Sous la même étoile, de Kelley York

Quatrième de Couverture : 

Un frère et sa soeur vont devoir trouver le moyen de protéger le garçon qu'ils aiment tous les deux.

Une fois le lycée terminé, Hunter et sa demi-soeur Ashlin, décident de prendre une année sabbatique et d'emménager chez leur père. Là-bas, ils retrouvent Chance, un garçon fantasque avec qui ils passent tous leurs étés depuis l'enfance. Si Chance les a toujours fascinés, ce sont des sentiments tout autres qu'Ashlin et Hunter développent bientôt pour lui. Mais ils comprennent aussi que les excentricités de Chance dissimulent une vérité bien plus noire...

 

Chronique de Ceinwèn : 

Pour une fois je trouve le résumé parfait : il présente bien l'histoire, sans trop en dire. 

Hunter et Ashlin sont demi-frère/sœur. Leur famille est certes étrange, mais ils s'en sont toujours accommodés et grâce aux vacances qu'ils passaient ensemble chez leur père, ils sont très proche l'un de l'autre. Plus que des frères et sœurs, des meilleurs amis. 

Enfant, ils ont rencontré Chance et à chaque vacance, le rituel se répétait : ils retrouvaient Chance, ne parlaient pas vraiment de choses personnelles, et passaient des vacances formidables tous les trois. Chance est comme un membre de la famille. 

 

Hunter et Ashlin ont décidés de prendre une année sabbatique avant de décider quelle université choisir. Ils profitent de cet intervalle de temps pour vivre chez leur père, se retrouver et retrouver Chance. Mais ils ont grandit et certaines choses ont changés. Ils ne peuvent plus ignorer les marques qu'arborent Chance. 

Chacun à leur manière, ils ont développés des sentiments pour ce garçon. Mais par pudeur, par incompréhension, par hésitation, ils ne savent pas l'exprimer. Jusqu'à un jour terrible, où les vérités éclateront au grand jour. 

 

C'est un roman vraiment agréable à lire. On est assez loin des clichés traditionnels du genre et c'est rafraîchissant. La famille pas si conventionnelle des deux adolescents doit ressembler à plus d'un foyer. Et le modèle fonctionne !! On envierai presque cette complicité qu'ils ont réussi à tisser malgré l'éloignement et des mères pas forcément compréhensives. 

D'ailleurs côté parents, les mères sont totalement absentes du récit. Le père est présent, mais comme une figure paternelle qui se contente de veiller de loin : il sait que ses enfants sont responsables et qu'ils se tourneront vers lui en cas de problème. Et ils n'en ont jamais posé de problème. C'est une version un peu idyllique de l'adolescence, qui est un peu par essence l'affrontement des figures d'autorités, mais on est ici en présence de jeunes gens qui, certes, s'amusent mais restent très responsable. On se rappelle des modèles des vieux romans YA mais sans que cela ne heurte notre sensibilité. C'est crédible

 

Cette histoire aurait pu avoir pour héros d'autres personnalité que des adolescents, leur âge n'entrant pas tellement en jeu, mais l'auteur en profite pour parler d'un autre sujet qu'est l'éveil à la sexualité et surtout aux sentiments que l'on peut éprouver. Aishlin comme son frère éprouve des sentiments pour Chance, et doit parfois se débattre avec. 

Chance incarne donc le double travail de l'auteur : la maltraitance et l'éveil à la sexualité. Il l'incarne avec une certaine indolence et provocation. Il se débrouille seul et affronte les choses sans réels faux-semblant. Il éprouve quelque chose et réussira à forcer l'autre en face à l'admettre. 

 

C'est un beau roman, mais je lui reprocherai sa fin. Elle est très abrupte et bien trop ouverte. On reste avec beaucoup de questions sur les bras et c'est ce qui fait baisser mon appréciation globale du roman. La fin donne une impression d'inachevée qui laisse un goût amer. Alors que le reste était plaisant. 

 

 

  • Sous la même étoile, trois cœurs à l'unisson (Made of Stars)
  • Kelley York
  • PkJ (juin 2016)
  • 320 pages
  • 15.50 € (papier) - 12.99 € (numérique)

 

Ceinwèn

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau