Delirium : Hana, de Lauren Oliver

delirium-hana-de-lauren-oliver.jpg

Quatrième de couverture

À la veille de l’opération qui l’immunisera contre le delirium, Hana découvre un nouveau monde : celui des fêtes clandestines et des garçons.

Pour la première fois, elle se sent vivante, vibrante, libre.

Un seul être lui manque pour partager ces sensations aussi intenses qu’interdites : Lena, sa meilleure amie, son âme sœur.

Entre la fidélité envers son ancienne existence et l’attrait du danger et du flirt… faut-il vraiment choisir ?

 

Chronique d’Ailayah

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Hachette pour m’avoir permise de découvrir cette nouvelle inédite de l’univers de Delirium.

Cette nouvelle, qui se déroule chronologiquement juste avant la fin du tome 1, n’est cependant pas à lire après le premier tome, car elle porte une révélation que nous ne découvrons dans la série que dans le tome trois, et j’avoue que j’ai apprécié de ne la découvrir qu’à ce moment-là. Cela dit, ce n’est pas non plus très grave de le lire entre le premier et le deuxième tome…

Le récit est à la première personne, du point de vue de Hana, souvenez-vous, la meilleure amie de Lena dans le tome 1. C’est un personnage à qui Lauren Oliver avait déjà donné la parole dans le tome 3 et dont j’avais véritablement adoré la personnalité, l’histoire, la voix, tout simplement. Ce fut donc un réel plaisir que de la retrouver ici. D’autant plus que cette nouvelle est loin d’être inutile car en se mettant dans la peau de Hana, nous voyons certains évènements du tome 1 d’un point de vue totalement différent, et du coup, la perception des personnages est également transformée. Je me souviens de m’être fait la réflexion qu’Alex ne m’attirait pas du tout présenté comme il l’est dans la nouvelle. Même Lena apparaît sous un nouveau jour.

L’exercice de raconter des évènements dans la peau d’un personnage différent est plus complexe qu’il ne pourrait paraître, et pour moi il est ici superbement réalisé. Ce que j’ai dit sur la perception des personnages en est l’une des plus criantes démonstrations. Il n’est pas si simple d’envisager un personnage selon le point de vue, puisque notre propre point de vue entre bien sûr en ligne de compte, mais c’est pourtant un exercice super intéressant. Je sens que je dérive… excusez-moi. Tout ce que je veux dire, c’est que j’ai totalement adhéré à ce nouveau point de vue, depuis un personnage ultra intéressant et très différent de Lena. On découvre ici un univers dont Lena n’a jamais vraiment fait partie, en tout cas, pas de la même façon qu’Hana, et on comprend mieux cette dernière face à tout ce qu’elle nous révèle dans le tome 3.

Vous l’aurez compris, cette nouvelle, loin d’être un surplus dans la trilogie Delirium, en est un élément à ne pas manquer. Je suis sûre que vous adorerez vous replonger dans ce monde, redécouvrir les personnages sous un nouveau jour, et en apprendre encore plus sur leurs histoires. Une petite nouvelle à dévorer.

 

Hana

Delirium - nouvelle

Lauren Oliver

Hachette

64 pages

5,90 €

 

 

Ailayah

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau