Belle époque, de Elizabeth Ross

 

 

Belle

 

Quatrième de couverture :

Lorsque Maude Pichon s'enfuit de sa Bretagne natale pour échapper à un mariage dont elle ne veut pas, elle monte à Paris, ville-lumière en ébullition à la veille de l'exposition universelle de 1889. Hélas, ses illusions romantiques s'y évanouissent aussi rapidement que ses maigres économies. Elle est désespérément à la recherche d'un emploi quand elle tombe sur une petite annonce inhabituelle : "On demande de jeunes filles laides pour faire un ouvrage facile".
L'Agence Durandeau propose en effet à ses clients un service unique en son genre : le repoussoir. Son slogan ? "Louez un faire-valoir, vous en deviendrez d'emblée plus attirante". Etranglée par la misère, Maude postule...

 

Chronique de Sybille :

Cela faisait longtemps que je n'avais pas lu de Young Adult. Ce n’est pas mon genre de lecture habituellement, mais un peu de changement ne fait pas de mal, surtout que Belle Epoque est un Young Adult de qualité. Je ne regrette donc absolument pas mon choix. Et j’en profite pour remercier la Collection R pour m’avoir permis de faire cette belle découverte.

Etant donné que je lis très peu de romans pour jeunes adultes ou pour adolescents, ce n’est pas le genre littéraire qui m’a convaincu. Figurez-vous que ce qui m’a tout de suite attiré, c’est la couverture et le titre. Vous ne pourrez pas me contredire, les couvertures de la Collection R sont vraiment attractives et jolies, si bien qu’on a des difficultés à résister quand on se trouve dans les rayons jeunes adultes des librairies ! La couverture de Belle Epoque ne fait pas exception à la règle : le bleu turquoise, la magnifique robe et la tour Eiffel en fond, c’est quasiment un trio gagnant. Le titre m’a également intéressé, car La Belle époque (des années 1900 au début de la première guerre mondiale) est une époque passionnante. Elle regorge de découvertes scientifiques importantes, de peintures et d’œuvres d’art originales (dont la Tour Eiffel) et de petits cabarets en tout genre.

L’histoire en elle-même est assez simpliste : Maude Pichon, petite provinciale coincée dans une vie inintéressante, décide de prendre son destin en main et de partir vivre à Paris lorsque son père décide de la marier avec le boucher du village. Malheureusement, même si la vision que l’on a de Paris est toujours romanesque, cela n’est pas le cas dans la réalité.  Maude va vite être confrontée à la misère et ne va pas avoir d’autres solutions que d’accepter un travail dégradant.

A partir de là, l’auteure a décidé de mettre en œuvre un principe développé par Zola, appelé « Les repoussoirs ». Dans Belle Epoque, l’agence Durandeau propose à de riches clientes, de louer des jeunes femmes considérées comme « laides » pour servir de « faire valoir ». C’est donc la Comtesse de Dubern qui loue Maude, pour servir d’accessoire à sa fille, Isabelle, afin que celle-ci soit mise en valeur lors de la saison et qu’elle trouve un mari qui soit également bon parti. Bien évidemment, Isabelle n’est pas au courant du subterfuge et voit en Maude, une véritable confidente. Maude joue alors un double jeu au risque de se brûler les ailes…

Vous vous dîtes, « c’est tiré par les cheveux »,  « encore un livre bourré de clichés », « personne ne peut y croire »…Et bien, détrompez-vous, la magie opère ! Je me suis complètement laissée prendre au jeu. J’ai eu l’impression de me retrouver dans les années 1900 en compagnie de Maude. Comme elle, j’ai admiré la capitale avec des yeux de touristes, comme elle, j’ai été extasié par l’opéra, comme elle, j’ai sentie l’humiliation subie par cette agence, comme elle, j’ai sentie la misère dans les rues parisiennes,  comme elle, je suis tombée sous le charme du Duc…Bref, succès garantit pour ce livre qui ne laissait pressentir qu’il ne serait qu’un Young Adult parmi tant d’autres.

Je n’ai d’ailleurs qu’un seul conseil : laissez vous embarquer dans le Paris de la Belle Epoque ! Ce livre retranscrit à merveille le côté historique, tout en développant une belle histoire de sentiment. A vos livres !

Belle Epoque,

de Elizabeth Ross,

Collection R

416 pages

17,90 euros

 

Sybille

 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 23/01/2014