Séparées par notre père, deux soeurs, deux destins, de Patricia Filali

filali séparées par notre père.jpg

Quatrième de couverture :

30 ans après, Patricia revient sur son passé douloureux : le kidnapping, les trois années de séquestration en Algérie avec sa soeur Nadia, son évasion spectaculaire, puis, le long chemin de la nécessaire reconstruction. Nadia, elle, s'est mariée là-bas. Désormais séparées mais liées par une correspondance régulière, elles vivent un destin opposé où la réconciliation avec le père a fini par s'imposer.

Chronique de Sybille :

Cela faisait longtemps que je n'avais pas lu de témoignage et j'ai été bien contente de découvrir celui-ci. Je remercie donc Max Milo éditions pour cet envoi qui m'a vraiment bouleversé.

Cette histoire est une histoire vraie et je l'ai trouvé tellement poignante que j'en ai même eu les larmes aux yeux. Après tout, autant vous prévenir maintenant : si vous souhaitez lire ce livre, vous n'en resortirez pas indemne. A travers ce témoignage, on fait la connaissance de Patricia et Nadia, deux soeurs très liées. Toutes les deux ont un papa d'origine algérienne qui va faire un acte que je consière comme un acte de trahison : il va les enlever car malheureusement, c'est bien le mot et les emmener en Algérie où elles resteront en captivité.

Leurs vies en Algérie dans une famille d'amis de leurs pères n'est franchement pas de tout repos, tout simplement parce que la culture et le mode de vie algériens sont totalement opposés aux valeurs françaises. La femme est considérée comme inférieure et soumise à l'homme et elles sont vraiment surveillées. Finalement, au bout de trois années de captivité, Patricia aura l'occasion de s'échapper mais Nadia est totalement résignée et finira par se marier à Brahim, un des fils de la famille. Malgré tout, elles continueront à communiquer par lettre et par téléphone. Elles se verront même quelques fois.

Ce récit m'a vraiment bouleversé parce que j'ai trouvé l'attitude de ce père vraiment répugnante. J'ai eu du mal à comprendre comment elles avaient pu lui pardonner parce qu'il les a fait souffrir énormément et leur a pris leur liberté. Ce livre ouvre les yeux sur les conditions de vie archaiques de ce pays. Même si je connaissais un peu la situation dans les pays du Maghreb, je ne pensais pas que la situation était telle à cette époque.

Je dois avouer que j'ai préféré la première partie du récit : la captivité et la fuite de Patricia. Et je pense que cela se ressent un peu dans ma chronique. J'ai aimé comprendre la reconstruction de psychologique de Patricia mais cela m'a moins intéressée que la première partie, tout simplement parce que j'ai un peu regretté l'absence de Nadia. Bien évidement, je sais bien qu'il s'agit de l'oeuvre de Patricia et que cela lui a permis de se libérer. Mais j'aurais aimé connaître un peu plus les sentiments de Nadia. C'est pour cette raison que j'ai aimé la postface écrite par elle.

Ceci dit, si je dois résumer cette chronique en un seul mot, je dirais que c'est une lecture troublante. Je vous la recommande vivement parce que ce récit est pertubant et totalement poignant.

Séparées par notre père, deux soeurs, deux destins,

de Patricia Filali,

Max Milo éditions

192 pages

17 euros

 

Sybille

 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 11/01/2013