Apocalypsis 3: Cavalier Noir: Maximilian, d'Eli Esseriam

apocalypsis-3.jpg

Quatrième de couverture

« Je vivais déjà l’Apocalypse. La mienne. Deux options s’offraient désormais à moi. La première : user de mon don pour sacrifier ceux que je jugerai utiles à mon apprentissage. Avec indolence, froideur et distance. La seconde : me servir de cette aptitude potentiellement belle pour retaper un peu mon karma délabré et prolonger quelque peu cette succession de déceptions appelée « vie » en tentant de la rendre un minimum valable. » Maximilian Von Abbetz, Cavalier Noir.

 

Chronique d’Ailayah

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Matagot pour m’avoir permise de continuer cette superbe série.

Je dois dire que le début m’a un peu refroidie. Les deux premiers tomes ayant été lu vraiment vite et avec beaucoup d’entrain, je m’attendais bien sûr à ce que ce soit la même chose avec ce tome. Mais c’était sans compter la différence de personnage et donc de style dans l’écriture. Nous avons là un personnage qui adore s’épancher et qui réfléchit énormément, ou qui nous donne énormément de description sur les personnages qui l’entourent, les lieux et son passé. Mais du coup, je dois avouer que pendant toute la première partie et le début de la deuxième, c’est-à-dire presque 100 pages, je me suis un peu ennuyée. D’autant plus que j’ai eu beaucoup de mal à m’attacher au personnage principal ainsi qu’à ceux qui l’entourent d’ailleurs.

Maximilian est un gosse de riche non aimé de son père et qui vit une vie de luxe totalement dépourvue de sens et de but. Encore un personnage non épargné dans son passé, un personnage rendu froid et insensible bien qu’on sent au fond de lui une réelle détresse, surtout lorsqu’il apprend la vérité sur son identité et qu’il découvre son don. Ce n’est vraiment qu’à partir de là que j’ai commencé à rentrer totalement dans l’histoire et j’ai alors retrouvé l’atmosphère de la série, l’entrain, le rythme et la psychologie qui m’avaient fait aimé les deux premiers tomes.

Ce troisième cavalier de l’Apocalypse est vraiment intéressant et encore une fois il ne sera pas épargné durant son apprentissage, c’est vraiment ça qui me plaît dans cette série, c’est que chacun de leur don les affecte également eux personnellement et c’est donc là qu’ils en voient les limites.

Je ne peux pas vraiment vous en dire plus au risque de me répéter par rapport aux deux premiers tomes ou de vous spoiler, mais je peux vous dire qu’une fois passé le début, c’est encore un vrai régal de lecture et on a qu’une hâte une fois la dernière page trouvée, c’est de rencontrer enfin le dernier cavalier et de les voir tous réunis pour la fin du monde ! Et si vous avez peur d’un aspect redondant ou répétitif, vous n’avez aucune crainte à avoir, les personnages sont tellement différents, et le style tellement bien adapté à chacun (narration à la première personne oblige) qu’on ne se sent aucunement dans la répétition. Je rajouterai juste un dernier point, j'adore les nouvelles couvertures !

 

Cavalier Noir : Maximilian

Apocalypsis 3

Matagot

269 pages

14,90€

 

 

Ailayah

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau