Driven, saison 1 : Driven, de K. Bromberg

Quatrième de Couverture : 

Pour se protéger de déboires passés, Rylee Thomas est toujours dans le contrôle d'elle-même jusqu'au jour où elle rencontre le seul homme qui, justement, pourrait lui donner envie de lâcher prise... Colton Donavan, un boy superbe, arrogant et ténébreux, habitué à obtenir tout ce qu'il désire. Une histoire d'amour torride entre une femme qui cherche à se reconstruire et un pilote de course intrépide, constamment sur le fil du rasoir, qui repousse toujours plus loin ses propres limites comme celles des autres. 

 

Chronique de Ceinwèn :

Une énième romance ? Oui et non ! Cette fois-ci, c'est le héros que j'ai eu envie de gifler. Cela nous change de l'héroïne tête-à-claque/nunuche/etc. Est-ce mieux ? Pas vraiment...

Deux personnages au passé amoureux houleux et douloureux. Une rencontre improbable et une attirance sexuelle immédiate (à défaut d'amour, le sexe ça rapproche les corps).

L'un est un pilote reconnu. L'autre donne de son temps et de sa santé pour des jeunes qui n'ont plus rien. Ils s'apprivoiseront l'un l'autre et se blesseront comme seuls ces types de personnages savent le faire. 

Le passé de l'héroïne, qui n'est pas sans me rappeler Te Succomber de Jasinda Wilder, nous est révélé assez rapidement. Son comportement est donc rapidement cohérent et sans mystère. On compatit et on comprend ses réactions.

Colton de son côté, reste complètement obscur de bout en bout du roman. On devine qu'il y a quelque chose (ne serait-ce que par rapport au genre du roman en lui-même) mais l'auteur ne donne pas vraiment de pistes. Du coup, tout ce qu'on peut penser c'est que c'est un sacré crétin et un parfait ***.

Si j'ai aimé toutes les interactions avec les jeunes, qui apportent une touche de naïveté et d'innocence au roman - ainsi que de l'espoir - je me suis trouvée frustrée par le métier de Colton. Cela fait entièrement partie de lui et l'auteur y fait souvent allusion, mais en restant totalement en retrait de cet univers. Je le regrette vraiment, ça aurait pu être un excellent contrepoint au bénévolat.

Du côté de la romance, il n'y a aucune surprise ! Une rencontre impromptue, une manipulation pour qu'ils se retrouvent l'un l'autre et voilà Colton qui fait son possible pour séduire Rylee. Et après l'avoir bien rassurée, l'avoir convaincue de ses bonnes intentions, l'avoir mise dans son lit...il se comporte comme le pire des goujats et c'est la fin ! 

On ne pourra pas reprocher à l'auteur de ne pas donner envie au lecteur d'aller plus loin. Car oui, comment vont-ils faire pour dépasser ça ? (Personnellement, j'aurai envie de le frapper et de le traîner dans la boue, mais ça n'est que mon opinion)

L'écriture n'est pas particulièrement remarquable, elle colle au récit et on n'en demande au fond guère plus. Comme souvent avec ce type de romance, je regrette que la relation soit à tel point au cœur du récit que tout le reste est négligé. 

Je sais, il faudrait que je lise la suite, qui sera plus profonde et complexe, mais j'aimerai bien que de temps en temps, un tome 1 soit un peu plus qu'une nouvelle parade amoureuse sans rien autour.

 

Driven

Driven, saison 1

K. Bromberg

Hugo Roman (octobre 2015)

451 pages

17 € (papier) - 12.99 € (numérique)

 

Ceinwèn

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 31/01/2016