Les oiseaux noirs, de Faustina Fiore

9782203043626.jpg

Quatrième de couverture :

"Ils arrivent ! Ils arrivent !"
Une masse sombre qu'on voit poindre à l'horizon, des ailes qui s'affolent et des becs qui s'entrechoquent, des griffes féroces grattant aux portes et brisant les fenêtres ...
Que chacun se barricade : ce sont les oiseaux noirs qui viennent faire leur récolte d'âmes.

 

Chronique d'Archessia :

Arno et Bern sont meilleurs amis, depuis toujours. Ils font absolument tout ensemble, même, et surtout, les 400 coups !

Ils étaient partis pour se construire une nouvelle cabane, solide, où ils pourraient de temps en temps passer la nuit, quand les oiseaux sont arrivés. Ces oiseaux qui attaquent le village depuis des décennies. Ces oiseaux qui ne laissent que les pleurs et le sang une fois qu'ils sont partis. Arno et Bern n'ont pas eu le temps de rentrer se cacher. Plus tard, après l'attaque, Arno est rentré chez lui sans Bern. C'est là qu'un déclic se fait chez le garçon. a ne peut plus durer ! Il va tout faire pour trouver des réponses à ses questions, et pour empêcher les oiseaux de revenir au village, même si pour ça, il devra faire un voyage long et dangereux.

Voilà un petit (176 pages) livre surprenant qui ne paie pas forcément de mine, comme ça, mais qui est riche et intéressant, tout en apportant son lot d'émotions au lecteur.

J'ai d'abord été étonnée par la tristesse et la mélancolie dégagée par l'histoire. Je m'attendais à du gentil fantastique destiné à la jeunesse, et je suis tombée, à la place, sur un bouquin abordant des sujets graves comme le deuil et ses différentes façons de le vivre, avec une touche de fantastique très poétique et vraiment bien maîtrisé.

J'avoue même que je me suis surprise à avoir les yeux mouillés à un certain passage.

L'écriture, simple et claire, n'en est pas moins dénuée d'émotions, et les dialogues très réalistes contribuent également grandement à les transmettre.

Le rendu final est assez "simple" pour qu'il puisse être compris et correctement appréhendé par une tranche d'âge de l'enfance et du début de l'adolescence, mais le ton est intelligent et peut ainsi sans peine toucher un lectorat bien plus grand.

Arno est un personnage attachant, avec ses qualités et ses défauts, et on peut sans problèmes s'identifier à lui, c'est quelqu'un de très accessible dans ses sentiments, ses actes et ses pensées. Par contre, le revers de ceci est que, du coup, il peut paraître assez fade par moments. La frontière entre "accessible" et "passe-partout" est très mince, et c'est vrai qu'Arno est en équilibre dessus. Cela reste néanmoins un héros plaisant à suivre, qui aurait même du potentiel pour d'autres aventures.

L'arrivée de Clara aux côtés d'Arno est bienvenue, car c'est un personnage avec un caractère bien trempé, qui apporte piment et couleurs au récit, ainsi qu'au quotidien d'Arno, par la même occasion.

Bien qu'on n'ai pas beaucoup l'occasion de bien la connaître, elle reste un personnage riche et intéressant, et j'ai aimé que l'auteur lui ai donné cette petite ... "particularité".

En fait, c'est surtout ça que j'ai aimé dans ce livre. Bien qu'il soit clairement orienté jeunesse, l'auteur a choisi de ne rien "censurer". Il y a des morts, des trucs moches qui arrivent à des enfants, des personnes doivent faire face au deuil, à des situations compliquées, qui ne sont pas de leur âge, etc ...

Parce qu'après tout, c'est comme ça qu'est la vie, pleine d'évènements inattendus et pas toujours roses. Malgré ça, le ton se veut positif, même pour Arno, qui apprend qu'après une longue traversée dans le noir, il y a toujours de la lumière. J'ai aimé cette note d'espoir lumineux. C'est beau, chaud et réconfortant.

Un très beau message pour clôturer un livre pas comme les autres, truffé de bonnes surprises.

 

 

Les oiseaux noirs

 

Faustina Fiore

 

Casterman

 

176 pages

 

12 €

 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 10/01/2014