La sirène du pacifique, de Jacqueline Monsigny

la-sirene-du-pacifique.jpgQuatrième de couverture :

Océane, une jeune orpheline française, vit avec Séverin, son grand-père, en Nouvelle-Calédonie, quand éclate la bataille de France en 1940. Pour fêter ses seize ans, Séverin l'emmène à Hawaï où elle découvre l'amour avec le jeune Américain Floyd Nelson.
C'est là, le 7 décembre 1941, le jour de son anniversaire, que sa vie bascule : horrifiée, la jeune femme voit couler le Missouri avec 1 500 marins à bord, sous l'attaque de trois cents avions japonais pilonnant Pearl Harbour. Elle décide alors de s'engager aux côtés des défenseurs de la liberté.

Chronique de Sybille :

Je tiens avant toute chose, à remercier les éditions L'Archipel pour m'avoir fait parvenir ce roman. Il faut dire que j'attendais beaucoup de ce livre, car je suis très intéressée par l'histoire de la seconde guerre mondiale. Lorsque j'ai vu que cette histoire parlait essentiellement de l'attaque de Pearl Harbor, je n'ai pas hésité une seconde ! Cependant, ce roman n'a pas été à la hauteur de mes espérances.

Avant d'en venir aux points négatifs qui m'ont pertubé, je veux d'abord revenir sur les aspects positifs. En effet, l'histoire m'a tout de suite emballée parce qu'elle n'est pas banale. Je n'avais encore jamais lu de livre qui abordait la seconde guerre mondiale du point de vue de la Nouvelle Calédonie. Une partie de l'histoire se déroule à des milliers de kilomètres de l'Europe et je salue cette idée de l'auteure car je l'ai trouvée très originale : on oublie généralement les combats du Pacifique.

J'ai aussi apprécié la mise en place de l'histoire faite par l'auteure. Je vais tenter d'être plus explicite en évitant tout de même les spoilers : la naissance d'Océane, le personnage principal, est loin d'être une naissance traditionnelle. Sa venue au monde a été ponctué de difficultés assez impressionnantes, si bien que c'est son grand père, le professeur Fontaine, qui va l'élever en Nouvelle Calédonie. Cette mise en place peu commune, a permis, plus ou moins, de poser les bases et de comprendre l'éducation de la fillette, ainsi que son comportement.

Ce qui pour moi, a été très important dans ma lecture, c'est le style de l'auteure. Si, effectivement ma lecture a été un peu difficile pour des raisons que je vous expliquerai un peu plus tard, ici, il a été très agréable pour moi de pouvoir lire un style d'écriture si fluide. C'est donc pour cette raison que ma lecture a été simplifiée et plutôt rapide.

Mais, en dépit de ces points positifs, j'ai eu des difficultés à apprécier ce roman parce que je n'ai pas réussi à m'attacher au personnage principal. En règle générale, lorsque je n'arrive pas à apprivoiser le personnage, le reste de ma lecture est compromise. Océane m'a paru insipide et beaucoup trop choyée. Je comprends qu'elle n'ait pas eu une enfance facile et que pour compenser le manque certain qu'elle a ressenti, son grand père l'ait surprotégée. Mais, au fur et à mesure de mon avancement dans le récit, je n'ai pas pu m'empêcher de remarquer le manque de crédibilité concernant ce personnage. Elle n'a soit disant peur de rien, se retrouve embarquée dans des missions suicides à 16 ans, saute en parachute, atterrit au beau milieu de l'océan en se faisant tout de même sauver...J'ai trouvé cela un petit peu gros : à 16 ans, aussi courageux qu'on soit, lorsqu'on se retrouve face à la guerre, on ressent de la peur.

Autre chose qui m'a un peu dérangée et qui reste toujours peu crédible, c'est que la demoiselle de 16 ans rencontre en 200 pages : Mr Marshall, du célèbre plan Marshall, le général MacArthur, Eleanor et Franklin Roosevelt et John Fitzgerald Kennedy. Je sais que c'est un roman et que l'auteure raconte une histoire mais j'apprécie lorsqu'il y a un côté historique qui prend le dessus, que le livre soit crédible. Or, ce n'est pas le cas, ici.

Ce manque de crédibilité a gâché ma lecture mais le style de l'auteure et la mise en place de l'histoire sont deux points qui sont tout de même appréciables dans ce roman. En effet, même si j'ai eu des difficultés, j'ai tout de même lu ce livre en trois jours, parce qu'il se lit très bien. Je serais donc curieuse, de découvrir d'autres romans de l'auteure.

 

La sirène du pacifique

Jacqueline Monsigny,

Edition L'Archipel

308 pages

18,94 euros

 

Sybille

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 05/07/2012