Sauvé des Ondes, de Didier Porte

 

Quatrième de couverture

Qui aime bien châtie bien.
Qui aime moins châtie mieux. Depuis 1995, Didier Porte exerce sur France Inter l'art difficile de la chronique vénéneuse et du vitriolage en direct. Huit années de pratique, l'équivalent d'une ceinture noire de judo radiophonique. Parmi ses trophées : David Douillet (au tapis), Serge Dassault (dézingué), les inconnus (démasqués), Frédéric Beigbeder (discounté), Mimi Mathy (compactée), Bernard Pivot (apostrophé), André Rieu (dans les cordes), Philippe Sollers (au pilon), Claude Lelouch (hors compétition), Elizabeth Teissier (satellisée), Gérard Jugnot (débronzé)... Rien de plus revigorant qu'un Porte qui grince et qui claque.
Mais ce tueur né est aussi un cœur sensible, qui confond dans une même tendresse Marcel Gotlib, Line Renaud, Bertrand Delanoë, Basile Boli ou Claude Nougaro. Ce livre regroupe quelque soixante chroniques diffusées dans " Rien à cirer " et " Le Fou du roi ".

 

Chronique d'Alexandre

Je vous parlerai aujourd’hui d’un ouvrage de Didier Porte : Sauvé des Ondes.

Dans cet ouvrage, l’auteur reprend plus d’une cinquantaine des chroniques qu’il a rédigé lorsqu’il officiait au sein de chaines de radio françaises. Elles sont principalement tirées d’émissions animées par Laurent Ruquier ou Stephan Berne.

Cet un avis mitigé que j’émettrai par rapport a Sauvé des Ondes. Si l’aspect incisif des propos de l’auteur m’a vraiment beaucoup plus, son ton souvent mordant et le culot dont il fait preuve lorsqu’il s’adresse aux victimes de ses chroniques, j’avoue que l’engagement politique dont il fait preuve finit par être lassant.

Que je m’explique : Didier Porte est de gauche, le revendique haut et fort et il emploie régulièrement cet aspect de sa personnalité pour chambrer les invités des émissions. En soi, ça n’est pas spécialement gênant, ça apporte même un souffle assez sympathique aux chroniques en fonction des personnalités. Mais c’est bien là qu’est le problème, c’est que c’est en fonction des personnalités. Dans toutes ses chroniques ou presque, l’auteur nous parle de politique et de son aversion pour la droite. Bien que ça soit toujours sur le ton de l’humour, peu me chaud de savoir que Line Renaud est amie avec un haut dignitaire de droite et j’avoue ne pas comprendre l’aspect comique de ses exhortations à changer de camp…

En revanche, lorsque l’on sait que l’invité est un homme politique et que l’auteur le bouscule avec ses opinions, là je n’ai aucun problème, le contexte s’y prête et il faut reconnaître que son culot est remarquable, de même que le côté pertinent de ses réflexions.

Tout au long des chroniques, on apprend à discerner les personnalités que l’auteur affectionne de celles qui le rebutent. Ainsi, ses écrits concernant David Douillet sont-ils d’un mordant peu commun, souvent aux limites de la bienséance, tandis que ceux concernant Pierre Perret ou le chanteur Renaud sont empreints d’une tendresse certaine et de beaucoup de respect, tout en restant teintés d’ironie.

Les remarques en fin de chronique concernant les réactions des invités sont, a mon sens, un véritable plus à ce recueil. Souvent, on se demande comment a réagit la personne après s’être fait bousculer par l’auteur et pour celles chez qui la précision est ajoutée, à chaque fois j’ai souri de bon cœur. La chronique étant fort valorisée par ces deux out trois phrases.

Un des aspects que j’ai fort apprécié est un certain comique de répétition dans ses chroniques. Pour celles qui concernent les émissions animées par Stephan Berne, l’auteur vient régulièrement titiller l’animateur et / ou le montant des cachets des chroniqueurs. Ceci par de courtes allusions, qu’elles aient un lien ou non avec les invités. Au contraire des réflexions politiques, ces dernières ne s’étalent pas sur toute la chronique et ne prennent pas le pas sur la description de l’invité.

Un début de chronique fort négatif, mais au final, plus de positif que de défauts pour Sauvé des ondes. Un ouvrage que je recommande à tout qui n’est pas allergique au second degré.

 

Alexandre

 

Sauvé des ondes

Didier Porte

L’archipel

233 pages

7,12 euros.

 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 11/03/2012