Vincent, gentilhomme galant 1 : Le Naïf Libertin, de Arlette Aguillon

Quatrième de couverture

Le 14 juillet 1789, le peuple de Paris prend la Bastille. L'onde de choc se fait sentir jusqu'aux Etats du Pape (Vaucluse).
Vincent, jeune paysan provençal illettré, subit ce séisme en poursuivant le manuscrit des 120 journées de Sodome, perdu par le marquis de Sade qui passe pour être son père.
Epris de la sage Analys, mais terrorisé par le vicomte, son frère, Vincent devient valet de leur père, le marquis de Saint-Roman, dont le charme ambigu le trouble. Affolé, il fuit le château tandis que la guerre civile éclate entre Avignon, acquise aux idées nouvelles, et Carpentras, demeurée légitimiste.
Devenu lieutenant de Jourdan Coupe-tête, le général des révolutionnaires, Vincent va aimer et combattre des personnages idéalistes ou criminels, tels la fanatique Olympe de Falques qui fait torturer les curés jureurs, Pastan, le citoyen-poète qui met la Déclaration des droits de l'homme en musique, et surtout le vicomte, athée cynique et libertin, qui entreprend son éducation. Jusqu'à ce que la Révolution, le manuscrit et Analys le rattrapent.
Premier tome d'une saga picaresque et libertine qui court de la Révolution au Second Empire, "Le Naïf libertin" narre, dans un style alerte, les tribulations amoureuses du jeune Vincent, confronté aux idées nouvelles qui irriguent l'époque.

Chronique de Garlon

Nous allons cette fois voyager au cœur de la Révolution Française avec un livre en tous points passionnant : Le Naïf Libertin, tome 1 du cycle Vincent, gentilhomme galant.

Nous suivons donc dans cette histoire le jeune adolescent Vincent, élevé par des parents pauvres dans une période dans laquelle la domination des riches est d’une cruauté sans bornes.

Le marquis de la région, libertin et intéressé par Vincent, engage ce dernier pour travailler dans son domaine.

Vincent saute sur l’occasion, car cela peut lui permettre de mieux vivre. De plus, il est tombé amoureux de la fille du marquis, et c’est donc là une occasion de tenter de se rapprocher d’elle.

Le jeune homme est petit à petit séduit par le marquis, mais, lorsqu’il se rend compte des attentes de ce dernier, auquel on ajoute la cruauté du vicomte et de la marquise, Vincent décide de fuir une fois pour toute le domaine.

Sa fuite l’entrainera à Avignon, où il se liera d’amitié avec Jourdan, un chef révolutionnaire.

De là, Vincent se retrouvera engagé dans un mécanisme menant finalement à la révolution.

Mais que va-t-il se passer ? Quelle seront les réactions lorsque Vincent se retrouvera confronté au marquis et aux membres de sa famille, devenus, par les faits, ses ennemis mortels ?

Voici un livre que j’ai trouvé vraiment passionnant, et que j’ai eu du mal à lâcher.

La période de la Révolution française ne m’est pas fort connues, mes préférences allant en général plus vers l’Antiquité, mais j’avoue que j’ai vraiment été transporté par l’histoire, et que ce livre m’a donné envie d’en apprendre plus sur cette période si particulière de l’histoire de la France.

Du côté des personnages, nous ne pouvons pas dire qu’ils sont particulièrement attachants, tous ayant des vices assez particulier. Vincent lui-même devient un libertin confirmé, et, ce qui est pour moi son plus gros défaut, est extrêmement naïf et manipulable. Mais cela ne veut pas dire que les personnages n’apportent rien au livre, bien au contraire, car leurs réactions nous donnent envie de les suivre dans leurs aventures, d’en connaitre plus sur eux et de savoir comment les choses vont évoluer.

Le langage utilisé tout le long du livre ne manquera pas d’interpeler le lecteur, car, étant donné que c’est Vincent qui raconte l’histoire, il parle avec le langage de l’époque. Pour ma part, j’ai vraiment été passionné par cette façon de s’exprimer.

Le sexe est omniprésent tout au long du récit, aussi bien par les paroles que par les actes. Mais cela est bien sûr tout à fait normal lorsque l’on traite d’une période aussi libertine. Cela aurait pu amener le récit à être un peu lourd, comme c’est souvent le cas lorsque l’on parle trop de sexe tout au long, mais ce n’est pas le cas ici, les relations sexuelles ayant tout à fait leur place au milieu du reste du récit.

En bref, voici un livre que je vous conseille, écrit avec un langage de l’époque de la Révolution Française, et qui ne manque pas du tout d’intérêt. Vous aurez d’ailleurs du mal à le lâcher une fois commencé.

 

Le Naïf Libertin

Vincent, gentilhomme galant, tome 1

Arlette Aguillon

L'Archipel

390 pages

21 €

 

Garlon

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 10/05/2012