Vincent, gentilhomme galant 2 : Le Dernier Carnaval, de Arlette Aguillon

 

Quatrième de couverture

1792. En réponse à l’ultimatum du duc de Brunswick menaçant de représailles ceux qui s’opposent à Louis XVI, l’Assemblée déclare la patrie en danger. Des volontaires se lèvent dans tous les départements.
En compagnie de sa bien-aimée Analys travestie en garçon, Vincent s’engage, aux accents de la Marseillaise, dans le bataillon qui marche sur Paris. Bientôt accusé d’un meurtre qu’il n’a pas commis, il s’enfuit en Angleterre. Traqué par ses amis de la veille et secouru par ses anciens ennemis, il devient à son insu dépositaire d’un code secret fort convoité. Jeté en prison pour avoir vertueusement repoussé les avances d’une lady, il échappe de peu au gibet, s’engage sous un nom d’emprunt dans la Royal Navy et cingle vers la France où il assiste au siège de Toulon.

Ses pérégrinations le mèneront jusqu’en Italie. Que lui réserve Venise où la Sérénissime République, menacée par Bonaparte, vit ses derniers jours ?

Chronique de Garlon

Replongeons-nous dans la fin du XVIIIème siècle avec Le Dernier Carnaval, second tome de Vincent, Gentilhomme galant.

Vincent s’est donc embarqué dans l’armée qui marche sur Paris en vue de lancer la Révolution, accompagné de sa bien-aimée Analys, déguisée en soldat masculin.

Mais voila, un jour, au réveil, la jeune femme a disparue et son frère l’a remplacée. Où est donc passée Analys ? Et que fait son frère là ?

Vincent n’aura pas le temps de chercher une réponse à cette question, car il va vite se retrouver embarqué dans des évènements sur lesquels il n’exerce pas vraiment de contrôle. Accusé d’un meurtre commis par le vicomte, frère d’Analys, il devra fuir l’armée et finira par se retrouver recherché par ses anciens amis en plein dans Paris au moment de la Révolution.

Vincent vivra alors, sous différents noms d’emprunts, de très nombreuses aventures qui l’amèneront à parcourir la France, l’Angleterre et même Venise, la Sérénissime.

Tout comme le premier tome, j’ai vraiment adoré ce livre.

Nous nous retrouvons cette fois encore au cœur des évènements ayant menés à la Révolution française, et cette fois au moment où les troupes marchaient sur Paris, ainsi que tous les évènements qui ont suivis. Nous découvrons également la vision des autres pays, telles l’Angleterre et Venise, grâce aux voyages de Vincent. Le livre ne manque donc pas d’action, cela va sans dire.

Le lecteur se retrouvera donc très certainement passionné par l’histoire, qui se déroule en plein pendant des évènements qui changeront à tous jamais l’Europe En effet, en plus de la Révolution française, il y a ses conséquences : l’envie de la France de libérer les autres nations et l’avènement d’un jeune général : Bonaparte.

Nous découvrons également que les choses ne se sont pas passées de façon aussi « rose » que nous aimerions le croire. Les français de la Révolution étaient cruels et sauvages. Ils ont pris le pouvoir et se sont comportés comme ceux qu’ils ont guillotinés. Ce fût donc plus un échange de pouvoir mené par un massacre plutôt qu’une réelle avancée dans le comportement humain. C’était une période de haine et de peur, et nous comprenons que les avancées positives ne se retrouvent que bien plus tard.

J’ai trouvé les personnages plus attachants que dans le premier tome. J’entends par là que, tout en suivant Vincent et le vicomte dans leur débauche, nous nous attachons de plus en plus à eux, et commençons réellement à nous attacher à eux. Surtout que Vincent est beaucoup moins naïf que dans le premier tome, et se retrouve même parfois dans le rôle du manipulateur, ce qui m’a pas mal plût, étant donné que la naïveté du personnage était ce qui m’avait le plus dérangé dans le premier tome.

Comme pour Le Naïf Libertin, le sexe est omniprésent, dans toute sa débauche : séduction malsaine, descriptions très poussées de scènes à deux, à trois, ou plus, entre un homme et une femme, deux hommes et une femme, deux hommes ensemble, etc. Ces descriptions poussées pourraient rebuter certaines âmes sensibles, mais j’ai trouvé qu’elles avaient parfaitement leur place dans le récit, dans cette époque libertine où le sexe ne connaissait pas les limites que nous connaissons aujourd’hui.

Le langage est, comme pour le tome 1, celui d’époque, étant donné que nous voyons l’histoire du point de vue de Vincent. Cela pourrait ennuyer certains lecteurs, car la compréhension peut être un peu gênée au début, mais nous nous y habituons vite, et vous serez vite pris dans ce style d’écriture, surtout que la façon d’écrire de l’auteur est très fluide, facilitant la compréhension de ces mots d’un autre temps.

En bref, je conseille ce livre au moins autant que le tome 1. L’histoire est vraiment passionnante, plongeant le lecteur en pleine Révolution française, avec un langage d’époque et l’omniprésence du sexe, qui est parfaitement à sa place dans le contexte.

 

Le Dernier Carnaval

Vincent, gentilhomme galant, tome 2

Arlette Aguillon

L'Archipel

442 pages

21 €

 

Garlon

 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 10/05/2012