Noblesse Oblige, tome 1 : Le duc mis à nu, de Sally MacKenzie

noblesse-oblige-1-le-duc-mis-a-nu.jpg

 

Quatrième de couverture :

 

L'habit ne fait pas le duc.

La chance ne sourit décidément pas à Miss Sarah Hamilton, fraîchement débarquée de Philadelphie. Son père lui a fait promettre sur son lit de mort de se rendre en Angleterre chez son oncle, le comte de Westbrooke, mais des marins maladroits ont fait tomber sa malle dans le port de Liverpool. Démunie et un peu perdue, Sarah se voit réserver un accueil pour le moins étrange dans l’auberge où elle compte passer la nuit. A son réveil : stupeur ! Un homme nu partage son lit ! La voici compromise, et mêlée aux dangereuses affaires de famille du très séduisant duc d’Alvord…

 

 

Chronique de Platinegirl :

 

Je ne me lasse pas des romances plus ou moins érotiques publiées récemment par Milady sous le label Milady Romance. Dans la collection Pemberley, on retrouve l'univers et l'époque chers à Jane Austen, mais avec pas mal de scènes piquantes selon les séries. Noblesse Oblige ne nous le cache pas : les héros sont mis à nus dans tous les sens du terme !

 

 

Comme d'habitude, nous avons droit à un roman de très bonne facture. De format poche, il est écrit relativement petit et se lit pourtant comme on respire : facilement ! Pour ce qui est de la couverture, je reste dubitative car, même si je la trouve fort jolie finalement, j'aurais préféré une couverture qui mettent plus en avant l'époque à laquelle se passe l'histoire (le XIXème siècle) car on s'attend à lire un texte sur la royauté actuelle avec de telles couleurs vives !

 

 

Dans ce premier tome, "Le Duc mis à nu", nous découvrons une héroïne américaine qui débarque en Angleterre et se trouve rapidement en situation fort compromettante, par erreur. Sarah de Pennsylvanie, parce que c'est son nom, est une jeune première fort intéressante de part justement sa naissance outre-atlantique : quand on lit comme moi beaucoup de romans se passant à cette époque, on a l'habitude de cotoyer des règles de la primo-succession (le premier fils est celui qui garde le titre), on oublie que ce n'était alors pas une règle partout, et surtout pas aux Etats-Unis ! Aussi, avec son caractère farouche et sa volonté de vivre honorablement en tant qu'institutrice, Sarah bouscule les gen(re)s et m'a permis de vite me plonger dans ce roman pour la découvrir.

Le texte est écrit avec une narration à deux voix (en plus de quelques passages omniscients) : à chaque saut de ligne (heureusement, ils sont assez rares sur une double page ! ), on change de narrateur, passant de Sarah au bel inconnu qu'elle découvre nu comme un ver dans son lit par hasard : le duc James d'Alvoyd. J'avoue l'avoir trouvé très surprenant, loin du modèle masculin que l'on nous propose d'habitude. Certes, dans une thème romance pimentée de scènes cocasses et sexuelles, ce n'est pas un puritain, mais il y a un je-ne-sais-quoi d'étonnant, ce duc, il ne ressemble pas à un certain Mr Darcy... et ce n'est pas plus mal !

Autour de ces deux personnages gravitent le cousin du duc, Richard, ainsi que deux amis d'enfance : Robbie et Charles (tous deux ayant droit à une attention telle qu'on s'attend à les voir mis en scène en tant que héros dans les tomes suivants). Il y a aussi la jeune soeur de James, Lizzie (que l'on retrouvera aussi certainement) et deux vieilles ladies qui vivent avec lui et qui sont franchement drôles et non-conventionnelles.

 

 

 

Avec tous ces personnages, on avait déjà de quoi faire une belle romance. Pourtant, Sally MacKenzie a décidé de pimenter le tout, non seulement avec des scènes classées X diverses et variées (il y a même une tentative de viol, cela m'a semblé choquant mais, au moins, ça change des cuisses qui s'ouvrent pour un "oui" ou pour un "non"  dans la littérature érotique ! ), mais aussi avec beaucoup d'humour (cf les ladies loin d'être puritaines, mais aussi la gaucherie et le manque de connaissance de Sarah en terme de sexe), et enfin aussi avec une pseudo-intrigue policière : mais qui donc essaie de tuer le duc ? (On le sait très vite, cependant.)

Franchement, c'est une lecture qui détend, c'est frais et agréable, mais j'avoue que cette complexification du genre "romance" n'est pas sans mal car un certain passage m'a complètement perdu (j'ai beau le lire et le relire, repartir plusieurs pages avant... je ne le comprends toujours pas, comme si un détail important de l'action avait été sauté). C'est seulement un passage, heureusement, après on reprend sa lecture sans encombre :

 

 

"Le Duc mis à nu" est un roman que j'ai dégusté cet été avec grand plaisir, en une bouchée : c'est tellement peu commun d'imaginer la vie sexuelle des héros du XIXème siècle que cela donne un sentiment, disons très intéressant, d'interdit !

 

 

Le duc mis à nu

Noblesse Oblige, tome 1

Sally MacKenzie

Editions Milady (Romance - Pemberley)

360 pages

7,60 euros.

 

Voir aussi ma chronique des tomes suivants :

Noblesse Oblige, tome 2 : Le marquis mis à nu, de Sally MacKenzie

Noblesse Oblige, tome 3 : Le Comte mis à nu, de Sally MacKenzie

 

 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 03/03/2013