Hotaru - Tome 1, de Satoru Hiura

Quatrième de couverture :

A 27 ans, Amemyia Hotaru ne vit déjà plus. Comme le dit son patron, Takano Seiichi, c'est un "poisson séché". Au travail, elle semble normale, mais chez elle, c'est une parfaite himono-onna : elle paresse en buvant de la bière et en mangeant devant des mangas. Elle ne sort jamais et sa dernière relation amoureuse remonte à la fac. Mais le jour où son patron va venir habiter chez elle et où un nouvel employé incroyablement beau, Makoto Teshima, va l'embrasser, elle comprendra que sa vie de Himono-onna ne peut plus continuer et qu'il lui faut réapprendre à vivre normalement si elle veut enfin être heureuse...

Chronique d'Archessia :

Hotaru est très satisfaite de la vie qu’elle mène. Elle a un bon travail qui lui plait et dans lequel elle a une apparence irréprochable, tandis que chez elle, elle peut paresser de tout son soûl. Elle ne fait pas attention au ménage, à la cuisine ou à son style. Son créneau ? Confort ! Il en va de même pour tout ce qui ne touche pas son travail. Sa vie amoureuse ? Tout simplement inexistante. Sa dernière relation date d’il y a 5 ans, et même si elle rêve de vivre une belle histoire, elle est bien consciente qu’elle ne saura pas s’y prendre avec un homme. Alors quand elle craque pour un jeune homme de trois ans son cadet, elle est vraiment perdue ! Rajoutez à ça que son patron strict et maniaque de 41 ans se retrouver à devoir cohabiter avec elle, et c’en est fini de sa petite vie pépère …

Hotaru est, de base, un manga somme toute assez classique. Une jeune femme un peu en décalage qui se retrouve dans une situation compliquée, prise entre deux hommes. L’histoire en elle-même est presque assez banale. Malgré ça, j’ai quand même passé un moment sympathique en le lisant. Il fait la part belle à l’humour et à toutes les situations cocasses ou étranges que peut vivre une jeune femme de presque 30 ans célibataire qui se laisse vivre sans jamais rien faire de spécial. Le début d’une relation amoureuse chamboule beaucoup tout ça, et on se plait à doucement rigoler en la voyant se dépatouiller comme elle le peut. Mais on peut être également un peu peinée pour elle, qui au final a beaucoup de mal à concilier celle qu’elle est vraiment, et celle dont elle veut donner l’image aux autres.

Les personnages, de par leur simplicité, sont facilement identifiables pour le lecteur. On peut rapidement se mettre à leur place, ou même reconnaître en l’un deux quelqu’un de notre connaissance. Hotaru, après tout, exprime beaucoup de peurs, d’envies et de doutes que la plupart des femmes de son âge. Cette « banalité » des personnages s’exprime également dans le trait, assez simple, joli sans être magnifique, mais qui rend bien et qui colle parfaitement avec le style narratif.

Au final, je dirais que ce manga ne brille donc pas par son originalité, que ce soit dans l’histoire ou dans le dessin, mais reste un récit pas prise de tête, agréable, que l’on lit avec facilité et qui nous fait passer un bon moment.

Hotaru – Tome 1

Satoru Hiura

Kana

192 pages

6,25 €

 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 11/05/2012