Fifty Shades 1 : Cinquante nuances de Grey, de E.L. James

Quatrième de Couverture :

Lorsqu’Anastasia Steele, étudiante en littérature, interviewe le richissime jeune chef d’entreprise Christian Grey, elle le trouve très séduisant mais profondément intimidant. Convaincue que leur rencontre a été désastreuse, elle tente de l’oublier – jusqu’à ce qu’il débarque dans le magasin où elle travaille et l’invite à un rendez-vous en tête-à-tête. 

Naïve et innocente, Ana ne se reconnait pas dans son désir pour cet homme. Quand il la prévient de garder ses distances, cela ne fait que raviver son trouble. 

Mais Grey est tourmenté par des démons intérieurs, et consumé par le besoin de tout contrôler. Lorsqu’ils entament une liaison passionnée, Ana découvre ses propres désirs, ainsi que les secrets obscurs que Grey tient à dissimuler aux regards indiscrets… 


Chronique de Ceinwèn

Voici enfin mon avis sur le premier tome de cette trilogie qui a tant fait parler d'elle. Qui ne connaît pas maintenant cette fameuse cravate, que vous ayez lu ou pas le texte qu'il y a derrière ? Merci entre autre aux immenses affiches du métro parisien (libérateur pour celles et ceux qui le lisaient dans le métro).
Quand j'en entendais parler, je pensais que ça parlait d'érotisme (il y en a), d'amour (si on veut), de domination (plutôt possessivité), de caractère (euh...) et surtout de SM. Pour info, le SM (Sado-Masochisme) c'est un mode de vie pour certains. L'auteur va nous copier d'ailleurs une définition que certains disent sortie de Wikipédia (elle est ici pour les curieux) ce n'est pas exact exact. En tout cas, la définition donnée dans le roman est exacte. De là à dire que le roman parle de SM, les américains ont allégrement sauté le pas.

Christian Grey est un jeune homme à l'enfance difficile qui a réussi dans la vie, sa fortune en est obscène, et c'est un dominant dans tous les aspects de sa vie. Ana est une étudiante, en coloc avec sa meilleure amie. Si Kate étudie le journalisme, Ana est plutôt dans l'édition. Un jour Kate demande à Ana de la remplacer pour une interview et c'est ainsi que notre innocente jeune femme rencontre Christian Grey.

Va alors se mettre en place un jeu de fascination de part et d'autre des protagonistes. Mais Ana est vierge et Christian lui propose un contrait de BDSM. Résultat ? pas de masochisme pour nous lecteurs (allez, deux petites scènes à peine décrite pour deux tomes que j'ai lus).
Si vous voulez en savoir plus sur ce monde, autant allez sur Wikipédia vous serez plus informés. Ce roman, c'est principalement une première moitié pour que les protagonistes se lancent dans une relation (quelle qu'elle soit) puis une deuxième partie pleine de sous-entendus et de scènes érotiques sans être SM.

Ana est naïve, vierge et assez stupide. Qu'elle soit vierge n'est pas un souci, mais ses réactions sont totalement aberrantes. Quant à sa déesse intérieure...qu'on se parle à soi-même est une chose, mais parler de son esprit comme d'une déesse intérieure c'est limite limite. Christian finalement est peu vu et son comportement étant entièrement vu/compris par le prisme d'Ana on ne sait pas finalement ce qu'il est, quelle est réellement sa personnalité.

Ce roman c'est surtout beaucoup, beaucoup, beaucoup de répétitions. Vraiment. Les métaphores et les images sont également très nombreuses, mais surtout faciles, un peu naïves. A la limite du ridicule quand même parfois "je m'enroule dans sa voix comme dans une serviette chaude". Je sais que ça apporte beaucoup au lecteur d'avoir des images pour être mieux projeté dans la scène, mais il n'en faut pas trop.

Un détail d'écriture qui m'a pas mal dérangé c'est le fait que la narration soit au présent. C'est assez destabilisant. Personnellement je n'adhère pas à ce choix, mais je sais que pour certains c'est au contraire un plus pour mieux s'immerger dans l'histoire.

Les scènes de sexe ne sont pas si bien écrites que ça, les personnages ne sont pas intéressants et il n'y a pas d'histoire à mon goût. Cependant, on se retrouve curieusement à lire le livre jusqu'au bout, toujours sans comprendre pourquoi on est allé jusqu'à la fin. Les lecteurs ont pu être abusé par toutes les campagnes qui battaient autour de ce roman, allant jusqu'à le désigner comme "mummy porn". Ce sont des gens qui ne l'ont pas lu, ou avec un gros a priori, et les lecteurs ne savaient plus à quoi se fier. Ce roman n'est pas un roman de domination sexuel : l'auteur l'a, je pense, plus voulu comme la découverte de la sexualité par une vierge sous la houlette d'un homme dominant (à la limite de l'obsession). 

Alors après, on adhère ou non aux idées portées par le livre, par exemple moi-même je ne supporterai pas que mon homme soit aussi dominateur et obtu, mais pour celles qui recherchent plus une romance entre deux personnages, le roman remplit son office. Il ne sera certes pas meilleur que ce qu'on a déjà sur le marché, quoi que peut-être plus moderne, mais il ne sera pas pire que d'autres.

 

 

Cinquante nuances de Grey

Fifty Shades 1

E.L. James

JC Lattès

560 pages

17€

 

Ceinwèn

 

Commentaires (1)

Lily
  • 1. Lily | 18/12/2012
Cette critique renforce l'idée que je me fais de ce livre : c'est -au mieux- un Harlequin.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 17/12/2012