La porte aux oiseaux, de Katie Hickman

Quatrième de couverture

Constantinople, 1599. Une délégation de marchands anglais s'apprête à remettre au sultan une extraordinaire horloge mécanique, présent de la reine. Parmi eux, Paul Pindar porte depuis deux ans le deuil de sa fiancée Celia Lamprey, disparue en mer. Lorsqu'il apprend la présence, derrière les murs interdits du harem, d'une jeune femme ressemblant en tous points à son amour perdu, une quête impossible commence. La situation semble d'autant plus désespérée qu'au sérail une impitoyable lutte de pouvoir oppose la mère du sultan et sa favorite. Des siècles plus tard, Elizabeth Staveley, jeune universitaire, découvre un fragment de manuscrit concernant une belle captive. Tout de suite, elle se passionne pour cette histoire tombée dans l'oubli depuis quatre cents ans. Entre amours interdites et enquête historique, Katie Hickman nous livre une grande fresque romanesque, dans le monde envoûtant d'un harem ottoman.

Chronique de Garlon

Je vais cette fois vous parler d’un livre que j’ai vraiment trouvé magnifique : La Porte aux oiseaux.

Nous sommes en 1599. Deux ans auparavant, la jeune Celia rentrait en Angleterre pour aller épouser Paul, l’homme qu’elle aime. Mais son bateau est attaqué par des corsaires et elle se retrouve finalement vendue au harem du sultan ottoman.

Paul la croit morte et continue sa vie avec son souvenir. Mais le voila qui prend contact avec le harem du sultan pour la remise du cadeau que l’Angleterre souhaite offrir au puissant dirigeant ottoman.

Une rumeur lui parviendra alors, rumeur qu’il rejettera tout d’abord en bloc : Celia est vivante et se trouve emprisonnée dans ce « bordel pour un seul client », comme le disent parfois certains personnages.

Celia devra alors jouer avec les intrigues du palais pour tenter de survivre dans cet environnement plein de femmes assoiffées de pouvoir, et prêtes à tout pour toujours en obtenir plus.

Mais Celia s’en sortira-t-elle ? Retrouvera-t-elle son amour perdu ?

C’est ce qu’essaye de dire Elizabeth, à notre époque, qui retrouve un fragment de l’histoire de la jeune femme et se prend de passion pour son récit. Mais elle a également ses propres problèmes, du côté sentimentales, étant amoureuse d’un homme qui n’hésite pas à la tromper et à se servir d’elle.

Vous l’aurez compris, j’ai vraiment adoré ce livre.

Tout d’abord, le style de l’auteure est très fluide, nous permettant de nous laisser nous emporter dans l’histoire très rapidement, de nous tenir aux côtés de ces personnages, qu’ils soient d’un autre temps (Celia et Paul), ou de notre époque (Elizabeth).

Je profite du fait que je parle des personnages pour poursuivre dans cette optique. Ils sont vraiment très attachants, et nous nous sentons vraiment proche d’eux, partageant leurs émotions. Le fait que nous voyons également un peu le regard d’Elizabeth sur les évènements ne fait d’ailleurs qu’accentuer cela.

Nous nous retrouvons englués, au sein du harem, dans une toile d’intrigues extrêmement bien ficelées entre les femmes qui y résident, et je dois dire que j’ai été plusieurs fois fort surpris par la tournure que prirent certains évènements, ce qui est, je trouve, un point vraiment positif.

Contrairement à ce que l’on peut s’attendre en lisant le quatrième de couverture et avec le début du récit, l’histoire d’amour n’est pas vraiment le point principal du récit, celle-ci servant principalement d’excuse au développement des diverses intrigues qui se trament.

Donc voila, un livre magnifique, au style très fluide, avec des personnages attachants et toute une toile d’intrigues très bien faites, à vous faire perdre la tête. Un livre que je ne peut que recommander chaudement.

 

La porte aux oiseaux

Katie Hickman

J.C. Lattès

463 pages

21,50 €

 

Garlon

 

 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 10/05/2012