Nous attendons de vos nouvelles, Voix du ghetto de Varsovie, de Michèle Goldstein-Narvaez

 nous-attendons-de-vos-nouvelles-voix-du-ghetto-de-varsovie-de-michele-goldstein-narvaez.jpg

Quatrième de couverture

A travers l’histoire de ses parents, survivants du ghetto de Varsovie, Michèle Goldstein-Narvaez nous offre un document où l’amour, la volonté de vivre, l’optimisme, l’humour, la lucidité, et un peu de chance aussi, triomphent de l’apocalypse.

Elle fait revivre les voix du ghetto à travers des lettres retrouvées que sa famille s’échangeait en 1940. Elle relate le périple des uns à travers le monde, la déchirure et l’inquiétude de la séparation, l’aventure de son père et de sa mère, qui ont survécu dans les égouts, mais aussi la Résistance polonaise et l’attente des Alliés.

Un témoignage historique et personnel qui permet également de comprendre le déracinement et les traces qu’a laissées la Shoah sur ses victimes et leurs descendants.

 

Chronique d’Ailayah

Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Max Milo pour m’avoir permise de découvrir ce témoignage.

Ce qui m’a d’abord attiré vers ce livre, c’est ce mélange à la fois historique et personnel. D’autant plus que je ne connais pas grand-chose sur le ghetto de Varsovie et que la Seconde Guerre Mondiale est une période historique qui m’intéresse pas mal.

Je dois avouer cependant qu’au départ, j’ai eu beaucoup de mal à rentrer dedans à cause du style très documentaire de l’écriture. Je m’attendais dès le début à quelque chose de beaucoup plus personnel, dans l’écriture, et de moins « documentaire », façon cours d’histoire. J’ai du coup mis plus de temps que prévu dans ma lecture, mais, au fur et à mesure, j’ai davantage commencé à rentrer dedans, à m’attacher à cette famille que l’on suit à travers tous les obstacles qui se mettent sur leur chemin.

Ce que j’ai véritablement apprécié, et qui m’a étonné vu la lourdeur du sujet, c’est une certaine forme d’humour empreinte dans le texte, et qu’ont su conserver les membres de cette famille. Au final, je reste totalement admirative du courage, de l’énergie et de l’espoir inébranlable dont a su faire preuve cette famille. De ce point de vue, on est vraiment loin de tous nos cours d’histoire qui ne font que relater les horreurs de la période. Bien sûr, ces horreurs sont bien présentes ici, mais l’histoire peu banale de la famille de Michèle Goldstein-Narvaez montre également qu’il y a plusieurs réactions face à ces horreurs, et que l’une d’entre elle et de s’unir, se battre pour survivre et garder espoir coûte que coûte.

Finalement, bien loin d’être un témoignage mortuaire révélant de nouvelles horreurs vécues pendant la guerre, ce livre est un véritable hymne à la vie, à la solidarité et à l’humanité. Malgré les débuts de lecture un peu difficiles, ce livre restera donc au final un très beau moment de lecture.

 

Nous attendons de vos nouvelles

Voix du ghetto de Varsovie

Michèle Goldstein-Narvaez

Max Milo

256 pages

18€

 

 

Ailayah

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 09/06/2013