La Couleur de l'âme des Anges 1: La Couleur de l'âme des Anges, de Sophie Audouin-Mamikonian

la-couleur-de-l-ame-des-anges.jpeg

Quatrième de couverture

Sauvagement assassiné à 23 ans, Jeremy devient un Ange … et réalise avec effroi que l’on peut mourir aussi dans l’au-delà.

Pour ne pas disparaître, en effet, tout Ange doit se nourrir des sentiments humains et même … les provoquer !

Invisible et immatériel, Jérémy décide d’enquêter sur sa mort et tombe rapidement amoureux de la ravissante Allison, une vivante de 20 ans, témoin de son meurtre. Or l’assassin de Jérémy traque la jeune fille …

Jérémy parviendra-t-il à sauver Allison ? Sera-t-il capable de sacrifier ses sentiments et de vivre à jamais séparé d’elle ?

Chronique d’Ailayah

Je tiens à remercier les éditions Robert Laffont pour m’avoir fait découvrir ce premier roman de la collection R. Pour sûr, je ne manquerai pas de découvrir les prochains s’ils sont dans la même veine.

La couleur de l’âme des anges, c’est tout d’abord une idée vraiment originale. Mais heureusement pour nous, cette idée ne reste pas sans fruit, et je dirai même qu’elle est développée de manière à nous faire voyager, rencontrer des personnages hauts en couleur et vivre des aventures haletantes. Car la couleur de l’âme des anges, c’est un monde dans lequel on voudrait passer plus de temps.

Le ton est donné dès les premières pages. On ne s’attarde pas sur des détails, on est tout de suite propulsé dans l’univers des anges par cette phrase « Jérémy venait de mourir. » C’est brutal, c’est efficace, c’est à l’image de l’ensemble du roman. J’ai vraiment apprécié cet aspect épuré de l’écriture de Sophie Audouin-Mamikonian. Elle ne se perd jamais en détails inutiles, tout a un but précis, rien n’est laissé au hasard. Ce qui donne également du rythme au récit. J’avoue que j’ai eu un petit passage à vide vers le milieu du roman, mais elle a réussi à me surprendre par une tournure du récit à laquelle je ne m’attendais pas, et après ça, c’était reparti à fond.

Le début peut paraître un peu long. Mais, après tout, il faut bien s’habituer à ce nouvel univers. Et en suivant Jérémy, on ne peut que se conformer à la vitesse de son adaptation. Pas facile de se retrouver seul dans un univers dont on ne connaît pas les rouages, et pourtant il s’en sort vraiment bien.

L’univers est magnifiquement décrit, on aimerait le parcourir de fond en comble, y vivre, se perdre dans toutes ses couleurs, ses brumes, ses lumières éclatantes. Ce que j’ai vraiment apprécié également, ce sont les détails qui nous arrivent au compte-goutte. On se laisse émerveiller de plus en plus, et cela donne vraiment un rythme à l’histoire. Sincèrement, je ne m’attendais pas du tout à ce genre de tournure à la fin. Le fait que nous n’ayons pas un récit à la première personne mais des points de vue semi-interne qui s’alternent donne beaucoup de liberté sur ce que nous révèle l’auteur afin de garder des détails pour nous les révéler au bon moment. On veut toujours en savoir plus, on se demande ce qui se passe, ce qui se cache derrière certains faits, certains caractères … Et on se rend compte que ce qu’on nous dévoile au départ ne sont que des illusions, ce qui nous paraissait déjà superbe devient encore plus grandiose. On passe d’émerveillement en émerveillement, on a peur, on rit, on est heureux … on vit vraiment avec les personnages, et c’est un pur délice.

Jérémy est un personnage qui selon moi est génial, mais aurait pu l’être encore plus. Finalement on se rend compte qu’on ne le connaît pas plus que cela. On a quelques infos au début sur sa vie terrienne, mais ça apparaît trop vite pour qu’on ait vraiment le temps de le connaître à fond. Mais ce que j’ai apprécié, c’est sa fragilité. Il apparaît comme un être vraiment fragile (après tout, c’est un angelot), alors qu’au fond il possède une grande force de caractère.

Allison est également un personnage intéressant, bien que parfois j’avais bien envie de la baffer. Mais bon, ce n’est pas entièrement de sa faute au final donc on ne peut pas trop lui en vouloir. C’est un personnage un peu dans le même style que Jérémy, une personne qui semble fragile, mais qui a elle aussi une force intérieure et un amour, une douceur des plus exquis.

A côté de ces deux personnages centraux, nous retrouvons des grandes figures historiques qui prennent des formes différentes, et c’est vraiment un plaisir de retrouver tous ces personnages que l’auteure s’est appropriée. On fait des rencontres joyeuses, d’autres un peu moins, mais on a vraiment plaisir à rencontrer tous ces êtres extraordinaires.

Bref, vous l’aurez compris, c’est un premier tome à ne pas manquer, il vous fera voyager, vivre une aventure et rencontrer des personnages tous plus intrigants les uns que les autres. Ce qui va être long, c’est d’attendre la sortie du deuxième tome en … 2013 …

 

La Couleur de l’âme des Anges

La Couleur de l’âme des Anges 1

Sophie Audouin-Mamikonian

Robert Laffont

448 pages

17,90€

 

Ailayah

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 26/06/2012