Angela 1: La mort est ma raison d'être, de Julia M. Tean

angela-la-mort-est-ma-raison-d-etre.jpg

Quatrième de couverture

Ma vie a toujours été une succession de catastrophes …

De la mort de ma mère à celle de ma meilleure amie, j’ai toujours su que j’étais maudite.

Je pensais que la malédiction m’avait quittée, jusqu’au jour où je l’ai rencontré …

Isaac Hayden.

Enigmatique, sombre et beau à se damner, il a eu le malheur de croiser ma route …

J’ignore si je serais assez forte pour combattre la mort, mais je suis prête à tout pour sauver ce bel étranger, même si je dois me brûler les ailes !

 

Chronique d’Ailayah

Je tiens à remercier Julia M. Tean pour m’avoir permise de découvrir son roman des plus surprenants.

Ca va être dur de chroniquer ce livre sans en révéler plus que la quatrième de couverture … Mais je vais tenter de faire de mon mieux !

Je dois dire que l’histoire de départ m’intéressait pas mal et sans que ce soit tout de suite un coup de cœur, je me suis dit, pourquoi pas. Je ne m’attendais donc pas à quelque chose d’extraordinaire ou de surprenant, juste à un bon roman de young adult avec de la romance et du surnaturel. Mais j’ai été très agréablement surprise par ce roman très loin d’être celui auquel je m’attendais. L’univers créé par l’auteur est d’une richesse et d’un imaginaire vraiment surprenants. Et croyez-moi, ce fut un régal que de découvrir au fur et à mesure de l’histoire tous les aspects étonnants de ces personnages, de l’univers créé et de l’histoire.

Angela (ou Anya, perso je préfère Anya ^^) est une jeune fille qu’on sent dès le départ comme quelqu’un à part. Son don (ou malédiction) de voir la mort de certaines personnes avant qu’elle n’arrive, l’a complètement déconnectée du monde extérieur. Par peur, elle ne se lie plus à personne et tente de se rendre transparente. On sent une richesse en elle qu’elle ne dévoile jamais à cause de cette peur qui la freine. Pour moi, ce n’est donc qu’une personne à demi-vivante qui nous est présentée au début. Mais plus l’histoire avance, et plus on sent qu’elle va commencer à s’ouvrir, à se découvrir elle-même et à se révéler bien sûr. Tout cela se fait progressivement, et c’est un vrai bonheur de la voir se transformer ainsi. Je n’aime pas les transformations trop brutales, et celle-ci, qui prend vraiment tout le roman, m’a vraiment plu.

Pour le personnage d’Isaac Hayden, je reste vraiment très mitigée. Je trouve que sa présentation dès le début, c’est trop pour moi. Il ne m’a vraiment pas touché à cause de sa description physique trop présente. Je m’explique. Ce que j’aime dans les personnages masculins, hormis leur beauté physique bien sûr, c’est qu’on voit à travers ça leur identité, leur personnalité. Or, Isaac, il a une beauté parfaite, mais pour moi ça reste une coquille vide. Il est très froid, et ses changements d’attitude trop brutaux ne m’ont vraiment pas attiré. Alors bien sûr, cette description ne vaut pas pour tout le roman, et on finit par comprendre tout ça. D’ailleurs, je dois dire qu’après avoir lu tout le roman, on comprend tout de suite cette première description, et c’est tout à fait adapté. Mais du coup, ce qui est dommage c’est qu’on ne s’attache pas vraiment à lui au départ. Je me suis un peu plus attachée à lui sur la fin et c’est pour ça que j’ai ce sentiment vraiment partagé à son égard. Mais c’est aussi ce qui le rend intéressant.

J’ai également beaucoup aimé le personnage de Raven. On sent tout de suite qu’elle va jouer un rôle important, et on s’attache tout de suite à elle, bien qu’elle aussi ait des réactions bizarres parfois (mais moins que Zack tout de même). Son côté un peu déjanté et son allure hors norme nous attire vers elle bien qu’elle ne soit pas un canon de beauté, loin de là. Mais après tout, c’est en général les personnages atypiques qui touchent et non les reines de promo, et ça pour être atypique, Raven l’est bien. Mais elle se révèle également très touchante.

Les autres personnages ont également tous leur attrait, et son vraiment bien développés, que ce soit Déborah, la meilleure amie un peu folle par moment mais pleine de vie, le père protecteur et touchant, Nicolas, l’ex vraiment attachant, Caron et Aryane, Aaron et Stella. Ils ont tous un côté vraiment sympathique et sont bien développés, ce qui nous rapproche vraiment de chacun d’eux.

L’histoire est vraiment bien développée et je ne m’attendais vraiment pas à ce genre de fin. J’avais deviné quelques éléments durant le récit, mais j’avoue que la fin, je ne l’ai pas vue venir. L’auteur sait vraiment nous garder en haleine tout du long, on a vraiment envie de savoir la suite, de découvrir tout ce qui se cache derrière les non-dits, les mystères … Le style d’écriture est fluide et on lit toujours avec beaucoup de plaisir.

Les seuls petits bémols que je mettrais c’est tout d’abord un détail, mais qui m’a un peu ennuyée au bout d’un moment, c’est que j’ai trouvé les personnages parfois trop sensibles, c’est-à-dire qu’ils pleurent trop souvent et pour rien parfois. Ce n’est pas la première fois que je vois ça dans un livre et j’avoue que ça a tendance à m’énerver parce que j’ai envie de voir des personnages avec un peu plus de caractère et le fait de pleurer pour rien a tendance à rabaisser ça. La relation entre Zack et Anya (Angela) m’a aussi un peu déranger dans sa rapidité au début. On sent bien que c’est une relation à double tranchant dès le départ, une attirance et tout en même temps un rejet de la part d’Anya. Mais j’ai trouvé qu’elle succombait un peu trop facilement à son attirance. Alors bien sûr, je dis ça sur le coup, et une fois qu’on a finit le roman on comprend bien cette situation et ce n’est plus tant que ça un bémol, mais peut-être aurait-il fallu montrer davantage que cette attirance se faisait contre son gré au début. Mais encore une fois, ce n’est qu’un avis personnel. Enfin, mon dernier petit bémol, je trouve qu’il y a quelques longueurs dues à des redondances notamment, ce qui fait un peu retomber le récit vers le milieu. Cela dit, ça se rattrape très bien par la suite.

Finalement, c’est vraiment un récit riche et surprenant que je vous conseille fortement car malgré la taille de ma chronique, je ne vous ai vraiment rien révélé de toute la richesse de l’univers de Julia M. Tean car je veux vous en laisser tout le plaisir de la découverte. Maintenant, il ne vous reste plus qu’à l’acheter. Oh, et j’espère vraiment qu’il y aura une suite et qu’elle ne se fera pas trop attendre car j’ai envie de savoir ce qu’il va se passer moi maintenant !

 

La mort est ma raison d’être

Angela 1

Julia M. Tean

Auxilivre

333 pages

18€

 

Ailayah

 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 26/06/2012