Red Queen, tome 1 : Red Queen, de Victoria Aveyard

Quatrième de Couverture :

Dans le royaume de Norta, la couleur de votre sang décide du cours de votre existence. Sous l’égide de la famille royale, les Argents, doués de pouvoirs hors du commun, règnent sur les Rouges, simples mortels, qui servent d’esclaves ou de chair à canon.
Mare Barrow, une Rouge de dix-sept ans, tente de survivre dans une société qui la traite comme une moins que rien. Quand elle révèle sans le vouloir des pouvoirs extraordinaires et insoupçonnés, sa vie change du tout au tout. Enfermée dans le palais royal d’Archeon et promise à un prince argent, elle va devoir apprendre à déjouer les intrigues de la cour, à maîtriser un don qui la dépasse, et à reconnaître ses ennemis, pour faire valoir l’indépendance de son peuple.

 

Chronique de Ceinwèn :

Voici un univers de Fantasy assez classique : le monde est coupé en deux suivant la couleur de votre sang. D'un côté les Argents, les nobles, les riches, les puissants. De l'autres les Rouges, les pauvres, les esclaves, les asservis.

Mare est une rouge, mais surtout une impossibilité. Alors qu'elle révélera des pouvoirs de la manière la plus publique qui soit, la voilà contrainte de jouer la comédie. Pour sauver sa vie et sa famille, elle va devoir jouer les princesses pour le frère de l'héritier du trône.

Rapidement, elle va devoir apprendre toute une vie, mais surtout apprendre à survivre dans un milieu politique qui s'apparente plus à des requins affamés qu'à des nobles raffinés. Mais entre ses désirs, les buts des autres et la réalité, Mare pourrait bien se retrouver à perdre plus qu'elle ne croit.

Encensé par la blogosphère j'étais très curieuse de lire ce roman. Je sais qu'il faut se méfier d'un tel engouement, mais j'ai quand même voulu essayer.

Si j'ai aimé le jeu politique - malgré les multiples avertissements de l'auteur avertissant que tout le monde peut trahir n'importe qui - je me suis ennuyée durant ma lecture.
Le début, la mise en place - bien que nécessaire - ont été un peu trop long à mon goût. Je n'ai adhéré à aucun personnage - et surtout pas à l'ami d'enfance de Mare.
Ensuite, l'arrivée au palais, bien que pourtant pleine de tensions et d'enjeux, n'aura pas réussi à rattraper ça.

Mare n'est pas un personnage porteur, et l'intrigue de fond était un peu trop en retrait pour compenser.

La Reine si. Son côté garce est très convaincant et plaisant. Jeu politique, intrigue de cours et pourtant une détermination sanglante à toute épreuve en font un personnage selon mon cœur. Côté méchant/détestable on est d'accord.

Le prince héritier avait un certain potentiel de part ses ambitions pour le pays et son respect des lois et de son père qui ne pouvait qu'amener des déchirements personnels. Mais je pense qu'il aurait été plus à même pour narrer l'histoire - ou au moins des morceaux de l'histoire.

Certes, il va gagner de l'importance par la suite, mais j'espère surtout que l'auteur va le sortir du pseudo-triangle amoureux qui s'installe et m'insupporte déjà.

En bref, c'est une idée de base relativement classique - de même que son déroulement, mais les personnages n'auront pas été assez charismatiques pour me convaincre tout à fait.

 

Red Queen, 

Red Queen, tome 1

Victoria Aveyard

MsK (mars 2015) - Le Livre de Poche (février 2016) 

552 pages

7.90 € (poche) - 7.99 € (numérique)

 

Ceinwèn

 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 23/04/2017