Louis le Galoup 2 : Les Nuits d'Aurillac, de Jean-Luc Marcastel

 

Quatrième de couverture

Pourchassés par le Siblaire et ses limiers infernaux, Louis, Sévérin et la Roussotte ont fui leur village au bout du monde, abandonnant derrière eux innocence et enfance.

Sur les conseils de Thierry, le galoup blanc, resté en arrière pour retenir leurs monstrueux poursuivants, les trois compagnons descendent la vallée pour se rendre à Aurillac et trouver asile chez Maistre Lebreton.

Mais encore faut-il entrer dans la ville et, une fois dedans, pouvoir en ressortir...

Les murailles peuvent vite se transformer en piège mortel, surtout quand on y est enfermé avec les loups.

Car l ’ ombre du Vicomte ne cesse de s ’ étendre sur le royaume et engloutira bientôt Aurillac.

Dans la nuit qui monte, une tourmente approche, terrible, carnivore, sans repos, et cette tourmente a un nom... Malemort.

Le Grand Veneur chasse et sa proie... c ’ est Louis.

Chronique de Garlon

Je continue à vous parler de la série Louis le Galoup avec le second tome : Les Nuits d’Aurillac.

Louis, Séverin et la Roussote ont réussi à s’enfuir et suivent donc les conseils de Thierry : ils se rendent à Aurillac, pour rencontrer un forgeron qui pourra guider Louis vers un maitre qui lui apprendra à contrôler sa condition de galoup.

Mais l’entrée en ville est difficile, car des sbires galoups de leur ennemi les attendent aux portes, et ils devront donc faire preuve d’ingéniosité pour entrer. Mais entrer est une chose, et rester sans se faire repérer ou repartir en sont d’autres, beaucoup moins facile, et ce même si les jeunes héros sont aidés par de nouveaux alliés.

Se retrouvant à affronter nombre de dangers, comment ces jeunes gens vont-ils bien pouvoir faire pour survivre ? Et aussi, Louis parviendra-t-il, dans cet élément hostile, à repousser les instincts de galoup qui sont en lui ?

J’ai retrouvé ici une histoire vraiment passionnante et originale.

Nous nous retrouvons à nouveau dans Occitània, ce sud de la France si particulier. Nous retrouvons ici les éléments passionnants du tome 1, qui résident dans une histoire de fantasy intéressante se trouvant dans une France moyen-âgeuse déformée par une brèche qui transforme ce qui l’approche en créatures difformes.

Dans ce monde, un jeune homme doit accepter sa nature différente, plus sauvage, sa nature de galoup. Mais il est en même temps poursuivit par un grand nombre d’ennemis, tous plus redoutables les uns que les autres, ce qui apporte une grande dose d’action à une histoire déjà passionnante et intéressante.

Le petit point négatif que j’avais relevé pour le tome 1, c’est-à-dire le fait que l’on sentait l’auteur fort influencé par d’autres récits, n’apparait à mon sens plus ici, ce qui permet d’avoir un récit encore plus original et beaucoup moins prévisible.

 Le style de l’auteur est toujours aussi fluide. Il continue de mêler langage actuel et d’époque en un savant mélange très bien développé qui a le gros avantage de ne pas perdre le lecteur, chaque mot plus ancien étant bien expliqué. Les descriptions ne sont pas trop lourdes et ennuyeuse et le fait que l’ensemble du récit est très fluide et simple à comprendre fait de ce livre un récit parfait pour des jeunes lecteurs, tout en ravissant un lectorat plus âgé de par les talents de conteur de l’auteur. Car le tome 2 conserve la forme de conte du tome 1, et cela de façon superbe.

Le seul petit défaut que je pourrais relever dans le style de l’auteur, c’est qu’il décrit plusieurs fois les mêmes personnages, et à chaque fois avec les mêmes mots, ou de façon vraiment très proche, comme pour le Siblaire.

Les personnages sont vraiment très bien travaillés et attachants. Chacun a son histoire, sans cesse en mouvement, permettant ainsi au lecteur de se retrouver face à des personnages parfois jeunes et naïfs, et d’autres fois plus âgés et sages, ce qui permet à tout un chacun de s’identifier à eux et d’ainsi se retrouver plus fortement plongé dans leurs aventures.

Le partage des émotions avec les personnages est plus fort que dans le tome 1, et j’avoue sans honte avoir eu plus d’une fois la larme à l’œil lors de certains passages.

Nous retrouvons également les superbes annexes écrites par l’auteur, qui, avec beaucoup d’humour, vient nous présenter Aurillac et des succulentes recettes de cuisine du pays, augmentant ainsi la culture sur le sud de la France (déjà bien améliorée par les références culturelles du récit). Des passages du récit sont également repris, accompagnés de dessins, pour permettre ainsi au lecteur de se représenter les évènements de façon plus imagée.

En bref, un second tome encore meilleur que le premier, avec une histoire passionnante et originale, un style de conteur fluide et addictif, des personnages extrêmement bien travaillés qui vous jetterons la larme à l’œil, et des annexes passionnantes qui vous en apprendront plus sur la France du Moyen-Âge.

Sans contexte un livre que je conseille, aux publics jeunes comme aux plus âgés.

Pour ma part, ce second tome m’a permis de me décider sur une chose : cette série va figurer dès à présent dans mes coups de cœur.

 

Les Nuits d'Aurillac

Louis le galoup, tome 2

Jean-Luc Marcastel

Matagot

290 pages

15 €

 

Garlon

 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 16/05/2012