Le cercle des jeunes élues, tome 1, de Sara B. Elfgren et Mats Stranberg

le-cercle-des-jeunes-elues.jpg

Quatrième de couverture :

Engelsfors, une petite ville de Suède entourée de forêts immenses. À peine la rentrée des classes passée, un élève est retrouvé mort dans les toilettes du lycée. Tout le monde croit au suicide. Tout le monde, sauf elles. 
Une nuit où la pleine lune luit d’une étrange couleur rouge, six jeunes filles sont mystérieusement attirées, malgré elles, vers l’ancien parc d’attraction. Dans cet endroit depuis longtemps désaffecté, une prophétie leur est révélée : elles sont les Élues, un groupe de sorcières, liées les unes aux autres par un pouvoir capable de repousser le Mal. Ensemble, elles vont devoir maîtriser cette étrange force et lutter contre une vieille malédiction. Désormais, rester unies est leur seule chance de survie.

Chronique de Sybille :

Comme je le dis souvent, je n'ai pas l'habitude de lire des romans young adult. Je fais quelques exceptions quand le roman est particulier et que je sens qu'il peut me plaire. C'est ce qui s'est passé avec Le cercle des jeunes élues. Je remercie JC Lattès pour cet envoi.

L'histoire se passe dans une petite ville suédoise où on fait la connaissance de sept adolescents, fréquentant tous le même lycée. Ces adolescents sont tous atypiques. Ils sont pour la plupart mal dans leurs peaux et ont une vie compliquée. Tout bascule le jour où Elias, un des sept adolescents est retrouvé mort dans les toilettes du lycée. Tous pensent à un suicide. Mais, lors d'une nuit particulière où la lune est couleur rouge sang, les six autres adolescentes sont appelées par une force obscure dans un parc d'attraction désaffecté. Elles apprennent qu'elles et Elias sont les élus, des sorciers choisis et désignés pour entrer en guerre contre le mal. Elias ne s'est donc pas suicidé, mais on l'a forcé à se tuer. A partir de cette découverte, tout s'accélère.

Au début de ma lecture, j'ai eu des difficultés à apprécier l'histoire. Les personnages sont nombreux, cela a été compliqué de tous les identifier. A plusieurs reprises, j'ai du revenir quelques pages en arrière pour être sure de l'identité du personnage et pour bien le cerner. Cette difficulté s'est vite estompée, mais cela m'a dérangé pendant les cinquante premières pages.                             

A cette multitude de personnages, s'ajoute l'ambiance glauque et froide du roman. La mort et le suicide y sont extrêmement présents, particulièrement au début du livre et j'ai trouvé cela assez malsain. L'ambiance qui se dégage du roman m'a vraiment dérangé et j'ai eu des difficultés à m'y habituer.

Pour autant, rassurez-vous, il n'y a pas que des points négatifs. Un des atouts principaux de ce livre est le talent de ses deux auteures. Et oui, comparé à la grande majorité des livres, cette trilogie est écrite en binôme. Cela est assez étonnant, d'ailleurs, car on ne s'en aperçoit même pas. Il n'y a aucune différence, ce qui prouve qu'elles ont fait un travail considérable pour le développement du contexte et de chaque personnage.

Autre point positif : les personnages sont terriblement attachants. Que ce soit Minoo, Linnéa, Vanessa, Rebecka ou Anna-Karin, elles m'ont toutes touché à un moment dans le livre.  Malgré leurs défauts, je les ai trouvées très seules et sensibles. Seule Ida ne m'a pas vraiment intéressée, mais les auteures ne se sont pas autant attardées sur son personnage que sur les autres. La découverte de leurs pouvoirs et du cercle va totalement bouleverser leurs vies.

En définitive, ce premier tome pose des bases solides pour la suite. Une fois les personnages assimilés et l'ambiance apprivoisée, vous devriez passer un bon moment en compagnie des jeunes élues.

 

Le cercle des jeunes élues, tome 1,

de Sara B.Elfgren et Mats Stranbergs,

éditions JC Lattès

20,90 euros

500 pages

 

Sybille

 

 

 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau