Shadowrun - Trilogie des Secrets du Pouvoir 1 : Ne traite jamais avec un dragon, de Robert N. Charrette

 

Quatrième de couverture

La vie dans les Ombres, c'est pas comme à la tridéo, omae. C'est du sang, de la sueur et des larmes. Sam Verner va l'apprendre  à ses dépends. Pourtant, tout avait bien commencé : un bon job au Japon chez Renraku, une des plus grosses mégacorpos du monde, du pognon, un datajack payé par la boîte, la voie royale.

Mais en 2050, tout peut arriver. Sa sœur disparaît de sa vie dans des circonstances troubles. Sam est muté à Seattle, où il se retrouve aux prises avec des shadowrunners qui le tirent de son petit monde confortable et aseptisé. Projeté dans les Ombres, Sam va vite comprendre que sa nouvelle vie comporte plus de questions que de réponses. Qu'est-il réellement arrivé à sa sœur ? Que se passe-t-il dans la Matrice de l'arcologie Renraku ? Pourquoi le monde entier semble-t-il s'être ligué contre lui ?

S'il espère survivre entre les machinations corpos, la magie, les elfes – et même les dragons – Sam va vite devoir assimiler les règles du monde des Ombres.

 

Chroniques de Garlon

Je vais aujourd’hui à nouveau vous parler de la saga Shadowrun, avec le premier tome de la Trilogie des secrets du pouvoir : Ne traite jamais avec un dragon.

Sam travaille au sein d’une corporation, immense entreprise qui a son propre état. Alors que sa sœur se transforme en ork, le voici muté loin d’elle, à Seattle. Arrivé dans la ville, il se fait enlever avec d’autres membres de la corporation par une bande de shadowrunners à la recherche de profit. Faisant ainsi la connaissance des Ombres, Sam va vite se rendre compte que les choses ne sont pas toutes telles qu’il le pensait au sein de la corporation. C’est là le début d’une série d’aventures que va vivre Sam. Entre meurtres et manipulation, comment cet homme élevé dans le cocon corporatiste va-t-il bien pouvoir survivre ?

Je l’avoue, j’ai eu assez de mal à entrer dans ce livre, il m’a fallut vraiment longtemps pour m’accrocher à l’histoire. Mais je ne regrette pas pour autant cette découverte. L’histoire se déroule dans l’univers de Shadowrun, et c’est donc déjà un livre qui devrait plaire aux joueurs de ce jeu de rôle devenu culte.

Ce livre est le premier tome d’une trilogie, et cela se sent un peu trop fort, je trouve. En effet, le lecteur mettra sans doute beaucoup de temps pour rentrer dans l’histoire, celle-ci étant vraiment longue à se mettre en place. Plusieurs sujets sont évoqués dans ce tome, plusieurs intrigues lancées, mais une seule sera réellement traitée, les autres (surtout l’histoire avec la sœur) étant laissées pour les autres tomes. J’ai trouvé, pour cela, assez dommage qu’on insiste tellement sur le sujet de la sœur au début alors que le sujet est presque oublié dans la suite du livre.

Cette difficulté à entrer dans l’histoire, je l’ai ressentie jusqu’à plus de la moitié du livre, ce qui a été assez ennuyant car ça à rendu la lecture beaucoup plus laborieuse et ennuyante.

Mais une fois que cela est passé, le lecteur sera bien content d’avoir attendu, car la suite est vraiment super. Après la moitié du livre, on commence vraiment à être pris par le récit, l’action devenant vraiment omniprésente et le jeu des manipulations par les différents personnages (et surtout les dragons) est vraiment passionnante et surprendra le lecteur plus d’une fois, créant un petit côté imprévisible qui est vraiment le bienvenu. On peut ainsi, entre deux scènes d’action, faire des spéculations sur les intentions de chacun, avant de replonger à nouveau dans une bonne dose d’action.

Le début du livre est donc laborieux, mais la suite est vraiment très bien faite, et ce n’est ici que le premier tome, qui lance l’histoire, et la suite devrait donc ne pas avoir ces quelques défauts.

Au niveau du style, j’ai également eu un peu de mal. En effet, j’ai trouvé que l’auteur se penchait sur beaucoup de détails assez inutiles, alourdissant un peu le récit, et gâchant parfois des belles scènes d’action. Mais à par cela, le style est quand même assez fluide et agréable à lire.

Ce qui m’a par contre le plus dérangé dans l’écriture du livre vient de la traduction. En effet, d’assez nombreuses fautes gâchent pas mal la lecture, surtout au niveau de la grammaire, et j’ai trouvé ça vraiment dommage.

Pour ce qui est des personnages, là aussi, il m’a fallu pas mal de temps pour commencer à m’accrocher à eux.

En effet, bien que chaque personnage soit unique et très bien construit, ce qui leur donne un côté passionnant, je me suis très peu attachés à eux. Seul Sam, cette personne complètement perdue, élevée dans un cocon puis lâchée dans la violence, accrochera le lecteur, les autres personnages étant trop mystérieux pour cela.

Mais ce côté mystérieux, bien qu’il enlève l’attachement aux personnages, est malgré tout assez positif, car il permet au lecteur de spéculer sur les différents personnages, et bien entendu d’être surpris plus d’une fois par les réactions de certains. Réactions qui, d’ailleurs, commencent même à en rendre certains attachants à la fin du tome.

En bref, ce premier tome lance la trilogie, et traîne donc un peu en longueur au début, ce qui est vraiment dommage. Mais la manipulation et l’action rendront rapidement les lecteurs aimant ce genre de livres ravis. L’auteur traîne parfois trop sur des détails et de nombreuses fautes de français apparaissent dans la traduction, mais le style reste néanmoins assez fluide. Et pour les personnages, le lecteur aura un peu de mal à s’accrocher à eux, mais un côté mystérieux les rendra moins prévisibles et donc plus intéressants. Vous l’aurez compris, ce livre a autant de points positifs que de points négatifs et je pense donc que le fait de l’aimer dépendra vraiment des goûts de chacun. Pour ma part, malgré les défauts, j’ai assez bien aimé et je n’hésiterai donc pas à lire le tome 2.

 

Ne traite jamais avec un dragon

Trilogie des Secrets du Pouvoir, tome 1

Shadowrun

Robert N. Charrette

Black Book Editions

 

512 pages

9,90 €

 

Garlon

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 22/01/2016