Parents-Enfants 100 textes sur la famille et l'éducation

parents-enfants.gif

Quatrième de couverture

Familles, je vous aime !
De Plutarque à Brassens ou Grand Corps malade, en passant par Balzac, Colette ou Calamity Jane, voici un passionnant parcours littéraire qui explore le plus vieux lien du monde : celui qui unit des mères et des pères à leurs enfants, une génération à la suivante.

Introduits par le philosophe Pierre-Henri Tavoillot et le pédopsychiatre Daniel Marcelli, ces textes, réunis avec la Fédération nationale des écoles des parents et des éducateurs, nous entraînent au coeur des relations familiales, dans les mots de l'intime, là où se tisse ce lien si puissant et indéfectible, d'un amour sans limites ou d'un désamour sans nom, entre souvenirs amers ou joyeux, et nous replongent dans quelques méthodes d'éducation, affectueuses, rigoureuses, parfois cuisantes.

Ces multiples regards d'écrivains, philosophes, pédagogues, humoristes, nous rappellent que les questionnements sur la parentalité, sur ce qui unit les jeunes à leurs aînés, ne datent pas d'aujourd'hui. Déjà Socrate, au IVe siècle avant J.-C., se lamentait : « Lorsque les jeunes méprisent les lois puisqu'ils ne voient plus au-dessus d'eux l'autorité de rien ni de personne, alors en toute jeunesse et en toute beauté c'est le début de la tyrannie. »
De quoi nous faire sourire parfois, nous aider à prendre une certaine distance et nous interroger sur nous-mêmes aussi. Il faut bien que jeunesse se passe !

Chronique d'Alexandre

Je vous parlerai aujourd’hui du recueil « Parents-Enfants », présenté par Pierre-Henri Tavaillot.

Dans cet ouvrage, c’est une centaine de textes de tous horizons qui se côtoient, séparés en cinq chapitres, chacun introduits par un court texte de l’auteur.

 

Avant de vous parler des textes en eux-mêmes, je vous entretiendrai des différentes présentations de chapitres, qui sont à mon sens un des points forts de l’ouvrage, mais qui peuvent aussi le desservir à l’occasion.

Commençons par le négatif, en partant du principe que ce recueil de textes provenant d’auteurs, d’époques et de cultures différentes s’adresse à un vaste public, je pense que les introductions précitées peuvent parfois être un peu trop précises du point de vue des notions abordées, ainsi que du vocabulaire utilisé. En effet, lors de ma lecture, il m’est régulièrement arrivé de me faire la réflexion que sans avoir bénéficié d’une certaine approche du vocabulaire utilisé en psychologie, la compréhension de ce que l’auteur avance pourrait s’en retrouver freinée.

En revanche, pour parler du positif, avec une base acceptable en psychologie ces introductions permettent au lecteur d’aborder les textes avec un regard et un éclairage différent de celui qu’il aurait eu sans bénéficier de l’avis de l’auteur. On a alors la possibilité de découvrir non seulement ce que certains ont écrit à des épisodes marquants de leur histoire ou à propos de sujets leur tenant à cœur, mais aussi de s’interroger et de se positionner vis-à-vis du rapport que nous avons avec la jeunesse en générale, les rapports existants entre parents et enfants ou encore les différentes méthodes d’éducations dépeintes dans ce recueil.

Non content de nous apporter un éclairage particulier et l’occasion de profiter pleinement des textes et citations, ces introductions sont rédigées de telles manières que jamais le lecteur n’est influencé dans telle ou telle direction. L’auteur nous fait part de son opinion, mais ne cherche pas à nous rallier à sa cause.

 

Parlons maintenant des textes en eux-mêmes.

Excepté le premier chapitre, je trouve que la richesse des points de vue, la variété des provenances et des manières d’appréhender les relations dépeintes, tous ces aspects sont d’une qualité réellement appréciable. On a l’occasion de découvrir des textes courts ou longs, lourds ou légers, naïfs ou même parfois douloureusement éclairés.

Cette recherche d’un large horizon contribue à donner au lecteur une impression de facilité de lecture et nous évite de tomber dans la monotonie ou de ne plus savoir ce que racontait le texte précédent si on lit le recueil d’une seule traite.

C’est d’ailleurs à mon sens un autres des points forts de cet ouvrage : ont peut tout aussi bien le lire sans s’arrêter du début à la fin qu’en plusieurs jours, en partant de la fin, en prenant de longs temps de pose, tout est bon tant la variété et le choix sont clairs.

J’ai dit plus haut que le premier chapitre m’avait un peu déçu, ceci étant du au fait qu’à mon sens, nous n’ayons affaire qu’à des textes d’enfants parlant de leur mère, or le chapitre parle bien de la relation qui unit enfants et mère. A mon avis, il y à la un manque de textes provenant de femmes s’exprimant à propos de leur maternité.

 

Globalement, un livre très agréable à lire, aussi distrayant qu’éclairant, et que je pourrais conseiller tant aux amateurs de psychologie qu’à ceux que cette même discipline donne des crises d’urticaire.

 

Parents-Enfants

100 textes sur la famille et l’éducation

 

Pierre-Henri Tavoillot

Catherine Dolto (préface)

Daniel Marcelli (Avant-propos)

 

Cherche midi

 

190 pages

 

18,90 euros

 

Alexandre

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 03/12/2012