Ramsès II L'Immortel 1 : Le diable flamboyant, de Gerald Messadié

ramses-2-1.jpg

Quatrième de couverture

Pa-Ramessou sera-t-il jamais couronné pharaon sous le nom de Ramsès II ? Tout paraît s'y opposer. Son père, Sehti Ier, semble lui préférer le jeune Ptamose, descendant d'une autre dynastie. Très vite, les deux jeunes princes s'opposent, mais Ptamose est-il bien loyal aux dieux de l'Égypte ? L'hérésie d'Akhenaton a encore des disciples...
Le futur roi, il est vrai, a bien des atouts. À quinze ans, il a vaincu à Qadesh ; sa légende s'étend déjà jusqu'aux confins du monde connu. Beau, courageux au combat, il jouit d'une singularité prophétique : il est roux comme le dieu Seth, maître du Soleil et de la violence...
Sa femme Nerfetari, par sa descendance innombrable, va lui donner l'illusion de l'immortalité. Persuadé qu'il est d'essence divine, ivre de gloire et de puissance, le pharaon finira-t-il par déchaîner la jalousie du dieu à crinière de feu ?
C'est avec le recul de l'historien et le talent du romancier que Gerald Messadié évoque, dans le premier volume de sa trilogie, le début du règne de Ramsès II.

Chronique de Garlon

Plongeons dans l’Egypte Antique avec ce roman qui va nous parler de la vie de l’un des personnages les plus connus de l’Histoire : Ramsès II

Nous découvrons en effet ici le jeune Pa-Ramessou, qui a 7 ans lorsque le livre commence, et qui assiste au couronnement de son grand-père, Ramsès, après la mort de son prédécesseur, Horemheb.
Nous suivrons donc la jeunesse de ce jeune homme, sous le règne de son grand-père, puis de son père, Séthi, avant que son propre couronnement ne voie le jour, et que nous le découvrions donc en tant que Pharaon, sous le nom de Ramsès II.

Je vais le dire d’emblée, histoire de tout de suite annoncer la couleur : même si je trouve que l’auteur a fait un très bon travail et que sa vision des choses permet d’ouvrir des horizons différents de ce qu’il est communément admis, je ne partage pas cette dernière, et de nombreuses incohérences historiques viennent ruiner complètement la crédibilité du récit, le rabaissant à mes yeux à une simple histoire, et non à un roman historique se basant sur des preuves sérieuses.

Mais avant de parler de l’Histoire, abordons l’histoire racontée par le livre.
J’ai trouvé que l’auteur a réussi à créer un récit qui tient pas mal le lecteur en haleine, le gardant captivé grâce à pas mal d’action, des manipulations, des complots, et même de la folie. Ces aspects accrocheront certainement le lecteur, le rendant complètement plongé dans l’histoire, captivé par le déroulement des évènements.
L’auteur a un style assez fluide et agréable, même si j’ai trouvé qu’il n’était pas toujours adapté à la période de l’Egypte Antique.
Les personnages sont bien travaillés, mais le lecteur ne se sentira pas proche d’eux, ne partageant pas leurs émotions.
En bref, le livre en tant qu’histoire est intéressant, mais ce n’est pas le point qui caractérise les récits historiques, car encore faut-il que ceux-ci soient cohérents.

Passons donc maintenant au niveau historique, là où je suis presque à 100% contre les idées véhiculées par l’auteur.
En effet, l’auteur n’hésite pas à se revendiquer, dans les annexes, comme l’un des rares à ne pas idéaliser l’Egypte ancienne. C’est bien, et je ne suis pas contre cela, trouvant parfois que les choses sont peut-être trop idéalisées par nombre d’égyptologues...
Mais j’ai trouvé qu’ici l’auteur exagérait beaucoup trop. Il a créé un Ramsès II ivre de pouvoir, prêt à tout pour accroitre celui-ci, tyran, menteur, manipulateur, etc.
Certes, il ne faut pas idéaliser le personnage, et certaines incartades sont certainement vraies, mais ici l’auteur fait un grand nombre de suppositions qui ne sont fondées que sur du vent, rien de plus, qui font passer Ramsès II, ainsi que les autres personnages royaux de l’histoire, pour des tyrans, presque des fous, alors que ces personnes étaient adulées, aimées par leur peuple...
Mais bon, cela amène également un coup de fouet, et permet de ne pas trop idéaliser Ramsès, qui l’est dans beaucoup d’autres récits. Mais, pour qu’une balance soit créée sur le personnage, encore faut-il comparer avec d’autres ouvrages, c’est pourquoi je vous conseillerais la série en 5 tomes de Ramsès, de l’auteur Christian Jacq, mon auteur préféré, qui saura vous donner une image beaucoup plus positive du personnage et de son entourage.

L’idée de Ptahmose et ce que celui-ci représente repose également sur nombre de suppositions, mais le mystère régnant autour d’un autre prétendant au trône est assez fort pour permettre cela, et c’est une supposition comme une autre que je ne rejette pas, même si je n’irais pas jusqu’à y croire d’emblée.

Maintenant, passons aux incohérences historiques, qui me prouvent qu’il ne faut pas prêter foi à l’image de l’Histoire que l’auteur tente de véhiculer via ce livre :

Tout d’abord, l’esclavage. Dans le récit, on parle souvent d’esclaves, de coups de fouets, etc. Malheureusement, nombre d’ouvrages dits “de référence” osent encore parler d’esclavage en Egypte ancienne... Alors qu’il est prouvé depuis pas mal de temps maintenant qu’il n’y avait pas d’esclaves en Egypte Antique... Cette image de l’esclavage a été trop longtemps véhiculées par le récit non historique et fabulateur de la Bible, dont la fausseté au niveau historique a été prouvée depuis longtemps, par Hollywood, pour qui l’esclavage donnait bien au cinéma, et quelques autres sources tout aussi fausses...Certes, il existait des serviteurs, mais vraiment rien de comparable avec des esclaves, bien au contraire. Mais je ne vais pas m’étendre là dessus, de nombreux ouvrages très sérieux pouvant vous aider à ce sujet.

Autre point faux : les harems, ou ces palais de concubines. C’est totalement faux ! Ce qui a été, par une malencontreuse faute de goût, traduit par harem au niveau de l’Egypte ancienne, n’a strictement rien à voir avec les harems de ces sultants assoifés de sexe, bien au contraire. Les harems de l’Egypte ancienne étaient plutôt des structures religieuses gérées par des femmes, un genre d’état dans l’Etat, dans lequel nombre d’activités artistiques étaient exercées. Il ne s’agissait nullement de réserve de viande pour un roi en manque de sexe !
Bien sûr, s’y trouvaient les épouses secondaires de Pharaon, tout comme ses épouses diplomatiques, et la Première Epouse Royale dirigeait l’ensemble des “harems”, mais ce n’était pas un lieu dans lequel on se servait des femmes pour satisfaire les envies de n’importe qui dans la famille royale ou leur entourage !
C’est comme si, maintenant, messiers, on vous disait que vous deviez envoyer votre épouse chez votre frère ou votre fils pour satisfaire ses envies... Cela est faux, les épouses de Pharaon étaient des épouses “normales”, et donc pas envoyées pour satisfaire les désirs de telle ou telle personne !

Troisième point que je souhaite soulever : la façon dont les femmes sont traitées dans le livre. Cela ne correspond en effet pas à la réalité historique. En effet, les femmes, en Egypte ancienne, étaient plus ou moins à l’égal de l’homme, à un point qui n’a plus jamais été atteint depuis  (même actuellement nous n’en sommes pas là, car nous n’avons jamais eu, par exemple, de femme à la tête de l’église). Pour en savoir plus à ce sujet, car je ne vais pas me lancer dans des explications à rallonge, je ne peux que vous conseiller : Les Egyptiennes, de Christian Jacq, ainsi que La femme au temps des pharaons, de Christiane Desroches Noblecourt, qui vous en apprendront également plus sur les autres points que je conteste dans les paragraphes précédents (esclavages et harems).

Nombre d’autres incohérences sont présentes, mais je ne vais pas passer mon temps à vous en faire la liste ici.

La crédibilité de l’auteur est donc pour moi fort tombée, car il y a trop de choses allant à l’encontre de la réalité historique et donc, même si la non-idéalisation de l’Egypte ancienne par l’auteur peut être intéressante, je vous demande de ne pas prêter foi à l’entièreté de ce qui est dit, et de vous renseigner énormément avant de lire ce livre, afin de ne pas tomber dans le piège de tout roman historique : croire aveuglément ce qui est dit. Et ce, surtout lorsque ce qui y figure possède tant d’erreurs...
Bien sûr, je ne dis pas que tout est faux, et certains points m’ont d’ailleurs paru donner des perspectives intéressantes, mais trop d’erreurs enlèvent beaucoup de la crédibilité du récit.
Je précise ne pas être professionnel dans ce domaine, étant juste un amateur étudiant dans son coin depuis plusieurs années cette société que je trouve magnifique, malgré les spéculations, pour moi sans fondements, de l’auteur ! Je ne prétend donc pas tout connaitre, loin de là, mais ce que j'ai dit est basé sur des ouvrages et des faits reconnus, et prouvés.

Un livre intéressant à lire en tant qu’histoire, donc, mais qu’il ne faut pas trop prendre au sérieux au niveau de la réalité historique, car trop de fausses informations y sont véhiculées, malgré la suffisance que l’auteur essaye de faire passer dans les annexes !

Vous voila donc prévenus, ne croyez pas trop ce que vous lirez, si vous décidez de vous lancer dans ce livre.
Ayez un regard critique et renseignez-vous bien !

 


Le diable flamboyant

Ramsès II L'Immortel, tome 1

Gerald Messadié

Archipoche

480 pages

8,50 €

 

Garlon

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 19/03/2012