L'enfant de Schindler, de Leon Leyson

Quatrième de couverture:

Léon Leyson vit une enfance heureuse au sein d'une famille modeste à Cracovie, jusqu'au début des persécutions envers les Juifs. Lorsque des soldats nazis frappent son père sous ses yeux, il comprend que plus rien ne sera comme avant. Alors que la famille s'installe dans le ghetto juif de la ville, Oskar Schindler, patron allemand d'une usine de céramique, décide d'engager des hommes juifs, parmi lesquels le père de Léon et son frère. À l'âge de treize ans, le petit garçon parvient à convaincre un officier allemand de le laisser les rejoindre, bien qu'il doive monter sur une caisse en bois pour pouvoir atteindre les machines. Schindler, qui le surnomme "le petit Leyson", s'attache à lui et lui octroie des rations de nourriture supplémentaires, avant de le sauver d'Auschwitz avec toute sa famille. En 1949, Leon Leyson part pour les Etats-Unis, déterminé à débuter une nouvelle vie. Il meurt en janvier 2013, à 83 ans, juste après avoir remis son manuscrit à son éditeur.

Chronique de Fiona:

Merci aux Editions PKJ qui m'ont donné envie de lire ce livre magnifique.

Je dois avouer que je suis dans une période où je m'interesse de près à la Shoah, aux expériences des déportés des camps de concentrations. Car même si cela m'intriguais avant, je n'etais peut-être pas assez mure pour vraiment comprendre tout ce que ça impliquait. L'histoire de Leon Leyson va permettre a un public jeunesse de pouvoir appréhender cette période noire de l'humanité avec plus de facilité, car son récit est touchant, émouvant, mais frais. Jamais glauque, ni cru, bien que difficile pour lui d'évoquer cette partie de son passé. On y découvre un jeune garçon qui nous fait partager son histoire, sa vision et son vécu de l'époque, du début des persécutions des juifs, en passant par la fameuse Nuit de cristal, les guettos de Varsovie pour en venir aux camps de l'horreur.

Leon Leyson sait trouver les mots justes, nous faire vivre avec lui ces évènements sans pour autant sombrer dans l'horreur, car le récit est destiné à un public de 13-16 ans. Le format est donc adéquat, car plus court, des passages auraient manqués au récit, et plus long, il aurait pu lasser ce public.

J'ai beaucoup aimé la relation décrite entre Oskar Schindler et "ses" juifs. Témoin de ces moments, où l'homme les traitait comme des êtres humains et non comme des objets, Leon en fait une description telle que j'ai pu découvrir Schindler avec des yeux nouveaux. En effet, étant aux premières loges, le jeune garçon fut témoin d'évènements historiques, tant par son rôle de victime, mais de celui de rescapé, celui qui fut sur la Liste, rayé de celle-ci puis sauvé à nouveau.

J'ai vraiment apprécié ce livre, et le petit album photo à la fin, où l'on peut voir les visages de Leon, de sa famille, et même d'Oskar Schindler, avec qui il garda quelques contacts. Un témoignage tellement touchant, et poignant de fraicheur, que je conseille aux jeunes qui souhaitent en savoir plus sur cette période sombre.

 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau