Liberi Fatali 1 : Liberi Fatali, de Julien Laglasse

Quatrième de couverture

L’énergie Gaia, source de conflit depuis des décennies, elle continue d’alimenter la haine et le désir de chacun, menant bien souvent les Hommes dans des situations où nul ne voudrait être. L’époque où les gangs se formaient, explosaient et se refondaient est bientôt révolue, car un danger bien plus grand menace à présent l'humanité. C’est dans un monde détruit par les précédentes guerres, puis reconstruit de manière inégalée, que Damah et Mahasia, faux-jumeaux, se retrouvent face à leur destin.
 

Chronique de Garlon

Parlons maintenant d’un récit de science-fiction assez particulier : Liberi Fatali.

Nous sommes dans un futur assez sombre, dans lequel deux grandes puissances ont vu le jour et le reste du monde a été détruit. Une nouvelle énergie a vu le jour, venant du centre de la Terre, et des êtres d’un autre monde sont venus dans le but de se servir de cette énergie.

Damah et Mahasia doivent vivre dans cet univers. Lors d’un retour de camp de vacance, ils trouvent leurs parents morts et mutilés en même temps que l’incendie de leur maison. Dans un coffre fort ouvert, Damah découvre une sombre vérité sur leur naissance, à elle et son frère, et cette vérité va la rendre muette.

Dans le but de faire retrouver la parole à la jeune fille, les deux jeunes gens vont tenter de retrouver leur oncle, qui lui pourra les aider.

Au fur et à mesure de leur périple, les deux jeunes gens découvriront une atroce vérité à laquelle ils ne se seraient jamais attendus.

Ce sont malheureusement des choses qui arrivent : je n’ai pas vraiment aimé ce livre, qui m’a pas mal déçu sur certains points.

Tout d’abord, parlons de l’histoire :

Dans son ensemble, elle est très bien trouvée et très originale. Le concept m’a vraiment plu, et la base était très bonne.

Malheureusement, le reste m’a beaucoup moins plu :

Nous nous attardons très longtemps sur le voyage des jeunes vers la maison de leur oncle et, même si on en apprend un peu sur cette sombre histoire, c’est le périple qui prime. Si bien que, lorsque nous nous retrouvons au moment où la vérité éclate et que les choses doivent évoluer, ça va trop vite, et il y a un manque clair d’explications de l’histoire, ce qui perd un peu le lecteur, qui était pourtant bien plongé dans le récit lors du périple initial. En plus du manque d’explications, cette précipitation amène également quelques incohérences dérangeantes, qui gâchent assez le livre.

L’aspect aventure est donc assez bien fait, mais les explications quand à l’histoire et la cohérence des évènements est un peu mis à mal par une trop grande précipitation. L’auteur aurait peut-être dû s’attarder davantage sur certaines choses, et pourquoi pas allonger son livre d’au moins une centaine de pages, dans le but d’apporter une plus grande profondeur à l’histoire et d’éveiller un plus grand intérêt de la part du lecteur.

Au niveau des personnages, là aussi, je n’ai pas été conquis : nous en rencontrons beaucoup, mais aucun n’est travaillé, et le lecteur ne se lie du coup pas du tout à eux. Même au niveau des personnages principaux : Damah est clairement, de par son mutisme, mise en arrière dans le récit, et c’est un personnage qui donne presque l’impression d’avoir été oublié, et Mahasia, le narrateur et personnage principal, bien qu’un peu plus travaillé, ne m’a pas conquis non plus, me donnant l’impression qu’il lui manque quelque chose, une certaine profondeur, une évolution dans sa façon d’être.

Et je n’ai pas non plus aimé le style de l’auteur, malgré le fait qu’il soit assez fluide : bien que le narrateur soit un jeune homme et que l’auteur a souhaité utiliser un langage jeune, on sent l’écriture très brouillonne et simpliste. De plus, de nombreuses fautes de français sont assez dérangeantes (notamment au niveau de la ponctuation), et la différence de la taille de la police entre les paroles et les descriptions ne m’a pas plu non plus, car c’est assez déstabilisant et gâche l’esthétique du livre.

Vous l’aurez compris, ce livre ne m’a pas conquis, à cause du manque d’explications, des incohérences, des personnages qui auraient pu être davantage travaillés, et un style assez brouillon. L’histoire en elle-même reste malgré tout assez originale, le concept étant bien trouvé et méritant que l’on s’y attarde. La fin permet de supposer un second tome. Espérons donc que celui-ci supprimera les défauts du tome 1 et fera de cette histoire originale un très bon récit, ce qui est tout à fait faisable.   

 

Liberi Fatali

Liberi Fatali, tome 1

Julien Laglasse

World Crisis Crew

160 pages

15 €

 

Garlon


Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 16/05/2012