gallimard Jeunesse / Rageot éditions

208 pages

9,90€

 

Melisande

 

A comme Association 1 : La pâle lumière des ténèbres, d'Erik L'Homme

A comme Association 2 : Les limites obscures de la magie, de Pierre Bottero

A comme Association 3 : L'étoffe fragile du monde, d'Erik L'Homme

A comme Association 4 : Le subtil parfum du soufre, de Pierre Bottero

A comme Association 5 : Là où les mots n'existent pas, d'Erik L'Homme

A comme Association 6 : Ce qui dort la nuit, d'Erik L'Homme

A comme Association 7 : Car nos coeurs sont hantés, d'Erik L'Homme

A comme Association 8 : Le regard brûlant des étoiles, d'Erik L'Homme

 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 15/05/2013