Angela 2 : Mortel baiser, de Julia M. Tean

mortel-baiser-angela-2-de-julia-m-tean.jpg

Quatrième de couverture

« Tout a commencé par un baiser. Un baiser fatal que je ne suis pas prête d’oublier. Il a scellé mon destin, a tout jamais. Angela, ce n’est plus moi.

La guerre est proche, et je suis en première ligne pour défendre ceux que j’aime, pour les venger. Mais qui me sauvera, moi ?  »

 

Chronique d’Ailayah

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Rebelle pour m’avoir permise de découvrir la suite de cette saga.

Après les améliorations du tome 1, et cette fin qui n’annonçait que du bon, j’avoue que j’étais impatiente de commencer ce deuxième tome. Malheureusement, mon enthousiasme est vite retombé… Je pensais vraiment retrouver le superbe travail éditorial opéré sur le tome 1, mais ce ne fut malheureusement pas le cas car j’ai trouvé ce tome beaucoup trop embrouillé et du coup l’histoire, qui en elle-même révèle énormément d’imagination et est vraiment riche et prenante, se retrouve totalement alourdie et encombrée d’un trop plein d’illogisme et d’un peu de manque d’approfondissement sur certains points.

Laissez-moi m’expliquer. Le plus gros problème pour moi a été dans ce tome un problème de chronologie. J’entends par là que beaucoup de soi-disant révélations, n’en sont en fait pas vraiment car nous les avons déjà apprises plus tôt à travers des questionnements que se fait le personnage d’Angela en son for intérieur. Bien sûr, à ce moment-là rien n’est certain, mais il ne faut tout de même pas prendre le lecteur pour des idiots, il en vient tout de suite aux mêmes conclusions qu’Angela et les « révélations » ne sont alors plus que des confirmations de ce que nous avions déjà compris, elles perdent donc quelque peu de poids et ça alourdit vachement l’histoire car on a l’impression qu’on nous répète plusieurs fois les mêmes choses.

D’autre part, j’ai senti un certain appauvrissement de la particularité de l’univers. J’ai vraiment trouvé ça dommage de sentir aussi fortement les influences de l’auteur. Personne ne pourra passer à côté de cette influence de l’univers d’Harry Potter dans ce tome-ci. L’auteur avait pour moi un univers tellement bien défini et hors de tout que j’ai trouvé cela totalement appauvrissant car ça devient du sous-Harry Potter plutôt que d’être vu pour l’univers en lui-même, unique et jamais vu ailleurs. La plus grosse influence a été l’école des anges. J’avoue que je n’ai jamais réussi à me détacher de l’image de Poudlard. Le choixpeau magique a été remplacé par des statuettes de colombes, pies et chouettes, qui forment les trois maisons… Mais cette école des anges est bien loin de l’école riche et approfondie de Poudlard. Je l’ai vraiment trouvée fade et ça m’a d’autant plus déçue que je suis sûre et certaine que l’auteur a tout le talent nécessaire pour créer des lieux riches, très vivants et qu’on peut identifier pour eux-mêmes. Pour moi, il n’y avait pas assez de vie, de personnages divers et variés (il y en a bien sûr, attention, on fait la rencontre de pas mal de nouveaux personnages, mais pour moi ça restait tout de même assez fermé, un peu trop).

Bon, je ne vous ai donné que des points négatifs pour le moment, car vous l’aurez compris, quand je suis déçue, il faut que ça sorte en premier, mais ce deuxième tome est loin d’être complètement mauvais.

J’ai vraiment été ravie de retrouver Angela, de la voir évoluer encore, même si on ne ressent pas encore assez sa puissance, sa force de caractère d’ange supérieur, à mon goût. Elle commence à prendre de plus en plus d’assurance, à oser plus de choses, et ça fait vraiment plaisir. J’ai également été plus que ravie de voir une présence en filigrane d’Isaac, et même quelques instants de présence réelle. Et ce qui m’a ENCORE plus ravie, ce sont toutes ces scènes de flashbacks qui nous révèlent des bouts de leur passé commun. Toutes ces petites scènes qui parsèment le roman sont véritablement exquises. Je ne m’en suis absolument pas lassée.

Une autre personne que j’ai été ravie de retrouver, c’est Raven, ma chère Raven, toujours pareille à elle-même. Mais, on la découvre également sous un nouveau jour, et on en apprend beaucoup sur son passé également. J’ai trouvé son histoire vraiment touchante, et cette fin… j’en avais véritablement les larmes aux yeux !

Au niveau de l’action, Julia M. Tean est toujours aussi douée, et elle m’a complètement embarquée avec cette fin dont je me suis délectée. Des sentiments, de l’action, un sacré bon mélange qui donne envie de continuer l’aventure !

Pour conclure, vous l’aurez compris, j’ai été déçue par ce deuxième tome qui n’est pour moi pas à la hauteur du premier même s’il y a tout de même pas mal de bonnes choses à garder. Je regrette seulement que toutes ces bonnes choses soient un peu enfouies dans un encombrement superflu, des maladresses ou des « sous-traitements », sous-approfondissement de certains points de l’univers. Bien sûr, je continuerai malgré tout ma lecture de cette saga car je reste attachée aux personnages et à l’univers malgré ses petits défauts.

 

Ma chronique du tome 1

 

Mortel baiser

Angela 2

Julia M. Tean

Rebelle

386 pages

18,50 €

 

Ailayah

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau