La mèche de guerre des Mac Donald 3 : Le massacre de Glencoe, de Nathalie Dougal

meche-3.png

Quatrième de couverture

Après deux ans de guerre civile, le chef du clan Donald de Glencoe a prêté serment d’allégeance au roi William. Son clan est désormais placé sous la protection de la garnison de Fort William. Eiblin et Iain sont satisfaits de la paix retrouvée et rêvent d’un avenir prospère. La sérénité du couple est toutefois de courte durée. En février 1692, deux compagnies du régiment d’Argyll marchent sur Glen Coe. Les militaires réclament l’hospitalité du clan, en attendant l’ordre d’attaquer les Mac Donald de Glengarry demeurés hostiles au roi William. Eiblin et Iain ne peuvent rester indifférents à ce projet. Deux semaines durant, ils divertissent les soldats tout en organisant la sauvegarde de leurs cousins Mac Donald. Les augures sont funestes cependant : la banshee du clan – messagère de mort – a été aperçue, lavant un linceul dans la rivière Coe. Le soir du 12 février, le capitaine Campbell de Glenlyon reçoit l’ordre tant redouté.

Chronique de Garlon

Parlons aujourd’hui du dernier tome de La Mèche de guerre des Mac Donald.

Ayant prêté serment au roi William, Glen Coe se retrouve à devoir héberger des soldats. Mais, juste avant le départ de ces derniers, ils attaquent subitement les villages, dans le but d’exterminer la population. Iain, Eiblin, Sandy et une partie des villageois arrivent à s’échapper. Privés de terre et de moyens, les survivants devront se battre pour survivre, et accepter de nombreuses pertes. Comment les Mac Donald de Glen Coe vont-ils pouvoir survivre sans terres ?

Voici un superbe tome pour clore cette magnifique série.

L’histoire est vraiment en tous points passionnante, et j’avoue que, une fois le livre commencé, j’avais vraiment du mal à le lâcher. Jour et nuit, j’étais obsédé par l’histoire, me demandant ce qu’il pourrait bien arriver d’autre à nos héros, comment ils pourraient s’en sortir, etc. L’histoire est extrêmement prenante et prendra le lecteur sans aucun espoir pour lui d’en sortir avant d’avoir fini sa lecture.
L’action est fort présente, tout comme les manipulations, la politique, la survie, etc. De très nombreux ingrédients sont réunis pour nous concocter une histoire dans laquelle il est impossible de s’ennuyer, tellement tout avance rapidement, en laissant à peine le temps au lecteur de reprendre son souffle. On pourrait croire que le fait de passer une partie du livre à voir le clan tenter de survivre peut être lassant, mais pas du tout, bien au contraire. En effet, il arrive tant de choses à ce clan, qui a tellement de difficultés à s’en sortir, ils ont tellement d’amis qui leur viennent en aide et d’ennemis qui veulent les exterminer, que l’histoire est vraiment loin d’être lassante, surtout que les états d’âmes des survivants sont vraiment très bien décrits, tout comme les conflits entre membres du clan, etc. Ajoutons encore à cela les jeux de politique et de manipulation pour tenter de récupérer Glen Coe, et nous nous retrouvons avec une histoire en tous points passionnante.
De plus, en plus d’avoir tous les éléments d’une très bonne histoire, ce livre est avant tout un roman historique. L’histoire du clan, d’Eiblin et de Iain qui y est décrite raconte donc ce qui leur est réellement arrivé, ce n’est pas de la fiction. Cela augmente donc l’intérêt pour l’histoire racontée, car on apprend énormément de choses sur l’histoire des Mac Donald, de l’Ecosse, de l’Angleterre, ainsi que quelques éléments culturels vraiment très intéressants.
Avec tous ces éléments réunis, nous nous retrouvons vraiment présents dans le récit, aux côtés des personnages, vivant plus que lisant les évènements, tellement ils paraissent réels et présents autour de nous.

Le style de l’auteur est vraiment très fluide et extrêmement agréable à lire. Il est très humain et rapproche par conséquent le lecteur des personnages et des évènements, accentuant ainsi l’impression qu’il a de vivre l’histoire, d’être aux côtés des personnages, plutôt que de simplement la lire.
Quelques coquilles sont présentes dans le récit, mais il y en a relativement peu et elles ne gênent aucunement la lecture du livre.

Les personnages sont également un grand point positif dans le récit raconté par Nathalie Dougal. En effet, en plus d’être des personnages ayant réellement existé, ils sont également très bien travaillés, aucun aspect n’est négligé, et ils sont tous uniques, avec leurs états d’âme, leurs bons et mauvais côtés. Un grand travail a été fait à leur niveau, ça se voit, pour les rendre vivant, permettre au lecteur de se retrouver avec eux pour vivre leur histoire, se souvenir du passé.
Cette proximité permet également au lecteur de partager les émotions des personnages avec une rare intensité. En effet, dans ce livre, bien plus que dans la grande majorité de mes lectures, j’ai pleuré, j’ai ri, j’ai été triste, heureux, en colère, ai ressenti de l’amitié, etc., et ce jusqu’à la dernière ligne, avec Eiblin et Iain, me sentant ainsi extrêmement proche d’eux, vivant leurs joies et leurs déboires à leurs côtés.

En bref, nous avons ici un superbe roman historique qui retrace la vie d’un couple, d’un clan et d’une nation, avec une histoire en tous points passionnante, de l’action, de la politique et de la manipulation à souhait, un style d’écriture fluide et vraiment très humains et des personnages extrêmement bien travaillés qui partagent énormément d’émotions avec le lecteur, le faisant se sentir extrêmement proche d’eux. Pour résumer en quelques mots : une histoire qu’on ne lit pas, mais qu’on vit !

Et quoi de mieux que de vivre l’Histoire aux côtés de ses acteurs ?

Un énorme coup de cœur qui restera dans ma mémoire, je peux vous l’assurer !
La fin de cette trilogie laisse d’ailleurs un vide en moi, je suis vraiment triste que l’aventure soit terminée et espère vraiment que Nathalie Dougal se lancera dans l’écriture d’une nouvelle série historique rapidement.

 

Le massacre de Glencoe

La mèche de guerre des Mac Donald, tome 3

Nathalie Dougal

Le Manuscrit

384 pages

25,90 €

 

Garlon


 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau