Aliénations, de Jean-Michel Calvez

alienations-1.png

Quatrième de couverture

Sur le vaisseau Gemme, cinq membres de l’équipage ont été éveillés avant le terme du voyage vers Orion, un objectif prioritaire annulant leur mission initiale. Ordre leur est donné d’aborder l’objet inconnu vers lequel on les a redirigés, et de se préparer à ce qui serait le « premier contact extraterrestre » de l’histoire humaine. Dès l’abordage de ce qui ressemble à une épave à l’abandon, tout dérape. Pour quelles raisons accès de folie et morts subites se succèdent-ils depuis leur visite à bord ? S’agit-il d’un virus inconnu ? Leur a-t-on tout dit, en modifiant leur mission ? Privés du soutien de la Terre, qui ne répond plus, Jorge le géologue et les survivants vont s’efforcer de sauver leur peau et de venir à bout de l’entité invisible qui les harcèle. Pour cela, il leur faudra percer l’énigme que recèle l’épave.

Chronique de Garlon

Je vais cette fois vous parler d’un livre de science-fiction qui fut pour moi une déception, malgré une idée de base intéressante.

Jorge, accompagné de 20 autres personnes, est en route pour Orion, avec plus d’un siècle de sommeil avant d’y arriver.
Mais voila, étrangement, voila que Jorge se réveille, avec uniquement 5 autres membres d’équipage, et bien loin d’Orion.
Cette équipe restreinte va vite apprendre la raison de cet étrange réveil : une épave de ce qui pourrait être un vaisseau spacial traine dans les environs, et ce pourrait donc être l’occasion pour la Terre d’avoir sa première rencontre extraterrestre. Une occasion à ne pas manquer.
Mais voila, les choses ne sont pas si simples et, face à un vaisseau qui paraît vide, des évènements étranges vont commencer à se produire.
Mais quelle est donc cette menace qui pèse sur les membres d’équipage du Gemme ?

Comme je l’ai déjà indiqué dans le début de ma chronique, ce livre m’a fort déçu, et cela pour une raison en particulier, que je vais développer plus loin.

J’ai trouvé que l’idée était vraiment bien trouvée, le concept étant original tout en restant dans la trame de ce genre de récit. La fin est également très surprenante et chargée de grosses révélations vraiment très originales. De plus, l'auteur met très bien en scène cet aspect de "rencontre" avec une civilisation inconnue, et le besoin de l'homme de combattre ce qu'il ne comprend pas.

Tout cela aurait donc pu amener une lecture extrêmement passionnante et intéressante, avec un stress constant sur le devenir des passagers du Gemme et une grosse part de mystère quant à la nature de la menace et du vaisseau extraterrestre.
L’histoire en elle-même est donc vraiment très bien trouvée, et le livre peut valoir la peine rien que pour cet aspect.
Mais voila, un très gros point négatif a vraiment gâché m’a lecture et a fait que je n’ai pas aimé ce livre : les descriptions techniques et scientifiques à rallonge, qui ont supprimé tout intérêt que j’ai pu avoir pour ce livre.
En effet, la totalité (ou presque) du livre est composé de descriptions, qu’elles soient techniques, biologiques ou chimiques, qui perdent complètement le lecteur et le détache totalement du récit, celui-ci perdant tout son intérêt, tout son côté passionnant.
Du coup, l’action paraît inexistante, le lecteur se perd complètement dans les descriptions, et l’ennui ne tarde donc pas à s’installer, car il est clair que le lecteur, en se lançant dans une lecture de science-fiction tendant vers l’horreur, ne lisait pas le livre pour avoir de nombreuses descriptions, mais plutôt pour avoir un bon moment de détente et d’émotions.

Au niveau du style de l’auteur, le problème est bien entendu le même, vu que l’auteur traîne beaucoup trop dans ses descriptions.
Par contre, je trouve que l’auteur a tout à fait le style et les connaissances que pour écrire des essais sur des sujets techniques et scientifiques, car tout ce qu’il nous présente dans le livre est très bien développé et expliqué, ce qui permet de bien comprendre les choses.
C’est dommage que l’auteur ai choisit d’inclure de telles descriptions à un récit de SF horreur, car je trouve que le mélange des deux ne donne pas vraiment bien, ayant un trop grand excès de descriptions par rapport à l’action.

Au niveau des personnages, j’avoue que, malgré le gros problème des descriptions, j’ai réussi à assez bien m’attacher à eux, et surtout à Jorge, car j’ai trouvé qu’ils étaient très bien construits, bien que manquant assez cruellement d’un passé.
Le partage des émotions se fait donc assez bien, et le manque que ressent Jorge au niveau de Marga donnera quelques passages assez émouvants au lecteur, qui sera fort attendri.
Par contre, j’ai remarqué une chose parfois assez gênante : lorsque deux personnages parlent ensemble, ils ont parfois tendance à dire le prénom de l’interlocuteur à chaque phrase, ce que j’ai trouvé assez mal fait.

En bref, malgré un concept vraiment très intéressant, ce livre fût pour moi une grosse déception, et ce principalement à cause de descriptions techniques et scientifiques à rallonge qui coupent complètement le lecteur dans le récit et rendent même la lecture du livre très ennuyeuse, alors qu’au contraire elle devrait être passionnante.
A part cela, le style de l’auteur est très bien, et il pourrait s’adapter autant à des essais scientifiques qu’à des livres de science-fiction, à la condition de prendre garde à ne pas emmener l’un dans l’autre, comme j’ai trouvé que ce fût le cas ici.
Les personnages, bien que manquant de passé et ayant un tic de parole ennuyant, sont assez attachants et permettent parfois d’avoir certains passages assez émouvants.

 

Aliénations

Jean-Michel Calvez

Asgard

400 pages

18 €

 

Garlon

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 16/05/2012