Amours d'enfer, de Anthologie

 

 

Quatrième de couverture

Tomber amoureuse d'un fantôme, croire aux contes de fées, accepter l'impensable, se révolter contre un monde tout entier, sombrer dans la folie... Que ne ferait-on pas, par amour ! Les héroïnes de ces nouvelles vont tenter leur chance au jeu de la passion, jeu de hasard et jeu dangereux.

 

Chronique d'Ailayah

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Le livre de poche pour m’avoir permise de lire ce recueil de nouvelles.

Je dois dire, qu’il est bien meilleur que le précédent. Nous avons ici un recueil riche et diversifié pour le plus grand plaisir de tous. Nous avons une histoire de fantômes, une histoire de selkies, une nouvelle aux allures dystopiques, une histoire de folie et une histoire aux allures de contes macabres. L’originalité de chacune de ces nouvelles est vraiment rafraîchissante et très plaisante. Je conseille vraiment ce recueil à tous ceux qui aiment les récits courts et la young adult fantastique.

Je vais maintenant faire une critique de chaque nouvelle séparément.

La première est une nouvelle de Scott Westerfeld intitulée Un monde (presque) parfait. Je dois dire que c’est le premier récit de cet auteur que j’ai lu et ça m’a vraiment donné envie de commencé ses autres romans ! Imaginez un monde amélioré où nous n’aurions plus besoin de sommeil, où nous pourrions nous téléporter, où plus aucune maladie ne pourrait nous atteindre et où nous ne serions pas contrôlés par nos hormones … eh bien c’est ce que Scott Westerfeld a fait, et on aurait vraiment envie d’y être ^^ Ce qui est intéressant, c’est le cours de fléaux auquel assiste les personnages. Ce cours, c’est un peu comme un cours d’Histoire au final, puisqu’ils revoient comment étaient les choses avant (c’est-à-dire, notre époque à nous). J’ai beaucoup aimé la réaction des personnages face aux « fléaux » de notre temps. C’est drôle, c’est attachant, et c’est frais. C’est vraiment une nouvelle que j’ai apprécié de lire. Le seul petit reproche que je ferai, c’est qu’il manquait une certaine finalité à cette histoire. On se demande quels enjeux il y a derrière, qu’est-ce qu’il a voulu démontrer. Que les « fléaux » de notre monde ne sont pas si détestables ? Oui, certes, pour certains, mais ça reste quand même seulement effleuré. Hormis ce seul point, on se plonge dans l’univers créé avec beaucoup de plaisir.

La deuxième est une nouvelle de Melissa Marr intitulée Coup de foudre. Ce n’est bien sûr pas le premier récit que je lis de cette auteur et c’est toujours un réel délice de la retrouver. Son style simple et agréable est toujours aussi plaisant. Pour cette nouvelle, elle a choisi de s’intéresser aux selkies, créatures fantastiques mi-phoque mi-humain qui quand elle enlève sa peau de phoque prend forme humaine. Mais si un humain (ou une humaine dans le cas présent) s’empare de cette peau, la créature est alors liée à cette personne. Allana est une jeune fille ordinaire qui ne croit pas vraiment en l’amour et qui se limite toujours à six semaines. Malheureusement, elle va se retrouver liée à Murrin sans pouvoir rien y changer. C’est vraiment une histoire touchante, bien rythmée et qui pour le coup porte beaucoup de sens. Le thème du choix et du contrôle est toujours omniprésent chez Melissa Marr, mais c’est un thème que l’on peut tellement décliné de différentes manières que c’est toujours aussi intéressant. J’aime la façon dont elle décline ce thème et les idées qu’elle avance. Le seul petit reproche que je lui ferai pour cette nouvelle c’est la rapidité avec laquelle Allana se laisse finalement conquérir et tombe amoureuse. Cela dit, ça reste une nouvelle, donc pour passer aux choses plus intéressantes, c’est certain qu’il ne fallait pas s’attarder sur ce point. Bref, c’est une nouvelle dans la lignée de ce qu’elle a pu nous offrir avec sa série, toujours aussi mature et frais.

La troisième est une nouvelle de Laurie Faria Stolarz intitulée Le fantôme de mes rêves. Encore une auteure dont je n’avais lu aucun récit jusqu’à ce jour. Mais je dois dire que ça m’a donné envie de lire d’avantage. C’est une histoire de fantôme aux allures de Ghost Whisperer. Dans la lignée de cette série, c’est touchant, on s’attache vraiment au fantôme et c’est dur de lui dire adieu. Ce que j’ai aimé ce sont les relations entre les personnages. Ils s’entraident au final. Ils s’apportent l’un l’autre, c’est une relation complète et c’est ce que j’apprécie en général dans les histoires d’amour fantastiques comme celle-ci. Ce qui est largement appréciable également, c’est qu’on ne tombe pas dans le pathos total, au contraire c’est une histoire remplie d’espérance. C’est frais, et c’est vraiment un petit plaisir de lecture.

La quatrième nouvelle est écrite par Justine Larbalestier et intitulée Les liens du sang. C’est la nouvelle qui m’a le moins plu des cinq mais qui reste cependant un agréable moment de lecture. Tout d’abord, l’univers, un mélange du film Le village et du film Le labyrinthe de Pan est une très belle réussite. On se plonge dans ce village aux allures d’antans avec un certain intérêt. Je dois avouer que c’est peut-être l’ambiance plus sombre de cette nouvelle qui me fait dire que je l’ai un peu moins aimé que les autres. Car non seulement c’est sombre, mais ça paraît aussi un peu désespérant cette fin. C’est l’histoire d’une jeune fille qui vit dans un village éloignée de notre époque à cause des coutumes qui restent générations après générations. Les filles épousent un homme à l’âge de 16 ans, et après une année, si tout va bien entre eux, ils se marient. Mais Jeannie, ce dont elle rêve c’est de quitter ce village et de devenir médecin. Quand elle rencontre Robbie, ce garçon aux yeux verts que tout le monde traite de démon dans le village, elle l’épouse en signe de rébellion, mais aussi par amour. Cette histoire va tourner en tragédie à cause des superstitions et des rancœurs qui meurtrissent le cœur des villageois. C’est vraiment bien écrit, bien rythmé et une histoire touchante malgré tout. Je l’ai vraiment lu comme un croisement entre Le village de Shyamalan et Le labyrinthe de Pan de Guillermo Del Toro, ce qui n’est franchement pas déplaisant du tout.

La dernière nouvelle, et non la moindre, est écrite par Gabrielle Zévin et intitulée Caprice de fan. Là encore, nouvelle auteur pour moi. Au début, je dois dire que j’ai eu peur. Je me suis dit, oh non, pas encore un remix de Twilight avec une fille cucu et un gars séduisant, mystérieux, qui passe par la fenêtre de sa chambre pour la voir, qui est immortel … Eh bien, je me suis prise une bonne claque car la fin fut une vraie surprise ! Et agréable, cela va sans dire. Je ne vais rien vous révéler, mais c’est franchement super bien trouvé. Gabrielle Zévin a su mettre en place son idée avec beaucoup de tact et de réussite. Elle m’a bien eu ! Surtout que je me suis attachée à l’héroïne au final, cette héroïne passionnée de livres et qui s’y plonge un peu trop … Bref, c’est vraiment une nouvelle des plus réussies et je vais m’arrêter là car je suis trop tentée de vous en révéler plus.

 

Amours d'enfer

Anthologie

Le livre de poche

256 pages

6,90€

 

Ailayah

Commentaires (1)

Emeline
Celui-ci je l'ai lu il y a bien longtemps mais j'en garde un souvenir agréable :)
Emeline

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 26/06/2012