De Ronces et d’Écume, de Danielle Guisiano

Quatrième de Couverture :

Après un séjour de plusieurs années dans un pensionnat en Angleterre, Évy retrouve avec bonheur sa terre d’Irlande, la tête emplie de rêves d’indépendance et de liberté.
Mais le sort en a décidé autrement.
Au lendemain d’un bal masqué, le réveil est plus que surprenant. Ce qu’elle considère comme pure mascarade se révèle être un vrai serment de mariage. La voilà désormais unie au sulfureux et inaccessible baron de Kerry.
Et si le lien le plus indéfectible n’était pas celui contracté devant Dieu ?

Chronique de Ceinwèn :

e l'avoue, c'est principalement la couverture de ce roman qui me faisait de l’œil ! Le pitch était presque secondaire, tant j'étais curieuse.

Le premier chapitre pose le ton et est dévoilé dans la quatrième de couverture : à la suite d'une soirée, elle découvre un homme dans son lit ! Elle est désormais marié à un Baron, célibataire à la réputation sulfureuse et qui la prend pour sa cousine ! Mais le jeune homme semble décidé à assumer ses actes, et la voilà contrainte de déménager pour vivre avec un homme qu'elle ne connaît pas et qui donne l'impression de la mépriser.

Seule, désespérée, Evry a du mal à se faire à sa nouvelle vie. De drames en quiproquos, la vie de la jeune femme sera prise entre désillusions et jalousie, alors même que son attirance pour son mari grandit.
Mais en parallèle de ses mésaventures, qu'il ignore pour la plupart, le Baron a bien d'autres soucis : de mystérieux incidents semblent prêts à mettre son entreprise en faillite. Il devine que quelqu'un lui veut du mal, mais il ne peut rien prouver et ne voit pas qui pourrait lui vouloir du mal. Il décide alors de monter un plan pour découvrir la vérité alors que sa jeune femme fait de même de son côté.

Cette histoire se découpe en deux parties très différentes l'une de l'autre. La première plante le décor et nous permet de prendre la jeune Evry en pitié. Les événements se précipitent autour d'elle et en tant que femme, elle ne peut que s'incliner face à eux, sans aucune prise sur son avenir. Sa cousine, que j'ai rapidement détesté, n'arrange vraiment pas les choses. 
Mais alors que grandit une attirance et une certaine complicité entre Evry et son mari, un drame survient.
Commence alors la deuxième partie, portant sur le Baron de Kerry, bien loin de chez lui

Ce roman débutait bien : de l'intrigue, de la trahison, de la jalousie dans une société ne laissant pas la place aux femmes et avec une Evry qui se retrouve mêlée bien malgré elle à ces histoires. Mais j'ai regretté le manque de dialogues, de chaque côté du couple, qui provoque des drames bien inutiles à mon sens.
Enfin la deuxième partie semble sorti d'un autre roman tant elle est différente de la première. Il est dur de faire le lien entre les deux. La fin, du coup, m'a semblé arrivée comme un cheveu sur la soupe : trop rapide et trop facile.

Au final, c'est une petite romance qui débutait bien, mais dont la fin retombe un peu. Dommage.

 

De Ronces et d’Écume

Danielle Giusiano

Rebelle Editions

248 pages

15 € (papier) - 4.99 € (numérique)

 

Ceinwèn

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau