L'Orphelin 2 : Le Destin de l'Orphelin, de Robert Buettner

Quatrième de couverture

À l’âge de vingt-quatre ans, Jason Wander a mené et remporté le seul conflit ouvert entre l’humanité et une espèce extraterrestre. Aujourd’hui, après de longues années dans l’espace, il rentre chez lui… pour trouver des nations appauvries par la guerre dont le choix se tourne désormais davantage vers la reconstruction que vers la défense de la planète. Une seule ombre au tableau de cette nouvelle politique mondiale : l’attaque extraterrestre n’était que la première partie de leur plan. Le véritable assaut se déclenche subitement : la Terre est attaquée par une armada de vaisseaux de la taille d’une ville. Pour empêcher l’invasion, il ne reste à l’humanité qu’un vaisseau et une minuscule unité de guérilla : un groupe suicide mené par Jason Wander.

Chronique de Garlon

Lançons-nous maintenant dans le second tome de la série SF L’ Orphelin : Le Destin de l’Orphelin.

Jason et les sept cent survivants de la bataille de Ganymède rentrent enfin sur Terre, après 5 ans d’absence. La planète bleue tente tant bien que mal de se reconstruire, et Jason doit maintenant devenir une figure médiatique ayant un objectif majeur : rassurer la population en leur disant que la guerre avec les « limaces » est enfin finie.

Manipulé par les politiciens, il n’aura d’autre choix que de se plier à cela, même si son avis est que les limaces n’ont peut-être pas disparues et préparent une contre attaque.

Et si Jason avait raison et qu’une armada limace se préparait à attaquer la Terre, que fera la planète pour se défendre, elle qui tente de se reconstruire ?

J’ai été vraiment très agréablement surpris pas cette lecture.

En effet, je n’avais pas trop aimé le tome 1, pour lequel j’avais trouvé un certain nombre de défauts dérangeants. Bien que nombre de défauts sont encore présents, ils le sont à moindre mesure, et cela fait que la lecture de ce livre s’est avérée être une bonne partie de plaisir.

Tout d’abord, ce qui m’a le plus plût est la disparition, en grande partie, des idées que l’auteur faisait véhiculer dans le premier tome et que je trouvais vraiment révoltante. Ici, bien que l’auteur mette encore l’armée sur un piédestal, il ne passe plus son temps à dire que la guerre est bonne pour l’homme, et on pourrait même croire qu’il a fini par penser le contraire, car sa façon d’écrire ne laisse plus du tout penser à cela.

En parlant de sa façon d’écrire, que je considérais comme le principal point positif du tome 1, je la trouve toujours aussi bien. Le style fluide de l’auteur, et sa façon de mettre de l’action dans tout, même dans des actes politiques, fait que, même si tout une partie du récit se passe dans des hôtels de luxe à faire la pub de la paix, le livre garde un esprit fort aventure qui fait que le lecteur est rapidement plongé dedans et a du mal à en sortir, tellement l’enchainement des évènements est bien fait.

Au niveau de l’histoire, je fais toujours le reproche du manque d’originalité et de la prévisibilité, mais à moindre mesure. En effet, bien que la trame principale ne soit pas très originale, certains évènements le sont beaucoup plus, et réveillent ainsi l’intérêt du lecteur. Et cela est la même chose pour la prévisibilité, qui est moindre pour certains évènements du livre, quoiqu’elle le soit quand même beaucoup pour la fin.

Mais le problème de la prévisibilité est en grande partie dû, à mon avis, à deux raisons : premièrement, le quatrième de couverture, qui révèle les évènements de la fin du récit (en effet, le retour des limaces avec leur armada n’intervient que très tard dans le récit), et le premier chapitre, qui parle en fait de la fin du livre (on sait du coup un certain nombre de choses sur les évènements et leur probable dénouement.

Le livre a deux parties. La première, plus calme, est en grande partie politique : Jason est manipulé, et ce dans le but de faire croire à la population que la guerre est définitivement finie. J’ai assez bien aimé cet aspect, avec ces histoires de manipulation, ce que la Terre est devenue après la guerre, ce que deviennent les personnages après leur retour, etc.

La seconde partie est la suite de la guerre contre les limaces et consiste donc en une grande aventure avec un max d’action. J’ai également bien aimé cette partie, qui change de la première et empêche donc le lecteur de s’ennuyer. En effet, ici, c’est l’action qui prime, et elle emporte complètement le lecteur.

Pour ce qui est des personnages, là aussi, il y a une claire évolution. Je les ai trouvés plus travaillées et plus attachants que dans le tome 1, et le lecteur partage beaucoup plus leurs sentiments, ce qui fait qu’il se sent beaucoup plus proche d’eux. En tout cas, ça a été mon cas, et j’en ai été ravi.

En bref, une très agréable surprise qui fait grandement remonter la série dans mon estime. Un style fluide développant un esprit aventureux à l’histoire, un récit très bien fait, malgré un certain manque d’originalité et une assez grande prévisibilité, et des personnages qui deviennent vraiment très intéressants.

La lecture de ce tome fait donc que, finalement, je conseille quand même la lecture de la série, malgré mon avis négatif sur le tome 1, car ce livre en vaut la peine.

 

Le Destin de l'Orphelin

L'Orphelin, tome 2

Robert Buettner

Eclipse

368 pages

17 €

 

Garlon

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 16/05/2012