Vincent, gentilhomme galant 4 : Le bataillon des Ténèbres, de Arlette Aguillon

Quatrième de couverture

Assouan, mars 1799. Vincent, qui a combattu aux côtés de sa bien-aimée Analys, s'apprête à la suivre sur une canonnière qui descend le Nil vers Le Caire. Il tient auparavant à faire ses adieux à son fidèle compagnon, Saint-Génix. Mais le kamsin, terrible vent de sable, déroute les deux amis.

Recueillis par une caravane, ils apprennent le rythme du désert et le commerce du sel. Liam at-Tawiil, prince de Darfour, les engage pour former ses hommes au maniement des armes nouvelles. Ils découvrent bientôt un pays rude et désolé où les cinq fils du sultan se disputent le pouvoir.

Compromis dans un coup d'État, ils doivent s'enfuir avec leurs deux cents légionnaires noirs à travers un Soudan ravagé par les chasseurs d'esclaves. Parviendront-ils à gagner Suakin, «perle de la mer Rouge» ?

Chronique de Garlon

Continuons à nous plonger dans l’histoire avec le quatrième tome de Vincent, gentilhomme galant.
 
Sur le point d’embarquer avec sa bien aimée enfin retrouvée, Vincent est aux anges. Mais voila, les choses ne vont jamais comme prévu pour ce pauvre bougre, et le voila embarqué dans des histoires toutes plus farfelues les unes que les autres et l’amenant de plus en plus loin en Afrique, de plus en plus loin de sa bien aimée Analys.
Entre conflits politiques, fanatisme religieux, pratiques barbares et déboires sexuels, comment pourrait bien faire Vincent pour enfin rentrer en France ?

J’avoue avoir été un peu déçu par ce tome, en comparaison avec les autres.

Au niveau de l’histoire, le ton change encore totalement, étant donné que nous nous plongeons de plus en plus profondément dans l’Afrique. La culture changeant, le comportement des personnages change aussi, et Vincent doit bien s’adapter à ce nouveau mode de pensée, si différend de celui de son pays d’origine.
Il faudra bien faire avec l’esclavage, la maltraitance (si pas torture !) que subissent les femmes, les intrigues politiques dans lesquelles les frères n’hésitent pas à s’étriper entre eux, et le fanatisme religieux.
Vous l’aurez deviné, ces éléments feront vivre à Vincent des aventures bien particulières, parfois horribles, parfois drôles.
Considéré comme traître, pris pour Jésus, traité de voleur et trahi, les choses ne sont pas facile pour notre héros.
Ces éléments pourraient amener une histoire vraiment passionnante, mais j’ai malgré tout été un peu déçu, et ce pour plusieurs raisons.
Tout d’abord, j’ai trouvé que ces évènements, qui arrivent tous à Vincent, sont un peu gros, surtout que tout lui arrive, rien ne lui est épargné. A peine est-il un peu heureux que quelque chose lui arrive pour détruire ça. Le point positif est que ça permet de relancer l’action à chaque fois, mais j’ai trouvé les éléments parfois un peu gros, surtout que ça fait maintenant 4 tomes que Vincent joue au chat et à la souris avec Analys et le manuscrit des 120 jours de Sodome, ce qui commence à faire un peu trop de pertes suivies de retrouvailles pour continuer à passionner le lecteur comme au début.
Ensuite, l’auteur nous parle énormément de la culture africaine. Cela a bien sûr le point positif de nous instruire tout en nous divertissant, et on apprend vraiment beaucoup de choses (parfois vraiment horribles, comme le traitement des femmes), mais l’auteur arrivait très bien à le faire dans les autres tomes sans pour autant nous inonder de descriptions et ainsi couper l’histoire. Or, dans ce tome, elle met des descriptions beaucoup plus longues, ce qui, bien qu’ayant l’avantage d’encore plus nous instruire, coupe trop l’histoire, et enlève ainsi beaucoup de l’intérêt que le lecteur a pour elle, paraissant du coup beaucoup moins avancer. Un peu moins de description et ça aurait été très bien, car l’auteur perd un peu la passion de ses lecteurs avec ces trop grandes descriptions.
La fin est beaucoup trop prévisible à mon goût, et je me demandais d’ailleurs quand ces évènements allaient arrivés, tellement je m’y attendais.

Pour ce qui est du style de l’auteur, c’est un peu le même problème : l’abondance des descriptions en enlève beaucoup la fluidité, et rend le récit beaucoup plus lourd à lire. L’auteur n’a pas réussi à lier les deux dans ce tome, et c’est assez dommage.
Cependant, le langage utilisé, langage souvent d’époque, reste vraiment très intéressant à lire.
Au niveau du sexe, il y a moins de descriptions, mais quand il y en a, elles sont beaucoup plus particulières. En effet, l’auteur nous décrit des relations homosexuelles, avec des hermaphrodites, ou encore permettant de montrer les tortures que subissent certaines femmes d’Afrique sur leurs organes sexuels.
Ces points un peu particuliers ne sont donc pas donnés à tout le monde, car certaines personnes seront certainement dérangées par certaines des descriptions, celles-ci nécessitant une certaine ouverture d’esprit.

Enfin, pour ce qui est des personnages, nous les connaissons depuis maintenant 4 tomes, et avons donc eu le temps de bien nous accrocher à eux. Mais le nombre de longues descriptions gâchent un peu cela, créant une plus grande distance avec les personnages. Mais cela n'empêche pas le lecteur d’avoir certains moments de grandes émotions lors de certains passages du livre.

En bref, le livre est très intéressant et nous apprend beaucoup de choses, mais perd un peu de son côté passionnant à cause de descriptions beaucoup trop longues qui coupent beaucoup trop l’action du livre. Cet aspect est donc à la fois positif et négatif, car j’ai trouvé que l’auteur perdait un peu de son équilibre entre avancement de l’histoire et descriptions.
Mais la série demeure très intéressante, et ce n’est pas parce que ce tome m’a un peu déçu que je le déconseille, car elle en vaut vraiment la peine.

J’espère que le dernier tome sera davantage dans l’esprit des précédents, que je trouvais beaucoup mieux.

Le Bataillon des Ténèbres

Vincent, gentilhomme galant, tome 4

Arlette Aguillon

L'Archipel

488 pages

20,99 €

 

Garlon

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 10/05/2012