16 ans et des poussières, de Mireille Disdero

16-ans-et-des-poussieres.jpg

Quatrième de couverture

Et si la vie pouvait basculer, le temps d’un été ?

Comme chaque année, Shayna passe l’été dans sa cité des hauteurs de Marseille. Ses journées s’enchaînent au milieu des bruits incessants du quartier, des menaces de Rox Man et sa bande et des reproches de sa mère.

Heureusement, il y a Enzo, qu’elle retrouve chaque soir sur le toit de leur immeuble. Tous les deux, ils regardent la mer et oublient un peu leur « chienne de vie ». C’est peut-être pour Shayna le moment de faire des choix, de penser à son avenir. Mais comment y parvenir quand tout le monde s’efforce de vous mettre des bâtons dans les roues ?

 

Chronique d’Ailayah

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions du Seuil pour m’avoir fait découvrir ce petit roman très touchant.

16 ans et des poussières, c’est l’histoire d’une jeune fille qui vit dans la cité de Marseille, dans les quartiers chauds, et qui tente tant bien que mal de s’en sortir, malgré une mère distante et froide et une situation financière assez catastrophique.

Cette jeune fille, Shayna, est d’un courage remarquable. De par sa situation, elle nous touche, mais ce qui nous touche également c’est sa volonté, sa force et sa sagesse. Du haut de ses 16 ans, elle est plus mature que sa mère et que bien des jeunes gens qui ne vivent pas dans ces conditions.

Ce roman nous fait vraiment réfléchir, et nous donne envie de regarder notre vie différemment. Shayna nous montre la valeur des petites choses. Un petit déjeuner avec du pain, des céréales et de la confiture, c’est presque un rêve pour elle. Elle vit constamment dans l’humiliation, dans la solitude et dans le manque de reconnaissance. On sent bien que sa mère ne sait pas l’aimer, elle ne cherche qu’à s’en débarrasser, c’est un boulet pour elle. Mais derrière cette façade, on sent aussi un amour qui n’arrive pas à trouver ses repères, un amour maladroit, caché derrière une lassitude et un manque de courage, de force. Elle est mère, mais elle ne sait comment l’exprimer, alors elle fuit. C’est du moins ce que j’ai ressenti, personnellement.

L’écriture de Mireille Disdero est un pur délice. J’ai vraiment adoré cette façon de voir le monde à travers des images toutes plus parlantes les unes que les autres. Elle arrive à nous toucher à travers ces images fortes, le miroir qui pleure des larmes de sang, la « chienne de vie » qui évolue entre l’image du début et celle de la fin. Ce sont tous ces moments forts qui m’ont marqué dans la lecture de ce roman touchant, beau et vrai. C’est un roman emplit d’espoir tout en montrant bien la dure réalité de cette situation. Ce n’est pas un roman où tout est bien qui finit bien, il y a bien sûr une évolution positive, et un évènement que Shayna elle-même nomme de « miracle », mais la fin n’est pas une transformation transcendantale de la situation de la jeune fille, même si les choses ont évoluées en bien pour elle. C’est rempli d’espoir tout en restant réaliste, c’est dans des débuts de transformation, ou plutôt de changement que nous entrevoyons cet espoir.

Finalement, si je devais décrire ce roman avec un mot ce serait subtil. Tout passe dans cette subtilité magnifique. Subtilité dans l’histoire, subtilité dans l’écriture … et croyez-moi, ça fait vraiment du bien et ça nous touche presque plus que de l’extraordinaire. Laissez-vous toucher par Shayna et son histoire, cet été de ses 16 ans qu’elle nous raconte avec ses mots.

 

16 ans et des poussières

Mireille Disdero

Seuil

75 pages

7,50€

 

Ailayah

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 03/04/2012