Le Dernier des Francs, de Michel Pagel

francs.jpg

Quatrième de couverture

Jules César est mort.

Le siège d’Alésia s’en trouve bouleversé, les armées romaines mises en déroute. De cet événement fondateur naît l’empire celte.

Huit siècles et demi plus tard, Lucius Antonius Tubero quitte l’Empire romain pour Gergovie. Né bossu, il n’aurait jamais dû vivre et encore moins être promis en noces à la jeune et jolie Lirane. Sensible, d’une bonté naturelle, il ne se doute pas que son oncle, puissant Sénateur, lui ment et l’embarque dans une aventure périlleuse où politique, trahisons et complots seront son pain quotidien et lui dévoileront les chemins sinueux de son destin ; un destin qui se forgera dans le sang, celui des puissants empires celtes et romains, mais aussi celui des Parthes et des Huns, tous plus que jamais engagés dans une guerre implacable, à l’issue incertaine. Pour Lucius, malgré sa difformité, malgré les embûches, reste l’amour… et l’espoir, qui repose alors sur les épaules d’Alrik, le dernier des Francs…

Chronique de Garlon

Découvrons ce qui serait arrivé si César était mort avant d’avoir vaincu Vercingétorix grâce à cette uchronie.


César est mort et la conséquence en a été la création de 4 empire : l’empire romain, l’empire parthe, l’empire celte et l’empire hunnique.

Huit siècles plus tard, Lucius, jeune bossu de l’empire romain, se voit promit à une jeune cananéenne et doit se marier dans l’empire celte. Mais il s’avère vite que tout cela relève d’un autre plan : un assassinat visant à empêcher l’alliance entre les empires celtes et hunniques. Mais les choses sont loin d’être simple, et un traitre plonge vite l’expédition dans un bain se sang, faisant qu’il reste très peu de survivants pour accomplir la mission.


Bien que le livre ait quelques défauts, je l’ai bien apprécié.


J’ai adoré l’idée de ce livre, cette uchronie superbement pensée. Cela nous crée une histoire en tous points originale et passionnante. On découvre une autre évolution de l’histoire, et rien que ce fait nous apporte déjà quelque chose de superbe à suivre, mais, en plus, l’action et les retournements de situation rendent l’histoire totalement captivante et font qu’on ne peut se détacher du récit. Le côté aventure est donc ici superbement couplé au changement de réalité historique.

Par contre, j’aurais vraiment aimé que l’uchronie soit davantage travaillée, qu’on se retrouve davantage plongés dans des détails à ce niveau-là, quitte à avoir moins d’aventure et d’action. Mais, pour ce point-là, ça dépend bien entendu du souhait de chacun.

Un autre petit défaut du livre est que les évènements sont souvent prévisibles, cela la plupart du temps dû au fait que l’auteur nous prévient sans arrêt de ce qui va se passer par la suite, enlevant totalement la surprise et gâchant ainsi pas mal le récit…


Au niveau du style de l’auteur, je l’ai trouvé bien adapté à l’histoire, car il est souvent fluide et agréable mais peut aussi devenir plus descriptif quand cela s’avère nécessaire.


Les personnages, quant à eux, bien que relativement bien travaillés, m’ont paru, pour certains d’entre eux, trop caricaturaux, pas assez réalistes. De plus, on ne partage pas forcément beaucoup leurs sentiments, faisant qu’on s’en détache assez et qu’on finit par suivre l’histoire avec une certaine distance.


En bref, nous avons ici une bonne uchronique qui explore un aspect intéressant de l’histoire, avec beaucoup d’action et de retournements de situation, le tout englobé dans un très bon style d’écriture. On pourra cependant reprocher le fait que l’uchronie aurait pu être plus approfondie, que l’auteur gâche les surprises en annonçant sans arrêt ce qui va arriver dans l’histoire avant que cela n’arrive et que les personnages sont trop caricaturaux et ne partagent pas assez leurs sentiments avec le lecteur.


Un texte à ne pas manquer si vous aimez le genre uchronie.

 

Le Dernier des Francs

Michel Pagel

Critic

Science-fiction (Uchronie)

223 pages

16 €

 

Garlon

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau