La Belle Hélène, de Charlotte Link

helene.jpg

Quatrième de couverture

Orpheline, Hélène a été élevée par son oncle et sa tante, lord et lady Ryan. En 1641, elle a 17 ans et doit épouser James Golbrooke, l'homme que lui a choisi son oncle.
Ensemble, ils partent s'installer à Charity Hill, son domaine des Cornouailles. Ils y coulent des jours paisibles et Hélène met au monde deux enfants.
Mais des troubles éclatent dans le pays. Royalistes et défenseurs des droits du Parlement s'opposent. En 1649, le roi Charles Ier est décapité et Olivier Cromwell prend le pouvoir.
Des heures difficiles s'annoncent pour Hélène, qui connaîtra un premier deuil, la prison puis l'exil, avant que la restauration de la royauté lui permette de prendre un nouveau départ.

Chronique de Garlon

Plongeons dans l’Angleterre du 17ème siècle avec ce roman historique.


Hélène, vivant avec la famille de sa tante, tombe amoureuse de Jimmy. Cela tombe bien : elle lui est promise depuis sa plus tendre enfance.

Le mariage a donc lieu et la jeune fille part vivre chez lui. Mais le Parlement décide de faire la guerre au roi, et Jimmy s’embarque donc dans l’aventure, tandis qu’entre temps Hélène est tombée amoureuse du meilleur ami de Jimmy.

Comment survivre dans cet époque trouble et sanglante ?


Je dois avouer que, sur plusieurs aspects, ce livre m’a fort déçu et même parfois énervé.


A la base, l’histoire est bien trouvée. On voit tout de suite qu’on va se retrouver dans une romance qui va nous permettre de découvrir de nombreux aspects historiques, et cela me plaisait beaucoup (même si, au début de l’histoire, l’aspect historique est fort négligé).

Mais la désillusion fut rapide : on se rend vite compte que l’auteur part un peu dans tous les sens au niveau des personnages, et que l’aspect “romance” prend des tournures fort variables, avec des personnages qui changent de sentiments toutes les pages, qui se font du mal entre eux simplement par égoïsme, etc.

Ce que j’ai pu détester le personnage d’Hélène ! Je l’ai vraiment trouvée exécrable à cause de plusieurs aspects, tels l’égoïsme ou l’inconstance sentimentale. Elle change de sentiments comme de chemise, aime un homme un jour, se marie le lendemain, et ne l’aime plus le jour d’après pour tomber amoureuse d’un autre (en gros, on suit l’histoire d’une personne qui veut se marier, se remarier, se reremarier, etc. soit par “amour”, soit pour l’argent). J’ai trouvé tout cela fort ridicule, souvent mal fait, et en tout cas toujours énervant. On déteste donc vite le personnage principal (et beaucoup de personnages secondaires, chacun ayant de gros défauts qui nous les rendent antipathiques…), ce qui fait qu’on n’accroche pas à eux et qu’on se désintéresse de leur histoire.

Ajoutons à cela des paroles “romantiques” qui sont vraiment mièvres et bateaux, avec un comportement “amoureux” vraiment beaucoup trop exagéré pour être réaliste. Couplez ce genre de paroles avec l’inconstance sentimentale et l’égoïsme cités plus tôt et vous vous retrouver avec un remake de Les Feux de l’Amour version 17ème siècle, et il est clair que ce n’est pas du tout pour ça que je me suis lancé dans ce roman historique, mais cela plaira plus probablement à un autre public.

De plus, les retournements de situation dans la vie d’Hélène sont beaucoup trop nombreux, faisant qu’ils deviennent vite irréalistes et qu’on ne s’y intéresse plus du tout, ce qui augmente encore le désintérêt du lecteur pour l’histoire.


L’aspect positif du livre est par contre le côté historique. En effet, se retrouvant dans la période difficile de l’époque, Hélène suit fort l’évolution politique anglaise, les conséquences sur le peuple et la noblesse, etc., ce qui est vraiment très intéressant.

Autre point fort positif : une certaine morale que nous voyons lorsqu'Hélène soigne des blessés du camp adverse et découvre ainsi la futilité de la guerre.


Le style de l’auteur, quant à lui, est assez fluide et agréable à lire. On reprochera par contre des paroles vraiment trop mièvres et irréalistes qui ressemblent parfois à du grand n’importe quoi et des descriptions sur le même thème qui sont également exagérée et manquent cruellement de réalisme.


En bref, malgré un aspect historique vraiment très intéressant et un style d’écriture fluide et agréable, ce livre m’a fort déçu de par un personnage principal vraiment détestable, un suivi de “romance” changeant et irréaliste, des paroles et descriptions sur le thème sentimental qui manquent également de réalisme et sont beaucoup trop mièvres par moment, pour devenir acides 5 pages plus loin, et de trop nombreux retournements de situation qui font qu’on finit par se désintéresser de l’histoire.


Une petite déception pour ma part. Je conseille principalement ce livre aux personnes fans de séries du genre “Les Feux de l’amour” car, contrairement à ce que laisse entrevoir le quatrième de couverture, c’est plutôt à ce genre d’histoire que nous avons affaire, ou alors à des personnes qui ne liront le livre que pour la curiosité historique (car j’ai fort apprécié cet aspect).

 

La Belle Hélène

Charlotte Link

L'Archipoche

Roman historique

500 pages

8,65  €

 

Garlon

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 03/09/2013