Ruby Oliver, tomes 1 et 2 : Un truc truc comme un biscuit craquant, de E. Lockhart

Un truc truc comme un biscuit craquant

Quatrième de couverture

J’ai 15 ans, 11 rendez-vous avec ma psy et 4 grenouilles en céramique.

Tel est le désespérant constat que Ruby fait de sa vie.

Sans compter qu’en 10 jours, elle a rompu avec son petit copain, s’est gravement disputée avec sa meilleure amie, a bu sa première bière (beurk), a été prise sur le fait par sa mère (aïe!) et a subi une attaque de panique colossale.

Mais Ruby a des réserves d’intelligence (et de mauvaise foi). Elle est surtout persuadée que l’existence est une aventure à haut risque totalement réjouissante, un vêtement tout doux mais qui gratte un peu…

Oui, mille fois oui, la vie selon Ruby, c’est finalement un truc truc comme un biscuit craquant !

 

Chronique de Melisande

Alors avant de donner mon avis sur ce livre, il faut savoir qu’Un truc truc comme un biscuit craquant est la réédition des deux premiers tomes du Journal de Ruby, paru il y a quelques années. Comme le nom diffère, il y a toujours le risque de penser que c’est une nouveauté alors qu’il n’en est rien. Pour ma part, n’ayant jamais lu cette série (ni même cet auteur) le problème ne se présentait pas, mais je tenais à le signaler pour ceux qui jamais penseraient que c’est un nouveau livre de l’auteur, alors qu’il s’agit d’une réédition.

Un truc truc comme un biscuit craquant est un roman intéressant qui parle essentiellement de l’adolescence, donc cela parlera forcément aux jeunes qui sont dans cette phase de leur vie. Comme c’est écrit du point de vue de Ruby, on est dans sa tête et son corps, on est donc plus à même de la comprendre et de ressentir en majorité les mêmes choses qu’elle. Ce sentiment d’injustice, ce rejet, qui est assez violent, de la part de ses amies pour une erreur qu’elle aurait commise. Tout un tas d’événements font que Ruby est sujette à des crises d’angoisse ce qui l’oblige à aller voir une psy pour parler de ces problèmes.

Dans la première partie (qui correspond donc au premier tome du journal), c’est à travers toute une liste de noms de garçons que Ruby nous raconte son histoire, comment elle en est venue à ces séances et ces crises d’angoisse. Il faut dire que sa vie n’a rien de réjouissant depuis qu’elle s’est fait largué par son copain et que ses amies lui ont tourné le dos. Ce n’est que petit à petit que l’on peut comprendre ce qui a bien pu se passer, le mystère demeurant durant un long moment. Les pièces s’imbriquent au fur et à mesure pour reconstituer ce puzzle qu’est devenue la vie de Ruby.

Dans la seconde partie (donc le 2e tome de la série), on retrouve Ruby un an plus tard, l’été a passé et elle espère que toute cette histoire est derrière elle et qu’elle pourra aller de l’avant. Elle suit toujours sa thérapie, même s’il y a des hauts et des bas, elle tâche de s’en sortir durant cette nouvelle année.

C’est un roman assez sympathique dans l’ensemble, mais loin d’être un coup de cœur pour moi. C’est plaisant mais je n’ai pas non plus adoré. Il est vrai que par moment je ne me sentais pas vraiment concernée, je ne suis plus d’une adolescente et on ne peut pas dire que j’ai eu la même vie qu’elle à cette même période. Donc n’ayant rien vécu de similaire, c’était un peu difficile pour moi de me mettre totalement à sa place. J’avais un certain détachement car je réfléchis avec plus de recul, avec un regard plus adulte. Mais je pense que bon nombre d’adolescents s’y retrouveront dans cette histoire et y trouveront plus d’intérêt que moi.

En tout cas, une chose est sûre, on ne peut pas s’ennuyer avec Ruby parce qu’il lui arrive toujours quelque chose, ça aurait pu s’intituler : mes amis, mes amours, mes emmerdes, ça résumait bien la situation. Déjà avec ses parents ce n’est pas toujours évident, mais entre les garçons et ses amies, c’est aussi toute une histoire bien compliqué. Par ailleurs, Ruby a un certain caractère, et ca se ressent dans la narration, elle n’a pas la langue dans sa poche et ne se laisse pas faire, même si parfois, elle tâche de faire profil bas pour qu’on la laisse tranquille en espérant que l’affaire se tasse d’elle-même. Elle reste malgré tout attachante même si j’avoue que parfois j’aurai aimé lui ouvrir les yeux et la secouer, mais si elle fait ses séances chez le psy, c’est qu’elle en a besoin, elle a besoin de quelqu’un pour la recadrer, l’écouter. On ne peut pas dire qu’elle ait toujours ce cadre chez elle ou son entourage proche.

En bref, Un truc truc comme un biscuit craquant est un roman intéressant qui montre l’histoire d’une adolescente qui vit une période de crise. Ce n’est pas tous les jours facile, surtout quand les amitiés sont si fragiles et qu’il suffit d’un rien pour que tout explose. Ruby a certes des torts et des défauts mais ses « amies » sont toutes aussi fautives et l’on voit à quel point les relations entre les adolescents sont difficiles. Un roman intéressant sur l’adolescence qui plaira à bon nombre d’adolescents car ils pourront se retrouver en l’un des personnages présentés.

 

Un truc truc comme un biscuit craquant

 

Ruby Oliver, tomes 1 et 2

E. Lockhart

Casterman

Jeunesse (adolescent)

320 pages

17,90€

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 10/10/2017