Dans les ténèbres du soleil ou l'énigme du portrait disparu, de Gisèle Guillo

dans-les-tenebres-du-soleil.gifQuatrième de couverture :

Début 1679 : Louis XIV est à l’apogée de sa puissance et de sa gloire. L’éclat de la Cour de France éblouit l’Europe entière. C’est pourtant cette année-là qu’éclate le tonnerre : en avril, débute la sinistre et célèbre Affaire des Poisons. Dans un climat de soupçons, d’arrestations, d’exécutions, un amour irrésistible flambe entre Jean Racine, auteur comblé, historiographe du roi, et Pascaline de Lignol, aristocrate belle et rebelle. Venus de tous les milieux, du Louvre aux chantiers de Versailles, des hôtels du Marais à la Cour des miracles, les personnages - historiques et imaginaires - se croisent, gens de cour et de lettres, gueux et prélats, ministres et tire-laine. L’intrigue se déploie avec son lot de violences, de haines, de passions, de complots, de mystères et d’amour...

Chronique de Sybille :

Ah, les romans historiques et moi, c’est une grande histoire d’amour...et la lecture de ce livre n’a fait que confirmer ce que je pensais déjà. Je tiens donc à remercier les éditions du Pierregord pour cette belle découverte.

En effet, j’ai beaucoup aimé ce roman historique basé sur l’époque de Louis XIV, de la construction de Versailles et surtout, de Jean Racine. Il faut savoir que je suis une grande fan des romans qui mettent en avant des personnalités historiques qui ont vraiment existé et qui ont marqué notre époque. Alors, forcément, un livre où Jean Racine est un des personnages principaux ne pouvait que me plaire.

L’intrigue est bien placée, bien expliquée, et surtout très bien écrite, si bien qu’on entre dans le roman très facilement (d’autant plus, qu’il est court, donc il se lit très vite). On suit donc la relation amoureuse entre Pascaline de Lignol, petite fille du grand Duc de Lignol, un homme puissant et riche, et de Jean Racine, historiographe du roi à cette époque. Par dessus cette relation adultère, vient se greffer une intrigue policière de la plus haute importance, car l’auteure a choisi d’ajouter une dimension historique importante en mêlant l’intrigue de son roman et la fameuse affaire des poisons, un scandale impliquant plusieurs empoisonnements qui secouèrent Paris et la Cour du Roi.

Le personnage de Racine est très attachant, car c’est celui qui selon moi, a été le plus étudié par l’auteure. Il est beaucoup mis en avant et on se rend compte des qualités mais aussi des défauts de ce personnage historique. L’auteure n’a donc pas hésité à dresser un portrait complet d’une grande personnalité de la littérature, qui était, il faut l’avouer, un pari risqué mais tout à fait réussi. J’ai moins apprécié les autres personnages car j’ai trouvé qu’ils étaient un peu relégués au second plan par rapport à Racine. J’ai trouvé cela un peu dommage car j’aurais beaucoup aimé en savoir un peu plus sur Pascaline de Lignol, et j’ai eu un peu l’impression de passer à côté de ce personnage.

Cependant, cela n’enlève rien à la qualité du roman et encore moins à l’explication finale découverte par Marie Pascale, la descendante de Pascaline de Lignol. Donc, si vous appréciez les romans historiques, vous ne pourrez qu’aimer celui là, ne serait ce que pour la qualité de son écriture !

Dans les ténèbres du soleil, ou l’énigme du portrait disparu,

de Gisèle Guillo

éditions du Pierregord

192 pages

18 euros

 

Sybille

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 10/05/2012