Thermae Romae 3, de Mari Yamazaki

therma-romae-3-casterman.jpg

Quatrième de couverture

L’aventure spatio-temporelle continue pour notre cher architecte Lucius. Pris au piège par des sénateurs véreux, il retourne la situation à son avantage avec brio grâce à sa foi en la grandeur des Thermes ! Reconnu maintenant comme le nouvel architecte de l’Empire, les commandes affluent de tous côtés et c’est une nouvelle fois dans le Japon contemporain qu’il puise son inspiration et innove en construisant ici une ville thermale, là une baignoire individuelle en bois et là-bas des bains totalement divins !

Chronique de Garlon

Continuons de parler de la série de mangas Thermae Romae avec ce troisième tome.

Le sénat souhaitant faire tomber la réputation du futur succèsseur de l’Empereur Hadrien, il décide de faire disparaitre l’architecte qui contribue à cela : Lucius, qui continue de construire des thermes pour la gloire de Rome.
Pour ce faire, il l’envoie au pied du Vésuve, en espérant qu’il se fera tuer par une bande de bandit. Mais, à nouveau inspiré par une visite dans le Japon de notre époque, Lucius va rassembler les bandits et les convaincre de l’aider à construire un village thermal.

Bien que ce tome reste excellent, je l’ai un peu moins aimé que les 2 précédents.

L’histoire est toujours bien montée, et passionnante. Le scénariot commence malheureusement à se répéter un peu trop, mais sans que ça soit vraiment lassant pour autant. Surtout que l’auteure arrive à continuer à innover, comme par exemple ce passage avec l’architecte japonais, ou encore la découverte de la nourriture japonaise par Lucius.
J’ai malheureusement trouvé que l’histoire prenait un tour un peu plus décousu, avec des tournures pas toujours très réalistes (je pense notamment aux bandits qui se voient convaincre très facilement et reviennent sur la bonne voie, ou encore la facilité avec laquelle Lucius reproduit tout ce qu’il trouve au Japon). Mais cela reste fort rare, l’histoire se tenant dans son ensemble.
L’humour est toujours très présent et, bien qu’ayant un peu moins rit que dans les deux premiers tomes, il y a quelques passages vraiment pas mal.
Les notes de l’auteure à propos des bains et de Rome sont des concentrés de culture vraiment bien placés et très intéressants.
On s’accroche de plus en plus à Lucius, mais également à d’autres personnages, comme l’architecte japonais, pour lequel je ne peux que croiser les doigts dans l’espoir d’à nouveau le croiser dans les prochains tomes. Le partage des émotions se fait donc de plus en plus et apporte ainsi un plus à l’histoire.

Les dessins sont toujours aussi bien faits et aussi réalistes, nous plongeant à la fois dans la Rome Antique et dans le Japon, pour notre plus grande joie.

En bref, un tome qui commence à se répéter et qui est parfois un peu décousu, mais qui reste d’une très bonne qualité, avec tout ce qui fait le succès de cette fantastique série.

Une série que je ne peux donc que vous conseiller de découvrir !

 

Thermae Romae, tome 3

Mari Yamazaki

Casterman

186 pages

7,50 €

 

Garlon

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau