Les Vampires de Manhattan 7 : Les Portes du Paradis, de Melissa de la Cruz

Quatrième de Couverture :
La confrontation ultime aura lieu entre les Sang-Bleu et les Sang-d’Argent. Le décor de ce dernier combat ? Ce sera Londres, la ville où se trouvent les portes du paradis.
Cette bataille paraît inévitable mais tous ignorent ce qui la déclenchera. Théodora craint deux choses plus encore que la guerre : se retrouver devant son grand amour perdu et imaginer que les Sang-Bleu et tout ce pourquoi elle s’est battue soient perdus à jamais…
 
Avis de Ceinwèn :
Voici enfin le dernier opus de la saga des Vampires de Manhattan que je suis depuis un moment déjà. C'est toujours un petit moment d'émotions (quelles qu'elles soient) lorsqu'on tourne la dernière page d'une saga. C'est aussi l'occasion de revenir en arrière.
Cette série, c'est la mise en avant d'un groupe d'adolescent plutôt huppés avec, parachutée au beau milieu de tout ça, une jeune fille plus modeste à la famille plutôt désargentée (en apparence surtout...). Mais en vérité ce sont des vampires, des sang-bleu, des anges issus du paradis qui sont sur Terre pour expier leurs péchés et guider les hommes...des êtres qui s'abreuvent de sang humain et se réincarne cycliquement en récupérant leur mémoire à chaque fois (de quoi rendre fou, mais bon). Certains ont mal tournés et sont devenus des sang d'argent, des vampires au service de Lucifer et la guerre est proche.
Si les premières couvertures étaient plutôt...erk, le niveau remontait un peu pour les tomes 4, 5 et 6. Ce tome 7 me déçoit mais n'est pas pire que la première.

Mais si les Vampires de Manhattan, avec ces relents de Gossip Girl et de Vamp's (plus récent mais on s'en fiche) mélanges de jeunesse dorée et de vampires, commençaient bien, j'avais rapidement déchanté au fil des tomes qui devenaient de plus en plus inconsistants. Le tome 6 avait été une catastrophe à mon goût et j'avoue que je craignais beaucoup la fin de cette série : l'auteur allait-elle tenter de faire durer ? clore le tout à la va-vite ? ou pire, ne pas répondre aux multiples questions ?

Au final, c'est mieux que le tome 6, pas très dur me direz-vous, mais j'ai l'impression qu'on a perdu des éléments en route (et je crois que Fran pense la même chose) : je ne me souvenais absolument pas de cette histoire pour Bliss ! Du coup, on a de multiples points de vue (Mimi, Bliss et Théo) qui nous permettent de comprendre l'histoire jusqu'à la révélation finale, mais l'ensemble est un peu trop facile et précipité à mon goût. Tout s'arrange en un déclic presque pour que la fin soit parfaite et je trouve ça un peu dommage. Alors oui, c'est du YA, c'est la fin et on a pas 1 000 pages, mais tout de même. Un peu plus de profondeurs aurait été bienvenue. Et puis alors Oliver ? seriously ? c'est quoi cette décision ? Je ne comprend pas ce que tu y attends !!! Mais je serai ravie d'en discuter !

Quant à l'affrontement final ? Et bien...ça aurait pu être épique, mais les dernières pages font tout retomber comme un pauvre soufflé. C'est niais et dégoulinant de bons sentiments et j'aurai préféré une autre fin.
Celle-ci a toutefois le mérite de conclure la saga et d'apporter une fin satisfaisante à l'existence de la plupart des "surnaturels" de la saga. En revanche une question demeure : Allegra. Je ne comprend toujours pas ses souvenirs du tome 6...ça me semble hors de propos même avec ce tome-ci comme explications. Tant pis.

En bref, je suis contente que ce soit terminé, même si il y a un inévitable pincement au coeur, mais la fin est plus réussie que les derniers tomes.
Maintenant, je n'ai plus qu'à me pencher sur son nouveau titre chez Orbit !
 
Infos :
 
  • Les portes du Paradis (Gates of Paradise)
  • Les Vampires de Manhattan #7 (Blue-Bloods #7)
  • Melissa de la Cruz
  • Wiz (novembre 2012)
  • 379 pages
  • 13.50 €

Ceinwèn

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau