May le monde, de Michel Jeury

may.jpg

Quatrième de couverture

May, dix ans, est peut-être en train de mourir. Le Dr Goldberg l’a envoyée dans la maison ronde, au milieu de la forêt, rejoindre Thomas et Lola, Nora et la docteure Anne, chargés de distraire les enfants malades. Et de leur apprendre le monde. Un monde qui ressemble au nôtre. Mais qui en est prodigieusement distinct et distant. Où tout est différent, subtilement ou violemment. Encore heureux qu'il y ait le changement, sans lequel la vie ne vaudrait pas d'être vécue. Et l'Extension, si vaste qu'elle cache peut-être ce que May nomme en langage grimm’s mondo paradisio.


Chronique de Garlon

Plongeons dans ce livre vraiment très particulier.

Dans un monde proche du nôtre, les gens connaissent le Changement, une “évolution” qui les fait changer, surtout psychologiquement, et les fait voir différentes dimmensions.
C’est dans ce monde que se trouve May, une jeune fille de 10 ans qui est malade. Dans l’attente de ses résultats, elle se retrouve chez son grand-père, accompagnée de “la bande des quatre”, de jeunes gens qui sont là pour la soutenir.
Mais comment les choses vont-elles évoluer, dans ce monde de changement ? Et dans quelle genre de réalité sommes-nous ?
Je dois avouer que j’ai eu beaucoup de mal avec ce livre, et je pense être passé à côté de beaucoup de choses.

L’histoire est vraiment très particulière, et on se retrouve vite emporté dans des évènements très étranges, avec May d’un côté, dans son “monde”, et d’autres personnages. Nous apprenons ainsi, petit à petit, l’univers créé par l’auteur, toute cette histoire de “changement” vraiment complexe.
Le tout est vraiment très bien pensé, et on voit tout le travail fait par l’auteur pour nous créer quelque chose de vraiment abouti.
Le problème, à mon niveau, est que j’ai trouvé que les choses restaient fort confuses, et qu’on manque clairement d’éclaircissements sur certains aspects de l’univers, ce qui nous empèche de bien comprendre ce qui arrive, et donc de pleinement profiter du livre. On se retrouve alors vite désintéressé de l’histoire, qui évolue d’ailleurs sur plusieurs pôles, mais de façon assez lente et décousue, et on finit ainsi par passer à côté de nombreuses choses et par être perdu...
La fin est, quant à elle, en partie fort prévisible, et j’ai également trouvé cela assez dommage.
On perd ainsi, au fil de la lecture, et à défaut d’un grand investissement de la part du lecteur (aussi bien pour l’histoire que pour le style d’écriture), tout intérêt pour l’histoire, et on ne comprend plus rien.

Le style de l’auteur ne m’a pas du tout plû... Je sais que c’est fait exprès, mais, franchement, l’écriture est vraiment désagréable. L’auteur a voulu inventer une sorte de langage, à la fois proche et éloigné du notre, tout en y intégrant un certain humour. Pour ma part, j’ai trouvé que ça donnait très mal. On a vraiment du mal à lire, certaines phrases ne veulent tout simplement rien dire, il faut parfois deviner le sens des mots inventés par l’auteur, et plusieurs phrases sont même fort ridicules, avec l’accumulation inutiles de mots n’ayant rien à voir les uns avec les autres.
Je ne sais pas trop quel était l’objectif de l’auteur avec ce style, mais, une chose est sûre, ça n’a pas pris avec moi...

Au niveau des personnages, ils sont très bien travaillés, même si on a vraiment du mal à les cerner, tellement leur façon de penser, d’être, de communiquer, est différente de la notre. Malgré cela, on sent qu’ils sont tous uniques, cohérents par rapport à l’univers, et que chacun a ses états d’âme et ses émotions.
On ne se sentira pas vraiment proches d’eux, et la conséquence en est donc que nous ne partageons pas vraiment leurs émotions.

En bref, nous avons ici une histoire complexe dans un univers très bien travaillé mais loin d’être simple. Nombre de lecteurs seront sans doute confus à la lecture, et risquent ainsi de perdre le fil de l’histoire et de manquer beaucoup de choses. Le style d’écriture, une invention de l’auteur, est fort désagréable à lire et les personnages, bien que très bien travaillés et fort différents les uns des autres, nous sont fort étrangers et on ne partage pas fort leurs émotions.

Un livre qui intéressera principalement les fans d’univers fort complexes et de styles d’écritures uniques qui “inventent” partiellement un langage et ceux qui souhaitent s’investir dans une lecture pour laquelle il faudra garder une concentration constante à la fois sur les mots et sur l’histoire, sous peine d’être totalement perdu.

 

May le monde

Michel Jeury

Le Livre de Poche

Science-Fiction

480 pages

7,60 €

 

Garlon

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 24/04/2013