Louis le galoup 1 : Le village au bout du monde, de Jean-Luc Marcastel

Quatrième de couverture

La nuit, le feu, une grande forteresse assaillie, une créature monstrueuse, un loup terrible, un loup debout... un galoup.

Tel est le cauchemar qui hante Louis, dans son village au bout du monde, près de la Grande Brèche et de sa lueur maudite qui marque la fin du royaume et de toutes les routes...

Ce royaume que l’ombre du Vicomte de Marsac, l’Usurpateur, et de ses terribles barons, Malemort et le Siblaire, ce siffleur infernal, recouvre peu à peu…

Mais derrière le simple garçon des montagnes, un autre se cache, plus griffu, plus sauvage, qui attend son heure... Mais cet autre sera-t-il assez fort, assez terrible, pour s’opposer aux ténèbres et à ses émissaires ?

Louis, accompagné par son frère, Séverin, et la Roussotte, ce joli brin de sorcière au caractère impossible, devra partir en quête de ses origines, après qu’une malebeste, une créature venue de la Grande Brèche, ait attaqué le village.

Mais les nouvelles vont vite, quand on a des yeux partout, et la chasse infernale de Malemort, le Grand Veneur, le maître des galoups noirs, est déjà en route...

« Approchez Estranger, là, dans le creux de l’âtre, où le feu murmure à l’ombre ses histoires...
Savez-vous qu’en l’an 999 de notre Seigneur, le Poing de Satan s’abattit sur le royaume de France, l’ouvrant en deux tel le soc d’une charrue fendant la terre ?
Savez-vous que pendant les cent ans qui suivirent, les Maljours, l’ombre et le froid recouvrirent ce monde, en une nuit sans fin ?
Savez-vous que de cette Grande Brèche ouverte par-delà les montagnes monta une lueur mauvaise qui changeait de terrible manière les bêtes et les hommes qui l’approchaient ?
Des ténèbres, un nouveau royaume est pourtant né au sud de la Grande Brèche, un royaume qui est aujourd’hui en péril.
C’est l’heure du conteur, c’est l’heure de l’histoire, l’histoire de Louis… Louis le galoup. »

Chronique de Garlon

Lançons-nous cette fois dans un univers de fantasy pour jeunesse qui ravira un grand nombre de lecteurs : Louis le Galoup.
 
Louis est un jeune homme comme les autres, vivant au château avec sa “famille”, le Chevalier contrôlant les terres, sa femme et ses enfants, dans une terre proche de la Brèche (une séparation maléfique coupant la France en deux et transformant quiconque s’en approche). Maltraité par le reste de la famille, Louis n’a ’affinités qu’avec une personne dans son entourage : Séverin.

Coincé un jour face à une malebeste, créature entrée en contact avec la Brèche, Louis va vite apprendre qu’il n’est pas la personne qu’il pensait être jusque-là, car il est le fils caché d’une famille de galoup (équivalent de loups garous), et qu’il est par conséquent lui-même galoup.
Il faudra alors au jeune homme tout son courage pour apprendre à maîtriser ses nouveaux pouvoirs, surtout que Louis apprend également qu’il est recherché, car il représente une menace pour la maléfique pouvoir en place.

Dans une telle situation, comment un jeune homme comme Louis peut-il espérer survivre ?

J’ai trouvé cette histoire vraiment très bien faite et intéressante.

Au niveau de l’histoire en elle-même, elle est très bien montée et passionnante, faite pour garder le lecteur en haleine jusqu’à la fin du récit (et le faire trépigner d’impatience pour la lecture de la suite). L’idée de créer cette France coupée en deux par une Brèche créatrice de monstres difformes est vraiment une excellente idée qui mérite d’être lue, surtout que cela permet au lecteur, en plus de découvrir une superbe histoire de fantasy, d’en apprendre plus sur la France du Moyen-Âge.

Malheureusement, on sent que l’auteur a été très influencé par des textes connus. Ainsi, l’histoire des galoups n’est pas sans rappeler Roméo et Juliette, et certains passages du livre font penser au Seigneur des Anneaux. Mais il ne s’agit là que d’une influence, et nullement de reprise de passages ou autre. Le seul problème qui apparait donc pour certains passages du livre est une impression de déjà vu. Une influence, donc, mais un récit vraiment original et passionnant malgré tout.

Pour clôturer sur l’histoire, je dirais qu’elle est surtout faite pour passionner un jeune public, qui se découvre des envies de se lancer dans des lectures fantasy. Mais cela n’empêche bien entendu pas le livre de faire passer un excellent moment aux lecteurs plus âgés, qui découvrirons une histoire très addictive et qui se laisse lire facilement..

Le fait que le livre soit surtout pour les plus jeunes se voit également dans le style de l’auteur, celui-ci étant très fluide et utilisant des mots très courant, tout en le mélangeant avec un langage d’époque bien expliqué pour ne pas perdre le lecteur, et sans le perturber avec des mots compliqués ou des descriptions à rallonge. Il se laisse donc lire facilement, et permet ainsi au lecteur de plonger totalement dans le récit, de façon tout à fait passionnée. Cela ravira les lecteurs plus âgés qui aiment les récits dans lesquels on se retrouve immergé dans l’histoire sans trop de fioritures et permet aux jeunes lecteurs de trouver un livre qu’il lira facilement sans trouver la lecture ennuyante. En plus de cela, l’auteur se veut conteur, et il y réussi superbement bien, faisant de ce livre un conte à raconter au coin du feu.

Au niveau des personnages, le lecteur aura la joie de découvrir qu’ils sont très bien travaillés, chacun étant unique et ayant son caractère (parfois bien trempé, comme vous le verrez avec la Roussote). Les relations entre eux sont également très bien gérées et permettent au lecteur de se sentir plus proche d’eux, de ressentir leurs émotions, leur amour, leurs peurs, leurs espoirs et leurs désillusions.

Louis est bien entendu très attachant, ce jeune homme naïf qui est assez perdu et qui voit ses origines lui être jetées au visage de façon assez brutale.
Séverin quand à lui, fait davantage image de personne mature, avec un comportement beaucoup plus adulte que Louis, tout en restant malgré tout un jeune adolescent.
Quand à la Roussote, elle est très attachante et a un caractère bien trempé qui la rend assez exceptionnelle. De plus, on sent rapidement qu’une histoire risque de naître entre elle et Louis, ce qui augmente l’intérêt autour du personnage.

En plus de tout cela, les annexes du livre permettront au lecteur d’en apprendre un peu plus sur l’histoire de la France et la vie au Moyen-Âge. Des recettes de l’époque sont d’ailleurs détaillées. Et, comble du bonheur, elle le sont avec un excellent humour qui rendent leur lecture hilarante autant d'appétissante. De magnifiques dessins de certains passages du livre sont également présents, et ils valent vraiment la peine d’être vus.

En bref, je dirais que ce livre se laisse lire en toute simplicité, que l’histoire est vraiment passionnante, malgré l’influence d’autres œuvres pour certains passages, et que les personnages sont très attachants et réalistes. Des annexes très intéressantes sont également présentes pour permettre au lecteur d’en apprendre plus sur la France du Moyen-Âge et sa cuisine.

A coup sur, un livre qui ravira un public jeune, et apportera un excellent moment de lecture aux publics plus âgés. Et, qui sait, la série pourrait peut-être même redonner le goût de la lecture à toute une génération de jeunes lecteurs, goût qui se perd malheureusement de plus en plus.

En tout cas, dorénavant, lorsqu’un jeune lecteur me demandera par quoi commencer dans des lectures de fantasy, je dirai sans hésiter : Essayes Louis le Galoup, tu vas adorer.

Le village au bout du monde

Louis le galoup, tome 1

Jean-Luc Marcastel

Editions du Matagot

290 pages

15 €

 

Garlon

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 16/05/2012