Red Queen, tome 2 : Glass Sword, de Victoria Aveyard

Quatrième de Couverture : 

Mare Barrow a le sang rouge, comme la plupart des habitants de Norta. Mais comme les seigneurs de Norta, qui se distinguent par leur sang couleur de l'argent, elle possède un pouvoir extraordinaire, celui de contrôler la foudre et l'électricité. Pour les dirigeants de Norta, elle est une anomalie, une aberration. Une dangereuse machine de guerre.
Alors qu'elle fuit la famille royale et Maven, le prince qui l'a trahie, Mare fait une découverte qui change la donne : elle n'est pas seule. D'autres Rouges, comme elle, cachent l'étendue de leurs pouvoirs. Traquée par Maven, Mare fait face à sa nouvelle mission : recruter une armée, rouge et argent. Aussi rouge que l'aube, plus rapide qu'un éclair d argent. Capable de renverser ceux qui les oppriment depuis toujours.
Mais le pouvoir est un jeu dangereux, et Mare en connaît déjà le prix.

 

Chronique de Ceinwèn : 

J'avais moyennement adhéré au premier tome que j'avais trouvé trop lent et aux personnages manquant de charismes.

La Reine est ici complètement en retrait, on ne trouve trace que des conséquences de ses actions, pourtant ce n'est pas gênant.

J'aurai préféré que Cal prenne la parole dans le premier tome, mais ici il est bien différent, et Mare porte très bien son récit toute seule. Elle n'est pas le porte-étendard brillant que son entourage veut qu'elle soit, mais elle offre un point de vue unique sur le récit qui, cette fois, convient tout à fait.

Le premier tome était un tome de présentation, le monde, ses règles, ses enjeux etc. Ce second opus constitue les prémices de la guerre, comme annoncé par la petite phrase de couverture "Une nouvelle armée est prête à se lever".

Mare a été projeter à une place qu'elle n'a jamais souhaité ni voulu, à aucun moment. Pourtant, elle va devoir se construire et avancer sur les ruines de son monde. Catapulté dirigeante, elle va prendre des décisions qui coûteront la vie à d'autres, même si elle n'hésite pas à mettre la main à la pâte. Ni totalement Rouge, ni Argent, elle est crainte et haïe par tous. Tout le monde a un avis sur elle, jamais réellement positif, et a des exigences, des griefs...

Paradoxal quand on sait qu'elle n'est pas la seule dans son cas.

Elle ne sait pas très bien ce qu'elle veut, se contentant d'avancer un peu au jugé, en fonction des événements. Elle tente de ne pas se laisser influencer, mais le lecteur voit à quel point c'est un vœu pieux. Elle est devenue une icône et elle fait bouger les choses par sa seule présence.

Mare est devenue un "grand" personnage. Humain, avec ses failles. Elle n'est pas à l'aise avec les gens, les enfants encore moins, ne se plait pas dans le rôle qu'on lui a attribué. Elle est un peu à l'image de Katniss de Hunger Games, étendard d'une révolution qu'elle appelait de ses vœux, mais pas qu'elle voulait diriger. Elle ne veut pas être une héroïne, un symbole ou un référent. Pourtant elle l'est.

Ce deuxième opus est sombre et sanglant de par les événements qu'il décrit. Mais la révolution se dessine clairement sous les yeux du lecteur qui arrive même à voir les évolutions des personnages secondaires - encore un peu trop secondaires d'ailleurs.

Bref, un second tome bien plus convainquant et pour un public aussi bien adulte que le public adolescent initial.

 

Glass Sword, 

Red Queen, tome 2

Victoria Aveyard

Le Livre de Poche

640 pages

7.90 € (poche) - 7.99 € (numérique)

 

Ceinwèn

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 21/04/2017