Amatsuki, tome 1, de Shinobu Takayama

amatsuki.jpg

Quatrième de couverture

Tokidoki est un lycéen plutôt nonchalant qui, pour combler ses lacunes en Histoire, est gentiment envoyé dans un musée. Mais ce musée est d'un genre nouveau : il propose une véritable immersion virtuelle dans le Japon de l'ère Edo au moyen d'un dispositif de lunettes révolutionnaire. Facétie du programme ou simple bug, le jeune homme se retrouve nez à nez avec un être étrange chevauchant un animal monstrueux tout droit sorti du bestiaire folklorique japonais. Tout tourne à l'horreur lorsque Tokidoki, blessé à l'œil gauche par la bête féroce, se retrouve prisonnier du Japon du XIXe siècle alors que ses lunettes gisent sur le sol, brisées...

Chronique de Garlon

Jettons-nous dans une série de mangas avec ce premier tome.


Tokidoki est un jeune étudiant ayant raté son examen d’histoire. Il se voit donc obligé de suivre un cours de rattrapage assez particulier.

En effet, il s’agit d’une incursion dans l’Edo du XIXème siècle grâce à une similation très réaliste donnée par des lunettes.

Mais voila que, pendant le cours, il rencontre un Yokai, un démon japonais, et se retrouve finalement coincé dans cet univers, les lunettes brisées à ses pieds.

Il va donc devoir se débrouiller pour survivre dans cet univers inconnu.


Ce manga m’a pas mal déçu.


En effet, bien que l’idée de base soit excellente et m’ait fort attiré, j’ai été déçu par la façon dont les choses se déroulent.

On se retrouve vite perdu dans l’histoire : les évènements se suivent de façon souvent fort chaotique, faisant qu’on ne s’y retrouve plus du tout, et j’avoue qu’il y a quelques passages que j’ai trouvé fort illogiques et dont je n’ai pas vu l’utilité.

Mais j’avoue que, sur la fin, ça va beaucoup mieux et l’histoire commence à se structurer un peu plus, ce qui promet de donner quelque chose de vachement bien pour la suite.

L’humour tente d’être inclu, mais je n’y ai pas été sensible du tout, ne souriant à aucun moment, le trouvant vraiment fade. Mais peut-être qu’un autre public sera plus réceptif.

Par contre, j’ai assez apprécié l’action, qui ne manque pas et permet de se retrouver immergé dans le récit, passionné par les évènements. De plus, cette plongée dans l’Edo, que je connais très peu, est vraiment bienvenue car elle apporte certaines connaissances historiques très intéressantes.

Les personnages, quant à eux, n’ont pas vraiment répondu à mes attentes : je les ai trouvés mal travaillés, assez fades pour la plupart (dont le personnage principal, tellement fataliste qu’il n’est même pas surpris de se retrouver dans ce genre “d’autre monde”), et leur comportement est souvent illogique. Je ne me suis donc pas du tout accroché à eux, m’ennuyant à les suivre.


Les dessins, quant à eux, m’ont également laissé un avis mitigé. Autant certaines choses sont bien dessinées dans l’ensemble, comme les personnages, autant les moments dans lesquels l’auteur tente de faire quelque chose de plus spectaculaire ne m’ont pas parus terribles, car j’ai trouvé que les dessins partent un peu dans tous les sens à ces moments-là.


En bref, nous avons un manga à l’idée de base assez originale, qui nous montre un peu l’histoire de l’Edo et les croyances japonaises de l’époque, avec pas mal d’action et des dessins pas mal, mais les évènements se déroulent parfois de façon fort chaotiques voire illogiques, les personnages ne sont pas fort bien travaillés et les dessins des moments d’action ne sont pas vraiment terribles.


Je verrai ce que donne le tome 2 pour me faire une meilleure idée.

 

Amatsuki, tome 1

Shinobu Takayama

Kazé

Manga

190 pages

7,79 €

 

Garlon

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 20/09/2013