Apocalypsis 2: Edo: Cavalier Rouge, de Eli Esseriam

edo-cavalier-rouge.jpeg

Quatrième de couverture

« J’ai fait ouvrir le sol sous leurs pieds. J’ai fait tomber le feu sur leurs manteaux. J’ai fait abattre la foudre sur leurs têtes. Sous mes pieds, la terre était stable et solide. J’étais au milieu des flammes mais elles me léchaient sans me mordre. Les éclairs m’éblouissaient sans me frapper. C’était merveilleux. J’étais le cœur de la Nature. Le cinquième élément dans un corps qui se fatiguait doucement. »

Chronique d’Ailayah

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Matagot pour m’avoir permise de continuer cette série toujours aussi fascinante.

Pour ce deuxième tome, nous découvrons le deuxième cavalier de l’Apocalypse, Edo, Cavalier rouge, celui de la discorde, de la guerre et de la haine. Autant dire que se plonger dans ses pensées est des plus intéressants ! Et encore une fois, c’est vraiment une très belle réussite d’Eli Esseriam. On retrouve avec beaucoup de plaisir le cynisme froid de l’auteur, un cynisme qui colle vraiment à ses personnages et qui en font des entités vraiment complètes et profondes. Tout comme le sentiment que nous avons eu en entrant dans les pensées d’Alice, nous avons encore une fois cette dimension inhumaine dès le départ avec Edo, une dimension froide, qui manque de chaleur humaine et un réel détachement. Cependant, Edo est loin d’être comme Alice. Ils ont chacun leur propre personnalité, et nous avons là une nouvelle dimension dans ce second tome.

Edo est donc encore une fois une très belle réussite, et ce qui m’a particulièrement touché c’est ce côté malgré tout un peu humain qui se révèle quand il est avec certains autres personnages. Ce que j’ai également énormément apprécié dans ce tome c’est la découverte d’autres personnages vraiment attachants et intéressants, ce que nous n’avions pas vraiment avec le tome sur Alice. Nous avons tout d’abord Anel. Ce petit là croyez-moi, c’est un personnage qu’on ne peut oublier. Et pourtant, tout ce qu’on sait de lui, c’est ce que nous en dit Edo. Mais cet amour qu’il porte pour son frère est réellement magnifique. On sent là un côté vraiment humain. Il ferait tout pour lui, et cette relation est des plus belles par ce côté inattendu chez un tel personnage. Anel, c’est le personnage qu’on voudrait voir en vrai car il est totalement craquant avec ses binocles et son air innocent. C’est vraiment le gamin que j’adore par excellence ce qui m’a tout de suite attirée vers lui.

L’autre personnage que j’ai tout de suite apprécié c’est le psychologue, l’ologue (j’ai beaucoup aimé ce petit jeu d’ailleurs), Noël. Avec un nom pareil, c’est sûr qu’on ne s’attend pas vraiment à un personnage extraordinaire, et pourtant, pour moi c’est un des meilleurs. Il arrive à créer une relation des plus touchantes avec Edo par sa franchise, son naturel, sa perspicacité et son respect. Il ne cherche pas à se montrer supérieur ni à prouver quoi que ce soit, il cherche sincèrement à aider Edo, même si ça passe également par le fait de dévoiler ses propres faiblesses. Ce que j’aime également dans la relation c’est cet échange qui se crée. Ils s’aident mutuellement et une complicité se crée par là.

Comme vous le voyez, pour moi la force de cette série c’est ses personnages. Cela dit, l’histoire en elle-même est également super intéressante. Nous avons là un personnage qui évolue dans une situation totalement différente. Sa condition de départ est déjà elle-même bien intéressante puisqu’il vit dans des conditions plus que déplorables. Son père est un ivrogne, sa mère fait tout ce qu’elle peut pour faire survivre sa famille, y compris la prostitution, et lui-même a été amené à parcourir les rues pour ramener de l’argent dans le foyer familial pour aider. Sa situation scolaire est donc au plus bas, et ce n’est vraiment pas l’important pour lui. Mais toute cette vie fait vraiment partie de lui et a forgé son caractère. Il révèle des pouvoirs bien extraordinaires et j’avoue que ça ne me déplairait pas de pouvoir contrôler la météo.  

La fin de ce tome nous amène de nouveaux éléments plus que prometteurs avec cette secte ennemie que nous découvrons mais dont je ne vous dévoilerai rien pour vous laisser la découvrir en lisant ce roman. En tout cas, j’ai vraiment hâte de lire les deux tomes suivants, et encore plus le bouquet final du cinquième tome évidemment ! Vivement la suite !!!

 

Cavalier rouge : Edo

Apocalypsis 2

Eli Esseriam

Editions Matagot

238 pages

14,90€

 

 

Ailayah

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 26/06/2012