La Mémoire du Monde, tome 1, de Stéphanie Janicot

Memoire

Quatrième de couverture

« Née Mérit, l’aimée, sous le règne du pharaon Aménophis III, j’ai été Bérit, l’alliance, pour les Hébreux, Sophia, la sagesse, pour les Grecs et les Romains. Alors que je n’ai plus de nom, que je suis vouée à disparaître, je te livre l’histoire de ma vie. Écoute-moi bien, car ma mémoire est ta pensée. »

C’est à un vertigineux voyage dans le temps que nous convie Stéphanie Janicot avec La Mémoire du monde, une fresque sans équivalent par son ampleur, l’aventure du monde occidental sur plus de trois millénaires.

Chronique de Garlon

Faisons un voyage à travers l’histoire grâce à ce magnifique premier tome.

Née dans l’Egypte ancienne, petite fille du médecin de pharaon, Merit boit, alors que des soldats viennent les attaquer, un filtre de son grand-père qui aurait pour but de rendre immortel.

Ne pouvant donc plus mourir, Merit se prépare à vivre éternellement, et c’est donc à travers ses yeux que nous allons parcourir les évènements de notre histoire.

Bien que réticent au début, j’avoue que j’ai fini par m’accrocher au livre pour, au final, être totalement fasciné par l’énorme talent de l’auteur.

Au départ, j’ai été réticent pour une raison qui m’énerve en général énormément dans certains romans historiques : la réalité historique n’est pas respectée sur plusieurs aspects et induit donc le lecteur en erreur. Les deux grands exemples que je peux citer sur le début du livre sont les harems égyptiens qui, contrairement à ce qui est dit dans le livre, n’étaient pas des lieux dans lesquels étaient cloitrées les femmes d’un pharaon et dont il pouvait jouir, mais un état dans l’état, dans lesquels beaucoup d’enfants étaient éduqués, les femmes y apprenaient la danse, la musique, mais également d’autres matières plus intellectuelles, etc. Rien à voir avec les harems comme ils sont entendu ici, donc.. Le second point est la condition de la femme en Egypte. On voir, à travers le livre, des femmes dominées par les hommes. Or, on sait maintenant que les femmes égyptiennes se trouvaient sur un pied plus ou moins égal avec les hommes, et que certains aspects pourraient même être qualifiés de plus évolués qu’à notre époque…

Cela m’avait fort refroidi, car, si l’on ne maîtrise pas correctement l’Histoire, comment écrire un bon livre historique ? J’ai écrit des critiques incendiaires pour moins que ça !

Mais voilà que vient l’exil des hébreux (qui ne sont pas qualifiés d’esclaves, point positif pour l’auteur, qui n’est pas tombbée dans les stéréotypes mais a ici cherché la réalité historique), et c’est là que l’histoire commence à devenir vraiment intéressante. En effet, ici, on plonge dans une vision historique de l’auteur vraiment très originale, qui nous apprend comment les différentes légendes hébraïques ont pu naitre, à travers des histoires inventées pour les enfants, et au final former la Torah et les autres croyances. Tout est très bien pensé et nous montre certaines sources, comme la légende babylonienne qui serait à l’origine de celle nous parlant de Moïse sauvé des eaux (dont j’ai déjà entendu parler grâce à une amie historienne).

C’est donc une nouvelle vue sur l’histoire que nous offre ici l’auteur, avec ce qui donna les légendes hébraïques, à l’origine de plusieurs de nos religions modernes, mais aussi la philosophie grecque et l’histoire des Ptolémées. On apprend énormément de chose tout en découvrant une autre façon de voir l’histoire, d’autres probabilités. Tout cela est tout bonnement fascinant !

Ca nous permet non seulement de plonger dans l’histoire, mais aussi de toucher énormément de points autour de la philosophie, de la remise en question perpétuelle, etc.

C’est donc un livre qui, à travers un relatement de l’Histoire, nous plonge également en nous même tout en nous faisant découvrir une autre façon de voir le monde.

Mais cela n’est pas le seul point positif du livre, car les évènements, historiques comme relevant du cadre personnel de Merit, sont vraiment très bien pensés et font qu’on se retrouve totalement fascinés par les évènements, pris par toutes ces vies que nous croisons et qui sont toutes uniques et pleines de mouvements.

On pourra par contre reprocher que l'histoire est un peu brouillonne par moment et que, à force de passer d'une époque à une autre, on finit par s'y perdre un peu, et il n'est pas rare d'oublier qui était tel ou tel personnage...

Le style de l’auteur, quant à lui, est fort fluide et très agréable à lire, et nous permet de nous plonger totalement dans les évènements, et de vivre l’histoire comme l’Histoire avec passion.

Concernant les personnages, ils sont superbement travaillés, chacun est unique en son genre, et on s’y attache énormément, partageant leurs émotions, ce qui accentue l’intérêt du lecteur.

En bref, nous avons ici une superbe histoire qui retrace l’Histoire de notre monde d’une façon vraiment originale, tout en nous faisant également vivre les différents aspects de la philosophie et du questionnement. Bien que plusieurs éléments ne respectent pas la réalité historique, on fini par oublier cela, tellement on est fasciné par ce qui se passe. En plus de cela, l’histoire est superbement trouvée, vraiment passionnante, le style d’écriture est fluide et agréable et les personnages sont superbement travaillés et très attachants.

Un superbe livre à absolument découvrir, mais tout en faisant attention avec la réalité historique, car tout n’est pas respecté.

 

La Mémoire du Monde, tome 1

Stéphanie Janicot

Albin Michel

Roman historique

573 pages

25 €

 

Garlon

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 22/12/2013